Le site Editorsweblog.org (en anglais mais dirigé par un français, Bertrand Pecquerie) fait partie de mes lectures régulières. J’en profite pour signaler une série d’articles à ne pas manquer sur le thème de l’organisation des rédactions et en particulier la question de l’intégration des rédactions en ligne. Alexis Delcambre, Rédacteur en chef du Monde.fr et Bruno Patino, Vice Président du groupe Le Monde, y expliquent longuement pourquoi la question de l’intégration est d’une importance relative et pourquoi on doit préserver la spécialisation des journalistes. Frederic Sitterlé, Directeur des nouveaux medias Le Figaro, et Laurent Guimier, Directeur des rédactions du Figaro.fr,  y exposent également leur stratégie autour de la synergie web-papier.

Lire :
- Figaro.fr: Non-integrated Newsroom doesn’t mean non-integration
- “Integration and non-integration are just transitory stages” – Interview with Bruno Patino, Vice President of Le Monde
- Non-integrated newsrooms: Le Monde: 5 reasons why it’s not integrated

L’intérêt majeur de ces entretiens est de montrer que la question de l’intégration des rédactions est finalement beaucoup moins une affaire de théorie que de choix pragmatiques et d’équilibre des compétences. On est loin des choix spectaculaires comme ceux de la Tribune de Genève mais j’aime assez cette approche prudente qui tient compte des aspects très pratiques et opérationnels de la production d’information. Elle nous éloigne aussi du mythe d’un journaliste protéiforme et qui maitriserait l’ensemble des compétences multimedia.

Un point trés important: si l’exigence de la maîtrise de la ligne éditoriale autour d’une marque tend à imposer une direction unique la réalité est aussi celle de deux supports (web et papier) s’adressant à des audiences aux profils et aux exigences souvent différents. La distinction par les usages impose peut être finalement de donner à chaque support les moyens de leur autonomie éditoriale. La coordination n’impose pas nécessairement la fusion.

C’est un grand moment de solitude, une sorte d’exploit démocratique moderne : une requête sur un thème d’actualité française effectué sur Google News France et qui ne remonte aucun site de presse français. Pas possible? Ben si, regardez : cliquez ici (ou voir capture ci-dessous parce que ça ne va pas durer longtemps).

sarkozy-ferrari-presse-france.gif

Mis à part bien sûr Agoravox avec un joli post anonyme histoire de rafler le buzz sans se compromettre. Sinon c’est l’UGC qui trahit ses maîtres, le JDD se retrouvant indexé à cause du blog d’un lecteur inconscient, pareil sur Le Post. Choc.fr, ouf, a eu le temps d’effacer un billet malheureux d’un de ses blogs, intitulé « La Ferrari de Sarkozy est blonde« . Pas assez vite pour éviter l’indexation… Raté les gars ..

Bref, un grand moment de solitude et de travail nocturne pour les juristes et les modérateurs …

Maj 23h:
on me confirme que les juristes bossent vraiment dur sur cette affaire. Les mises en demeure se comptent en CPM …
Je propose d’ouvrir un compte Paypal pour soutenir la presse française…

Heureusement il y a Google News UK

L’inimitable Jason Calacanis publie quelques données intéressantes concernant les performances de la publicité sur Facebook. L’objet de son billet est plutôt de discuter de la polémique en cours sur l’usage des données personnelles par Facebook mais tout l’intérêt vient de ce qu’il a testé les possibilités de ciblage publicitaire proposés aux annonceurs. Son annonce publicitaire cible les passionnés de musique, utilisateurs d’un jeu video de simulation musicale (Guitar Hero). Le dispositif est semblable aux mots clés sponsorisés de Google sauf qu’ici tout fonctionne au sein de l’ecosystème Facebook.

Le résultat donne une idée de la performance de ce type de pub, basée sur du ciblage des données de profil. A priori le résultat est médiocre mais intéressant. On retiendra le taux de clic entre 0,2% et 0,4%, le cpc moyen autour de 0,13$ (finalement élevé et proche des Adwords) et l’équivalent en CPM entre 0,3$ et 0,5$. Bref au final gardons cette valeur en tête: un CPM à 30 centimes (toujours mieux que Myspace qui semble-t-il flirte entre 0,01 et 0,1$). Pour une pub qui, il faut le signaler occupe au minimum trois fois plus de surface que les Google Adwords.

guitarhero-facebook.png

Important! Mise à jour du 27/11/07 : on me signale à juste titre  que Fabrice Grinda a publié il y a quelques jours les résultats d’une expérience similaire (voir ici). Sauf qu’il obtient des résultats largement plus médiocres avec une accroche publicitaire moins grand public. Chez lui on atteint un taux de clic de 0,02% et un équivalent CPM moyen autour de 0,02$ (2 cents). Ce qui nous ramène aux données de Myspace…

Phénomène intéressant observé par Xiti Monitor (qui produit des statistiques souvent pertinentes à partir des données des clients de l’outil de mesure Xiti, dont je suis), il semble que le temps de la croissance organique à deux chiffres de l’audience du web soit fini. Alors que traditionnellement la période septembre à novembre est l’occasion d’une forte croissance pour l’audience des sites le phénomène ne se reproduit plus depuis 2006 tandis que la croissance annuelle se tasse peu à peu.

C’est peut être le signe d’une saturation du marché, la démographie des internautes ayant atteint sont point optimal. Il est vrai qu’entre 2002 et 2006 la croissance a été essentiellement dopée par le passage au haut débit.  Conséquence directe, cela signifie que chaque point d’audience gagné par un site sera désormais pris à un autre ou au temps de consultation d’un autre media. Parce que la croissance s’achète, c’est aussi le début d’une phase de concentration (en fait elle a débuté depuis plus d’un an) des sites medias. Reste à savoir si la tension du marché qui va s’ensuivre provoquera une hausse des tarifs publicitaires, une donnée cruciale pour les prochaines années. Le recul de la croissance des revenus publicitaires de la presse en ligne aux USA serait-il lié à un plafonnement de l’audience (lire le billet de Jeff Mignon)? 

audience-200711-xiti1.png 

Poinblog fut un site pionnier, fondé par Cyril Fievet et repris par Gilles Klein, il a accompagné l’émergence des blogs. Pointblog.com est au tapis, pour la seconde fois, cette fois c’est la bonne. Gilles s’étonne de bosser sans être payé, le problème n’est pas nouveau, cette fois il le fera à son compte. Bon vent Gilles. Et pouf, un backlink pour gonfler les voiles: l’aventure continue sur Lemondedublog.com.

Programme publicitaire de Google ou petit malin qui vient de trouver une combine pour faire figurer un dispositif promotionnel au coeur des listings de Google. En l’occurence en tapant la requête « videoprojecteur » dans Google je vois apparaître ceci (voir capture).

google-cpa-skype1.gif

Il s’agit d’un bouton lancant un appel téléphonique via Skype. Il s’agit peut-être du programme de type « Click-to-call » initié entre Google et eBay en 2006 sauf que je n’avais jamais vu ce type de bouton placé directement dans les résultats de recherche (J’ai un doute, le site concerné me paraissant tout particulièrement optimisé pour figurer en bonne place dans Google).

Et vous?

MAJ : Fausse alerte , comme me le signale un lecteur ci-dessous il s’agit simplement d’un plug-in de mon navigateur Firefox qui génère ce bouton.  Je me suis fait avoir comme un bleu ….

MAJ 3/12/07: le site Mediapart.fr est ouvert, retrouvez-y la profession de foi des fondateurs… et le formulaire d’adhésion. Mes commentaires ici.

Edwy Plenel, à l’occasion d’un chat sur le site du Nouvelobs.com, nous donne quelques détails sur son projet de site d’information, nom de code MediaPart.
Ce qu’il faut retenir:

 - Le site sera payant, sans publicité et la participation soumise à l’adhésion préalable

« Notre modèle économique, ce sera l´abonnement payant. Et il n´y aura pas de publicité. Donc le succès de ce journal en ligne dépendra de vous : de votre adhésion par l´abonnement. Ce ne sera pas cher : moins qu´une place de cinéma pour un mois et encore moins cher pour les moins de 25 ans et les chômeurs. Mais cela ne veut pas dire que le site sera « entièrement » payant : il y aura une partie en accès libre et gratuit. Mais pour aller plus loin, participer à la communauté, contribuer dans le club, profiter d´informations enrichies et appronfondies, etc., il faudra payer. C´est la clé de l´indépendance et de la qualité. »

- Une équipe d’une quarantaine de personnes et l’appui d’une agence spécialisée en contenus interactifs

« Au total, nous serons une quarantaine, toutes compétences comprises. Côté journalistes, l´équipe est en cours de constitution autour de François Bonnet, qui fut longtemps au « Monde », après avoir été à « Libération » et qui vient de quitter « Marianne » pour rejoindre notre projet. »

- Un capital majoritairement controlé par les fondateurs

« En ayant une indépendance économique véritable : dans notre projet, les fondateurs ont épargné ou se sont endettés, de façon à être majoritaires dans le capital. Et puis l´équipe aura en plus des droits moraux reconnus, précisés dans une charte éditoriale. »

- Le contenu s’organise autour de trois piliers: info généraliste, revue de web, débat et contributions

« Notre site aura trois piliers, rapidement résumé : « le meilleur de l´info » (des articles inédits, originaux, exclusifs, très sélectifs), « le meilleur du web » (on va trier pour vous, sélectionner, éditer, hiérarchiser), et « le meilleur du débat » (là, ce sera votre affaire : le participatif, les contributions, la communauté, le club). »

- Un objectif de rentabilité sur trois ans
- Les référants:
Salon, Slate, Politico, Ohmynews, Rue89 (sauf pour le modèle économique)

« En ce sens, nos références seraient plutôt du côté de sites comme les Américains « salon », « slate », « politico », ou comme le Coréen « ohmynews ». « 

La principale question tourne bien entendu autour du modèle économique basé sur le payant. Un choix courageux, cohérent, avec le projet et le discours de Plenel depuis son départ du Monde. Toutefois pour soutenir une équipe de 40 personnes c’est pour le moins ambitieux sur ce terrain très concurrentiel de l’info généraliste. Je parie sans risque pour un modèle mixte avant le terme des trois ans.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.