OhmyNews en difficulté

novembre 3, 2006

Le correspondant en Corée du sud de Business Week explique comment le pionnier du "journalisme citoyen" OhmyNews se trouve désormais en situation délicate avec des résultats dans le rouge en 2006. Rien de désespéré cependant mais de toute évidence l’euphorie a disparu. Une situation que j’ai déjà eu l’occasion de signaler en juin dernier. Du coup on apprend qu’en fait l’épopée de OhmyNews tenait beaucoup à des spécificités locales, en particulier une situation politique tendue et une presse sclérosée. Certes mais pourquoi ne pas l’avoir dit plus tôt alors que beaucoup d’observateurs l’expliquaient déjà en marge des conférences ronflantes sur le nouveau "citoyen journaliste"…

Mise à jour 06/11/06: je précise ma pensée suite à un échange par blog interposé avec Julien

Je n’ai pas eu l’impression que l’argument "local" venait expliquer pourquoi des lecteurs acceptaient de participer au projet (là je n’ai aucun doute que chaque pays trouvera sa formule) mais plutôt pourquoi le site a connu un succès d’audience. Je comprends dans l’analyse de BW qu’une certaine liberté de ton et d’écriture a apporté de l’oxygène à une presse sclérosée. Je ne puis juger plus loin de connaissant pas la Corée.

Non je ne suis pas hostile à ce type de projet par contre en effet je pense que le caractère "citoyen" est largement survendu alors que je constate que ces projets reposent pour la plupart sur des collaborations de professionnels ou assimilés. Connaissant la précarité grandissante de la profession je suspecte qu’un autre type d’explication, plus sociologique, se cache derrière le phénomène.

Pardon pour la comparaison qui pourra choquer mais ça me rappelle une phénomène similaire dans les années 80 quand des centaines de jeunes médecins rejoignaient les ONG. Sans critiquer l’honneteté de leur engagement il y avait aussi une réalité sociologique cruelle,  celle des étudiants en médecine en surnombre que le marché ne pouvait accueillir…

About these ads

9 Responses to “OhmyNews en difficulté”


  1. On a effectivement pas lu grand chose sur ces fameuses spécificités locales qui rendent le modèle difficilement reproductible. On n’a pas lu grand chose non plus sur le fait qu’un bon nombre de "journalistes citoyens" d’OhMyNews sont des individus dont la profession est d’être journalistes tout court. Cette mode de "xxx citoyen" est à mon avis davantage un construit marketing jouant sur le rejet des élites médiatiques et politiques qu’un modèle alternatif. Là où cela devient dangereux, c’est quand les élites elles-mêmes jouent avec cette tendance. Je pense aux fameux "jurys citoyens", bien sûr.

  2. Julien Jacob Says:

    J’ai rencontré OhmyNews et je ne suis pas du tout d’accord avec l’article de Business Week, ni avec ton billet Emmanuel. Mais ce n’est pas étonnant, toi comme moi, aimons le débat… J’ai fait un post sur mon blog http://www.media2.fr


  3. Je ne vois pas trop la matière du désaccord. Ce que tu dis n’est pas forcément contradictoire avec l’article de Business week. Sur le fond il est un peu à charge mais il n’enlève rien à la qualité du projet. Il dit simplement qu’au fond le modèle Ohmynews tient beaucoup à un environnement local et que rien de dit qu’il puisse être exporté.

    Pour ma part contrairement à Agoravox qui n’a jamais fait la démonstration de sa capacité à "produire" de l’information j’ai lu beaucoup de bonnes choses sur Ohmynews pour cette raison je suis plutôt déçu de suivre leur chute.
    Mais ce qui m’intéresse c’est surtout de voir qu’Ohmynews est avant tout basé sur une structure professionnelle traditionnelle bien loin de l’image qu’on en a donné. Tu n’y es pas sensible parce que tu sais depuis le début que leur organisation est mixte et non pas basée sur le seul apport "citoyen". Malheureusement ce n’est pas comme cela qu’on a longtemps présenté ce projet.

    Enfin s’il m’arrive d’ironiser sur le modèle de journalisme citoyen (terme d’ailleurs insupportable, je préférer parler de journalisme participatif) c’est parce que je constate qu’il est basé en partie sur un mensonge et qu’en pratique il se nourrit de la précarisation grandissante des journalistes rebaptisés "citoyens" pour la circonstance.

    Pas grave, au final on devrait arriver au constat que le media d’information du futur est celui qui saura gérer la mixité des modèles et c’est je crois aussi ta position.


  4. Concernant de nouvelles expériences de journalisme participatif, je pense que Jay Rosen à Columbia University est sur la bonne voie en essayant de mettre en place un "pro-am journalism" ou journalisme s’appuyant à la fois sur les professionnels et les amateurs. L’organisation qu’il veut promouvoir s’appelle New Assignment. Pour en savoir plus – mais c’est en anglais -, voir: http://www.editorsweblog.org/analysis//2006/10/jay_rosens_new_assignment_experimenting.php#more

    B. Pecquerie,
    http://www.editorsforum.org

  5. Alexandre Says:

    Je suis moi aussi de très près l’évolution de OhMyNews, d’autant plus que je suis moi même un des responsables du magazine participatif européen cafebabel.com.

    C’est pourquoi je pense que Emmanuel va un peu vite en besogne en enterrant le journalisme participatif ;). En effet, OhMyNews existe déjà depuis 2000 et a réussi un coup de force phénomènal de transformer une initiative "citoyenne" en business model viable. Julien Jacob le soulignait : OhMyNews fait 6 millions de dollars de CA par an, ce qui n’est pas mal du tout, et a réussi à attirer des investisseurs (Soft Bank Corp. a injecté 11 million de dollars).

    Ensuite, je pense qu’il est un peu facile pour Business Week de tirer à boulets rouges sur OhMyNews quand on sait qu’ils ont lancé il y a à peine 4 mois une version japonaise qui n’a pas rencontré les succès escomptés.

    Après, je pense qu’on peut véritablement arriver à postionner le journalisme participatif (le mot citoyen est vraiment trop démago) comme un complément à la "presse traditionnelle". On y trouve une liberté d’expression et une capacité à sortir des sujets originaux qui ne pourraient pas être publiés dans la presse "main stream" papier. On le voit avec les journalistes qui lancent leurs propres blogs, faute d’espace dans les colonnes de leurs journaux.

    Enfin, un dernier petit mot à propos de cafebabel.com, qui se positionne en quelque sorte comme un "OhMyNews européen". Nous restons encore modeste en terme de trafic avec 350 000 visiteurs par mois, mais notre réseau de 500 journalistes à travers l’Europe nous permet de sortir des papiers souvent très originaux.

    Tout l’enjeu pour nous est de trouver un modèle économique astucieux qui préserve l’aspect participatif et soit en mesure de générer des revenus…

    Alexandre
    http://www.cafebabel.com


  6. Merci Alexandre, je n’enterre pas le journalisme participatif comme mode d’enrichissement mais je doute de sa capacité à devenir une réponse industrielle autonome (j’ai expliqué ca plus proprement ici: http://blogs.zdnet.fr/index.php/2006/01/26/journalisme-citoyen-netizen-media/).

    Je serais heureux d’avoir tort, vraiment, et je pense de toute façon que nous avons intérêt à marier au plus vite les deux formes d’approche éditoriale. Ce qui est le sens de ma conclusion.

    Par ailleurs peux-tu décrire l’organisation de Cafebabel? Des salariés? Déja des revenus?


  7. il ne faut pas oublier également que les ouverture de ohmynews au Japon et en Chine n’ont pas eu beaucoup de succès, des investissements qui ont certainement coutés très cher… d’ailleurs tout comme des produits coréen qui n’ont pas remporté le succès esconté comme le géant cyworld qui a bcp de mal a s’imposer au Japon…

  8. Alexandre Says:

    Emmanuel, je suis également d’accord avec toi sur un point : pour rendre toute entreprise de presse pérenne, il faut lui trouver un modèle économique digne de ce nom.

    Et c’est toute la réflexion que je mène actuellement avec le site de cafebabel.com. Comme je l’ai déjà écrit, le concept de base est de faire du journalisme participatif – toutes les contributions sont bénévoles – et européen – grâce à notre réseau dans toute l’Europe, nous pouvons offrir une véritable lecture européenne de l’actualité. Qui plus est, et pour parfaire le tout, nous sommes en 7 langues (français, anglais, allemand, italien, espagnol, catalan et polonais), les traducteurs étant eux mêmes bénévoles.

    Cafebabel.com a été créé en 2001 avec des amis, alors qu’on étaient encore étudiants à Sc Po à Strasbourg. Très vite, le projet s’est propagé dans toute l’Europe, grâce aux réseaux d’amis à travers l’Europe que nous avons noués par les programmes Erasmus. En 2003, nous avons décidé avec 2 autres fondateurs, de doter cafebabel.com d’une structure et d’un fonctionnement professionnels.

    Cafebabel.com est géré par une association (Babel International) qui dépend partiquement pour moitié de financements publics (subvention européennes, nationale, régionales, municipales) et privés (subventions de fondations d’entreprises).

    L’argent de la structure nous permet d’employer 9 salariés, dont 1 personne en Pologne. Les salariés sont 6 journalistes professionnels chacun responsable d’une version linguistique et qui ont pour tâche d’éditer tous les textes que nous sollicitons, d’assurer la vérification des faits, et le style journalistique. Nous disposons aussi d’une équipe de communication que je dirige (2 personnes) et d’un directeur du développement.

    Ce choix de l’édition des articles reçus a été fait depuis le début, car notre ambition est avant tout "journalistique". Nous voulons offrir à tous les Européens un média qui analyse l’actualité dans une perspective résolument européenne, dépassant les frontières nationales et linguistiques. Un fort idéal européen nous anime, et il correspond aussi à une demande croissante d’un traitement alternatif des questions de politiques et de société en Europe. En gros dans cafebabel.com, on ne parle pas de l’Europe de Bruxelles, mais de l’Europe au quotidien, et des réalités politiques et culturelles du continent. Notre public cible est "l’eurogénération", c’est-à-dire les 20/35 ans qui constituent 70% du public de cafebabel.com (350 000 visiteurs par mois).

    Pour ce qui est de l’aspect économique qui m’intéresse tout particulièrement, nous réfléchissons à des modèles économiques originaux. On a déjà lancé la publicité en juin dernier – qui ne rapporte pas encore autant d’argent que prévu – et nous sommes en phase de préparation d’un site entièrement renouvelé incluant les dernières innovations 2.0 (espace perso des utilisateurs, commentaire, forum, chat, blogs utilisateurs, classement des articles par les utilisateurs, vote en ligne, sondages etc…). Bref, l’idée est vraiment de créer un site communautaire rassemblant des auteurs et des lecteurs de toute l’Europe, en offrant à leur contenu une visibilité maximale. L’idée est de faire graviter notre média participatif édité par des pros autour d’un réseau social d’utilisateurs qui pourront librement commenter les contenus, mais aussi proposer leurs contributions (soit sous forme de blog, soit sous forme d’articles publiés en 7 langues)

    Pour ce nouveau site, on réfléchit à un système de rémunération des auteurs, et des traducteurs, qui serait directement lié à la popularité des articles, et indexé sur les revenus publicitaires. On évalue également la piste de la fourniture de contenus à la presse papier – on a déjà des partenariats avec de la PQR européenne – et web (pour l’instant on travaille avec les sites de Courrier International et de Cicero en Allemagne).

    Voilà donc pour une explication un peu longue de cafebabel.com, et de ses ambitions peut-être démesurées… Mais on tous cas, on y croit!

    Tes remarques de pros sont bien sûr les bienvenues (et celles des autres!)

    Alexandre
    heully@cafebabel.com


  9. [...] Suite à mon précédent billet Alexandre Heully, un des fondateurs de Cafebabel.com, a présenté en quelques lignes ce projet de media participatif. Je reproduis ici son texte: [...]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: