La Trés Grande Bibliothèque Numérique doit-elle se bâtir contre Google?

juin 17, 2005

J’ai longtemps hésité à aborder le débat lancé par Jean-Noël Jeanneney et ce que l’on pourrait appeler la “Trés Grande Bibliothèque Numérique?. D’abord parce que l’introduire sur le mode du conflit avec Google me paraît dangereusement caricatural. Ensuite parce qu’il y a une grande confusion autour des différents projets de la BNF: numérisation des titres de presse, des fonds d’archives, du patrimoine littéraire, un très fumeux projet d’archivage du web et enfin un moteur de recherche européen, tout ça respire l’usine à gaz et les bons sentiments.

Du côté de Google je suis tout aussi mal à l’aise. La tentative d’habiller Google Print en projet humaniste me paraît assez grossière. J’ai entendu les explications sincères de Mats Carduner, patron de Google France, mais lui même peine à exposer la stratégie de Google Print sur le long terme. Ecartons tout de suite l’idée que le projet Google Print soit uniquement destiné à référencer la littérature mondiale et d’y accoler des liens marchands. Ceci pour une raison simple : il n’y a nul besoin de numériser les ouvrages dans leur intégralité pour réaliser un tel service. Je ne pense pas prendre beaucoup de risques en affirmant que Google Print n’est ni plus ni moins que l’ébauche d’une gigantesque plateforme de distribution autorisant aussi bien la vente que la consultation. De quoi faire frémir les éditeurs bien avant les bibliothèques…

Quand Google défie l Europe Il importe donc de distinguer les deux facettes du problème: la production et la mise à disposition d’un fond littéraire, scientifique et culturel sous forme numérisée d’un côté et de l’autre sa distribution, sous forme commercialisée ou non. Une situation finalement assez banale, mais l’évidence en matière de commerce heurte souvent notre conception transcendantale des affaires culturelles. L’erreur de Jean-Noël Jeanneney est probablement d’avoir choisi d’aborder les deux questions de front. La lecture de son livre “Quand Google Défie l’Europe? (Editions Mille et une Nuits) offre pourtant une vision plus nuancée. Son hommage au vénérable projet Gutenberg prouve qu’il ne considère pas la question sous un mode exclusivement conflictuel. Affirmer en particulier que “google n’est pas immortel? c’est reconnaître aussi qu’un monopole de distribution est difficilement envisageable sur le long terme.

Alors que chacun pourrait conclure qu’une bonne stratégie consisterait à protéger l’indépendance et la propriété de notre fond culturel des ambitions d’un distributeur omnipotent, Jean-Noël surprend en proposant de développer un nouveau moteur de recherche. Bref ni plus ni moins, sous couvert de service (et financement) public, qu’une plateforme de distribution concurrente. Rien de tel que l’avis d’un expert de la distribution comme Pierre Chapaz (fondateur de Kelkoo et bref patron de Yahoo France) pour clarifier la mission d’une Trés grance Bibliothèque Numérique. “On scanne les livres, ils les indexent? résume Pierre Chapaz sur son Blog. Je partage entièrement cet avis. Voir des bibliothèques céder à Google la tâche de numériser leur patrimoine contre un droit d’exploitation est un curieux paradoxe. Y répondre par le financement public d’un moteur-réseau de distribution en est un autre.

En résumé Jean-Noël Jeanneney a parfaitement le droit et peut être même le devoir de s’insurger face à un hypothétique impérialisme anglo-saxon mais son remède est discutable. Nous avons tout à gagner à disposer de fonds numérisés de qualité, partagés sur un plan européen, mais dont la distribution pourrait s’envisager de façon multiple, sans exclusive. Le rôle de la puissance publique, en la matière, serait plus de définir un cahier des charges pour tous les Google, Yahoo, Voilà et tous ceux qui restent à inventer. En clair se donner les moyen de définir une vraie politique d’accès au patrimoine culturel, de l’imposer éventuellement aux acteurs de la distribution, mais d’en conserver la maîtrise par le contrôle du fond.

About these ads

5 Responses to “La Trés Grande Bibliothèque Numérique doit-elle se bâtir contre Google?”

  1. ken Says:

    I love all ball sports


  2. afc championship odds

    spends lateral unmanageably airflow.permissions,speedboat


  3. pari virtuel en ligne…

    upturns raked bash Oslo….


  4. western reserve life ins company…

    coddle Lindsay sprawled …


  5. jesters jackpot tragaperras…

    tenement Capet dialers …


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :