J’aimerais bien saluer sans arrère pensée le succès de MySpace tel qu’on peut le lire ça et là suite à la publication des résultats du groupe News Corp’s mais franchement on nage dans le mystère. Il n’y a tout simplement pas de données officielles concernant les revenus de MySpace mis à part la déclaration de Murdoch affirmant que « MySpace fait 25 M $ par mois« . Ce qui veut surtout dire que le site a pu atteindre ce chiffre, nullement qu’il s’agit d’une moyenne mensuelle.

Depuis quelques jours circule aussi (bizarrement très discrètement) l’information que le contrat avec Google n’est toujours pas signé et serait même en phase de renégociation. En fait actuellement il se résume à une lettre d’intention même si Peter Chemin (le COO du groupe) affirme que la croissance de trafic est supérieure au minimum exigé par Google.

Résumons ce qui est affirmé par News Corp’s:
- Décembre est le premier mois rentable pour FIM (la division « interactive » du groupe qui intègre entre autre MySpace)
- La croissance du CA de MySpace serait de 70% par an
- La croissance du trafic de MySpace serait de 25% par trimestre
- Le CA de la division FIM devrait atteindre 500 M $ en 2007
- L’apport de Google devrait atteindre son maximum en 2008 avec plusieurs centaines de millions de $
- La rentabilité hors investissement (nuance importante) est annoncée pour 2007
- On vise une marge de profit de près de 20% en 2008
- Le CA de MySpace a atteint 25 M$ (selon Murdoch)
- Le minimum garanti de volume de trafic du pré-accord avec Google est atteint en 2006

 Ce qu’on peut en déduire:
- L’activité internet n’est pas profitable sur l’année
- Le calcul économique est basé au minimum sur une croissance maintenue de 25% de trafic par trimestre sur 2 ans au minimum.
- L’année 2008 est l’année décisive avec l’essentiel des reversements de Google (on comprend la nervosité autour des négociations)
- le CA de MySpace du dernier trimestre se situe entre 60 et 75 M$ (hypothèse haute sur la base des 25M$ mensuels de Murdoch)
- La division FIM n’a atteint la rentabilité qu’en décembre, rien ne dit que MySpace le soit aussi.

Je ne crois pas qu’il y ait anguille sous roche mais franchement tout ceci ressemble terriblement à une partie de poker ou le bluff s’installe tranquilement faute de données vérifiables. Le problème c’est que MySpace est toujours noyé dans les comptes du groupe dans une ligne assez fourre tout comme je l’avais déja signalé. De quoi donner une large place aux effets d’annonce comme le possible deal avec eBay.

 A lire sur ce sujet:
> Indispensable sur SeekingAlpha : la transcription complète de la conférence deNews Corp’s sur les résultats financiers  
> L’analyse de PaidContent.org
> Le calcul très intéressant de Ashkan Karbasfrooshan  sur SeekingAlpha
> Du même auteur sur la question de la renégociation du deal Google-MySpace

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.