Google Ad Planner: première réponse de Comscore

juin 26, 2008

C’est John Battelle, incontournable googologue qui a recueilli la déposition de Giuan Fulgoni, Président de Comscore. Comme on peut s’y attendre il défend la valeur ajoutée de son service et explique à juste titre que Comscore propose une anlayse de l’audience plus poussée que Ad Planner. C’est l’avantage de l’expérience du panel, la remarque vaut pour Nielsen, ces services sont capables de détailler les données socio démographiques et certaines caractéristiques comportementales des internautes alors que l’outil de Google semble (si on en juge aux quelques infos disponibles) reste sommaire.

Conclusion: comme Google Analytics Google propose avant tout un service d’entrée de gamme pour des entreprises ne pouvant se payer les deux Rolls du secteur. Perfide il rend compte de certaines observations sur les écarts statistiques entre les différents outils de mesure. Un terrain plutôt glissant quand on connaît l’interminable débat sur la fiabilité des outils users centric (par panel). Je suis toutefois assez d’accord avec ses arguments malgré ce que j’ai pu dire hier il n’y a pas de mort programmée de Comscore ou Nielsen. Comme d’habitude Google se positionne juste en dessous, raflant le marché de masse. Reste à savoir si Ad Planner parviendra à convaincre les agences et les media-planneurs…  

About these ads

6 Responses to “Google Ad Planner: première réponse de Comscore”


  1. Ce qui nous ramène à une autre question: est-ce que ça ne vaut rien parce que c’est gratuit?

  2. Pierre Says:

    Je doute très fortement qu’il s’agisse d’un produit d’entrée de gamme : Google a beaucoup plus de données que Comscore et Nielsen, son panel est donc plus précis s’ils font pas trop mal leur boulot.

    Un bon post explicatif sur les sources de données :

    http://www.analytics.fr/index.php/a-quoi-sert-google-ad-planner-et-dou-proviennent-les-donnees/


  3. Google à plus de données que Comscore et Nielsen mais pas forcément les mêmes. En fait la vraie nouveauté c’est l’intégration de données socio-démographiques provenant de sources tierces.
    "opt-in external consumer panel data, and other third-party market research."
    D’où proviennent ces données et permettent-elles de faire la différence c’est la vraie question. Je viens d’ailleurs d’en avoir la réponse, elle est étonnante mais logique. Je ne peux malheureusement pas l’exposer ici. J’attends de pouvoir accéder à cet outil pour véritablement mesurer les différences…

  4. Thibault Says:

    La gratuité n’est pas synonyme de moins bonne qualité à mon sens. Avoir les infos de base d’adplanning va permettent à bien des annonceurs de mieux gérer leur plan média, mais également à chercher des opportunités de partenariats. Ils pourront facilement identifier les sites en affinité avec leur cible sans avoir à payer une fortune dans les outils Nielsen et Comscore. C’est une très bonne avancée.

  5. Pierre Says:

    Il faudrait avoir la preuve que ces données de Google proviennent de la G toolbar, de même qu’il est légitime de soupçonner Google d’utiliser les données de ses utilisateurs connectés à ses services (Gmail, etc).

  6. jlc Says:

    Pour réagir à ce post et au précédent.

    - Google comme beaucoup de société de la silicon Valley a effectivement un fondement idéologique, et l’assume très bien puisque c’est son ADN, ses gènes (idem pour Apple…)
    - Comme toute vision idéologique, c’est à la fois un formidable moteur très bénéfique, cela amène l’innovation c’est à dire une manière de voir et de faire totalement différente et c’est aussi extrêmement dangereux si l’idéologie se réalise totalement.
    - Le secteur de l’information est basée massivement sur un modèle "publicitaire" qui est totalement "fabriquée". Ce modèle peut s’écrouler, les Nielsen, mediamétrie, agence de mediaplanning, et surement beacoup de médias risquent leurs vies. On peut s’en réjouir ou s’en désespérer, mais la question est: quel modèle de remplacement. A cours terme on va surement assister à un grand écrémage très destructrice, c’est pas forcément un mal pour l’economie en général même si cela va être très douleureux pour certains. Le secteur de l’information et des spécialistes comme ecosphere doivent jouent un rôle très important pour faire progresser la maturité d’un autre modèle…
    - Google aussi génial ou machiavélique ne peut pas, ne doit pas avoir la responsabilité unique de la proposition de cet autre modèle.
    - Google est dans une position dominante aux US et encore plus en Europe sur un grand nombre d’activité. Le libéralisme (je sais pas ce qu’est le néolibéralisme?) repose sur une condition de base : la concurrence. Il faut faire respecter cette concurrence. C’est indispensable. La gratuite de Google Analytics a posé des questions mais une fois réservé a des "petits" sites n’a pas à ma connaissance "casser le marché". Des règles sur Adplanner doivent aussi être définies pour ne pas créer une concurrence déloyale.
    - Si Nielsen et autres veulent résister, il leur appartient d’utiliser les possibilité de la technologie. Google s’appuie aussi sur "un échantillon" mais un peu plus grand, sic!(x 1 000, 10 000 ou plus ?) et surtout automatise complètement le traitement et la mise à disposition des données. Il est quand même difficile de justifier de ne pas automatiser un métier qui consiste à "traiter des données". voila le débat ne fait que commencer… A suivre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: