Ping et pong

janvier 17, 2005

Beaucoup s’interrogent sur le mariage de raison et d’intérêt entre la presse en ligne et la blogosphère. En quelques mois la presse professionnelle en ligne, avec beaucoup d’opportunisme, a adopté les blogs, il lui reste a démontrer qu’elle est prête à jouer le jeu et ouvrir ses contenus aux commentaires des internautes. La généralisation des trackbacks est une des réponses possible, c’est le choix de News.com, depuis aujourd’hui c’est aussi le choix de ZDNet.fr

Le 17 décembre dernier, à l’occasion d’une petite sauterie entre blogeurs et journalistes (Les coulisses des blogs) j’ai eu l’occasion d’interpeller mes confrères sur le paradoxe suivant: si la presse professionnelle reconnait l’influence et la pertinence des blogs, si elle reconnaît le droit de ses lecteurs à commenter ses articles et la contredire pourquoi les principaux sites de la presse d’information française et internationale n’intègrent-t-il toujours pas des fonctionnalités permettant à chaque lecteur de réagir directement aux articles?

Comme journaliste de presse spécialisée j’ai du accepter depuis longtemps que nos lecteurs en sachent souvent plus long que nous sur beaucoup de sujets. Question de crédibilité et d’honnêteté, l’expertise se partage très bien si l’on prend soin d’ouvrir nos colonnes. Comme journaliste en ligne je sais aussi que l’information se lit désormais en profondeur et sur la durée, en particulier dans la mesure où un article comporte des liens vers ses sources et que d’autres la relayent et l’enrichissent.
D’autres? Vous, nous, eux? C’est toute la question.

Je partage à vrai dire un peu du scepticisme d’autres journalistes face aux outrances d’un certain discours sur les blogs. Les enfants de Mygale ont fini chez Havas et ça ne s’oublie pas. Je pense aussi que les blogs sont à l’origine d’une fonctionnalité aussi spectaculaire qu’innovante, je veux parler du Trackback (quel mot affreux). Spectaculaire non par la prouesse technique mais par sa capacité d’offrir un mode de diffusion de l’information basé sur l’échange, en particulier l’échange de lecteurs.

Dire que cela interpelle l’économie traditionnelle de la presse est un euphémisme. Celle-ci vient d’un autre monde: celle de l’information capitalisée, distribuée jalousement, où la rareté fait le prix et le lecteur ne se donne pas. RSS, trackback et autre pingback (encore un mot d’informaticien…) sont un des défis que nous pose l’internet.

Notre presse professionnelle en ligne peut-elle faire mieux que cohabiter avec ses lecteurs, c’est notre grande affaire. L’économie de l’échange peut-elle, sur la durée, produire une information à valeur ajoutée plutôt que du bruit, ce sera notre affaire à tous et rien n’est gagné.
Chiche ! Vous trouverez donc, avec chaque news de ZDNet.fr, des liens de trackback comme autant d’échos de la blogosphère.

Et pour ceux qui n’ont rien compris à tout ça, voici une petite explication.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.