Alors que tout le monde a les yeux braqués sur l’Iran et l’usage de Twitter j’ai pu lire ça et là dans certains commentaires que beaucoup pensent  que le régime iranien et les factions religieuses qui le composent ne comprenaient pas Internet et en conséquence ne pouvait que subir son influence. Rien de plus faux.

Sur ce blog j’ai déjà publié quelques articles de mes archives personnelles et publiés sur le magazine Planete Internet entre 1996 et 1998. Je me suis souvenu que nous avions publié en 1997 un reportage étonnant sur l’Internet en Iran signé par deux journalistes de France 3 qui s’étaient rendus (à leurs frais) à Qom, la ville sainte interdite aux étrangers. L’objectif : y découvrir comment certaines factions religieuses avaient entrepris d’utiliser le réseau, alors tout juste naissant, pour en faire un instrument de propagande.

J’ai enfin retrouvé cet article (je le reproduis ici, j’espère que les auteurs ne m’en voudront pas, Internet en Iran, le dilemne des Ayatollahs déjà en 1997), il montre comment le réseau a été considéré très tôt par le régime iranien comme un instrument de propagande. Il montre aussi comment certaines factions religieuses s’y sont opposées. Enfin un encadré nous rappelle une anecdote méconnue: comment les USA ont tenté (et réussi un court laps de temps) de couper les liaisons Internet de l’Iran !

Téléchargez l’article original en PDF

internet-iran1997-pdf

Retrouvez les autres archives du magazine Planete Internet (1996-1998)  ici

internet-iran1997

Après plusieurs mois d’hibernation je me réveille dans la France d’après Hadopi. Pour être franc j’ai eu un peu de mal avec l’hystérie pro et anti Hadopi qui a littéralement laminé tout débat constructif  (je me reconnais un peu dans le constat désabusé de JM Planche par exemple). On en reparlera.

A l’occasion d’un contrôle de routine des stats Nielsen je découvre que l’audience du plus populaire service p2p en France est en net déclin depuis janvier 2009.  Du coup la question se pose: ne serait-ce pas un début d’effet Hadopi? Sur la courbe ci-dessous extraite des données de l’ancien panel de Nielsen, j’ai ajouté l’audience de PirateBay, beaucoup plus modeste et en hausse légère pour montrer que le report de trafic ne s’est pas fait de ce côté. Ceci malgré une notoriété dopée par la couverture médiatique de son procès.

La courbe montre qu’Emule a perdu près d’un million d’utilisateurs en quatre mois, de 5 millions à 4 millions de visiteurs uniques.  (Les données sont exprimées en visiteurs uniques)

Audience Nielsen 2009 de Emule et Pirate Bay en France

Audience Nielsen 2009 de Emule et Pirate Bay en France

(Emule est depuis longtemps dans le collimateur des FAI, certains filtrant les ports utilisés par ce logiciel pour communiquer mais ces filtrages existaient en 2008 rien ne prouve qu’ils soient à l’origine du déclin)

Donc on en reparle, le patatage entre concurrents est malheureusement un phénomène cyclique qui dure depuis des années mais, c’est nouveau, la crise échauffant les esprits la presse s’en préoccupe. C’est bien dommage, le marché a plutôt besoin de sang froid en ce moment à mon avis mais, comme chacun sait, quand il faut purger mieux vaut y aller de bon coeur. Au menu les querelles des mesures d’audience du Monde.fr et du Figaro.fr au coeur de plusieurs articles, celui du Monde d’abord inspiré de celui d’Electronlibre (et la suite ici avec des commentaires bien informés) et enfin la  synthèse de Rue89.

Les lecteurs de ce blog ont pu lire de nombreux articles sur ce sujet sensible. Il se trouve que je participe depuis plusieurs années aux travaux autour des mesures  de Mediamétrie/Netratings comme client et comme représentant du Geste c’est à dire des éditeurs de presse en ligne. En parallèle je participais aussi aux travaux de l’OJD. Pour être bien clair, je ne suis pas neutre dans ce débat et proche des différents acteurs cités. Au cours de ces années je crois bien avoir vu de près la plus belle collection de tripatouillages qu’on puisse imaginer en matière de manipulation d’audience (de la part de certains sites sans que Mediamétrie ne soit en cause), pourtant, c’est paradoxal, la situation me semblait plutôt apaisée . Je veux dire que chacun a eu le temps de prendre la mesure de l’aspect très technique de ces questions ce qui contribuait à rendre moins violentes les polémiques. L’autorégulation se met en place. Devenu public ce débat donne lieu à pas mal de fantasmes auxquels il convient de répondre.

Pourquoi les mesures d’audience de Mediamétrie/Netratings diffèrent-elles de l’OJD? L’OJD ne mesure pas des "audiences" mais certifie les mesures de trafic réalisées sur les sites (site centric). On y parle donc de visites, de volumétrie. Mediamétrie mesure des audiences à partir d’un panel d’internautes (user centric), on y parle de visiteurs uniques, de parts de marché. Si vous visitez un site deux fois dans la journée à partir de deux PC différents l’OJD vous comptera deux fois, Mediamétrie essayera de vous compter une fois. L’OJD prendra en compte le trafic du monde entier, Mediamétrie uniquement en France. Conclusion : ces deux types de mesures ne peuvent donc pas être comparées.

Pourquoi utiliser Nielsen ou Mediamétrie/Netratings? Parce que les régies publicitaires, les annonceurs et les acteurs en charge du media planning ont besoin de connaître les "audiences" des sites pour la pertinence du ciblage publicitaire. La proportion d’hommes et de femmes, les revenus des ménages, les CSP ne peuvent pas être fournies par l’OJD ou les mesures dites "site centric". Calculer la meilleure affinité d’un type d’audience avec un site est une donnée fondamentale pour les campagnes.

Ben où est le problème alors? Ben on ne peut jamais connaître avec certitude le nombre de lecteurs d’un site. Rien que ça…

La fraude existe-t-elle? Oui, quand certaines techniques permettent de modifier la proportion de panélistes lecteurs d’un site. En extrapolant la mesure d’audience d’un site à partir à partir d’une fraction de panélistes toute variation du nombre de panélistes fera varier la mesure de l’audience totale de façon disproportionnée (100 panelistes de plus sur votre site vaudront comme 10 000 visiteurs uniques supplémentaires, par exemple) . Tout est là. Attirer 100 panélistes sur votre site aura donc le même effet que 10 000 lecteurs côté OJD. Sauf que ça coute moins cher et que rien ne dit que les 10 000 lecteurs supplémentaires  contiennent des panélistes… Ce qui explique pourquoi vous pouvez voir votre trafic en hausse côté OJD et en baisse côté Nielsen et inversement. Comme les régies publicitaires ont avant tout l’oeil sur Mediamétrie c’est là que la "créativité" prend tout son intérêt.

C’est quoi ces histoires de jeux concours? L’astuce est simple. Mediamétrie doit constamment renouveler son panel en le recrutant sur Internet. Elle a commis l’erreur d’en recruter aussi via des sociétés spécialisées dans le marketing direct et les jeux concours (dont l’objet est essentiellement de constituer des bases de profils). C’est aussi une population qui répond positivement aux sollicitations par email. Certaines sociétés de jeux concours contiennent donc une proportion accrue de panélistes, lesquels sont en plus particulièrement réactifs aux sollicitations marketing. En clair des gus qui se gavent de concours à longueur de journées. Certaines de ces sociétés ont compris le truc et démarchent directement les sites en mal de dopage. Suffit d’héberger les pages du concours et pour améliorer le rendement il suffit d’obliger à cliquer sur des liens ou bannières afin de valider les réponses au concours (quand je dis que les gars du porno ont tout inventé…).

Alors pourquoi certains disent que les jeux concours ca rapporte "peanuts" côté trafic? Parce que côté OJD 1000 gus qui répondent "Michel Sardou" pour gagner un appareil photo numérique et bien ça fait 1000 visites, donc peanuts. Sauf que ça peut faire 100 000 VU côté Nielsen qui comptent finalement en parts de marché.

Que fait la police? Ce n’est pas illégal. Pas mal de jeux concours permettent aussi de recruter réellement des utilisateurs, des abonnés, des lecteurs ou simplement animer un site. C’est un outil de prospection légitime simplement l’usage peut en être détourné. Au passage je remarque que certains critiquent l’achat de mots clés comme technique de fraude. Non c’est une technique légitime pour recruter de nouveaux lecteurs il n’y a pas de raison de s’en priver, le budget est la seule limite ainsi que le retour sur investissement parfois hasardeux (non je ne vise personne).

Pourquoi Mediamétrie ne fait rien? Mediamétrie protège avant tout l’intégrité de ses méthodes de calcul, les règles definissant le périmètre d’une marque, d’un site, la définition des infractions éventuelles doit faire l’objet d’un consensus de ses souscripteurs. Voilà pourquoi on retrouve autour d’une table: les régies, les associations des annonceurs et des éditeurs, bref les clients. Les règles évoluent mais chaque modification peut avoir des conséquences insoupçonnées. En vérité un gros travail a été fait par Mediamétrie pour maintenir le principe d’une autorégulation malgré les querelles incessantes. La pratique des sites under a ainsi pu être régulée correctement (intéressant tout de même de savoir qui en abusait à l’époque, mais je ne vise personne, ah si en fait).

La confusion du périmètre des marques? C’est un point clé pour comprendre une partie des querelles de chiffres. Beaucoup jugent évident de penser que quand on parle de "l’audience" online du Figaro ou du Monde il s’agit du trafic du Figaro.fr et Lemonde.fr. La plupart des journalistes des rubriques medias, de bonne foi, ont ainsi été roulés dans la farine par des communiqués de presse ambigus. En réalité il s’agit de l’audience des "marques" (ou Brand dans la terminologie Nielsen). Toute la question est de définir le périmètre de cette marque, c’est à dire en y incluant sous-domaines, pages co-brandée avec des partenaires etc… C’est ce qui explique par exemple l’évolution de l’audience de l’Express en décembre qui intègre désormais celles de l’Expansion et L’Entreprise, par le choix commercial assumé de ses éditeurs (les critiques oublient d’ailleurs de noter que pendant des années le Nouvelobs.com a aussi regroupé plusieurs marques)

C’est nouveau comme astuce? Et bien non, ce n’est rien d’autre que la variante internet de la stratégie consistant par exemple à vous livrer un supplément magazine papier dans votre journal du week end.  Les plus grands tirages de la presse TV doivent leur "audience" à ce mode de distribution. Pas méchant si c’est transparent pour les annonceurs.

Alors on fait quoi? Je ne vais quand même pas vous le dire ici alors qu’on doit en causer dans quelques jours…
Le paradoxe de cette polémique récente c’est qu’elle survient alors qu’un grand nettoyage a justement été entrepris par Mediamétrie en accord avec ses clients à l’occasion de la mise en place du nouveau panel, en particulier autour de la définition des marques. Ainsi la notion de "réseau de marque" (Brand Network) a disparu des classements Nielsen, ils permettaient d’agréger des audiences de différentes marques afin de constituer un package commercial plus visible. Toutefois la notion de cobranding (sites ou pages comportant deux marques) est désormais au coeur de la question en permettant de fusionner des audiences de sites différents. Le cobranding est par ailleurs tout à fait légitime quand il s’agit d’intéger un service d’un partenaire ou isoler un environnement thématique (tiens, Eco89 et Rue89 par exemple ou E24 et 20minutes.fr). Pas simple d’interdire ou de fixer des règles strictes. C’est tout le point des prochaines discussions.

J’essayerai dans un prochain billet d’expliquer pourquoi ce débat est malheurusement très contre productif et pourquoi il est important de revenir à une stratégie de construction d’audience cohérente, propre à tout media soucieux de sa marque (bien résumé ici par P. Jannet). Aussi parce que tout ceci n’aurait pas eu lieu si la course au trafic à tout prix n’avait été la réponse insensée à la chute des CPM et des revenus publicitaires. On récolte aussi ce qu’on mérite…

A l’occasion de la lecture sur Mediacafé d’un nième article sur le mal de la presse et tout le gnagnagna sur la qualité des contenus et la misère de la presse d’opinion je me suis fendu d’un long commentaire que je crois assez en décalage avec ce qui se dit habituellement pour juger qu’il a sa place ici.  Je me permets de le reproduire ci-dessous et de l’enrichir un peu , il tiendra aussi lieu de réponse tardive aux conclusions des Etats généraux .

***

Pour commencer, même si je partage avec d’autres une vision critique sur la qualité des contenus il me semble utile de relever les paradoxes suivants:

- Si c’était une crise du contenu pourquoi les mêmes journaux en ligne battent des records d’audience. Avec une grande part de l’audience sur des dépêches d’agence réécrites et parfaitement interchangeables d’un media à l’autre.

- Si c’est un problème de presse d’opinion comment expliquer que sur Internet c’est justement l’opinon et la subjectivité qui triomphent au travers des blogs (et que tout le monde acclame)

- Pourquoi toujours critiquer la stratégie internet des grands titres de presse alors qu’ils ont pour la plupart atteint des niveaux d’audience tout à fait respectables.

Mes conclusions:
Question contenu c’est moins une question de fond que de nouveaux usages et d’adaptation des contenus aux nouveaux modes de lecture.

La vraie question de fond: une lutte pour le pouvoir et la friction entre classes sociales. L’internet permet l’expression d’une communauté qui ne se sent pas représentée par ses élites, ses journaux. La fracture s’étend jusqu’au coeur des rédactions, elle cisaille les partis politiques etc…

Internet est l’instrument de la revanche des classes moyennes qui voient s’éloigner les perspectives de progression sociale. C’est le media des cols blancs qui se découvrent en voie de prolétarisation et vont s’allier très naturellement avec les professions intellectuelles de plus en plus marginalisées vis à vis du pouvoir économique.
Parmi elles, une grande partie des…journalistes.

Ce qui explique que la fracture passe au beau milieu des rédactions et que certains aient besoin de mettre en avant plus que de nécessaire la question d’un contenu devenu "illégitime" (je ne dis pas que cette critique est totalement infondée).

En vérité c’est une bataille pour la prise de pouvoir autour des fonctions d’intermédiation. Et comme toute lutte qui se veut révolutionnaire, ceux qui la mènent le font au nom du peuple et de la démocratie pour n’instaurer, au final, qu’un système équivalent mais rénové.

La presse traditionnelle menée par des générations ayant précédé l’âge du numérique s’accroche à l’ancien système de pouvoir politique et reçoit une juste rétribution de sa peine. Un salaire bien mérité rendu possible parce que la balance économique leur est encore favorable. Pas sa tendance…

Moralité : pour parvenir à accomplir a révolution numérique au sein de l’industrie de la presse il faut le faire avec l’appui de forces politiques représentatives des aspirations des classes moyennes (pour le moment aucun parti politique ne répond à ce cahier des charges) mais également construire de nouveaux circuits de financement dégagés des influences de l’Etat et de l’industrie traditionnelle.

On est encore loin du compte et le risque est grand de découvrir que de tout cela émergera un ordre économique qui renforcera en réalité la précarité de ses acteurs. En grande partie parce que les nouveaux circuits de financement servent directement les intérêts marchands et n’offrent à l’industrie de l’information que la perspective d’une économie de survie tout en encourageant un mode individualisé de production de l’information. Mode hautement précaire et soumis au risque juridique.

Au final on accouchera d’une industrie qui relèvera plus de la production agricole et dont la matière première servira essentiellement à nourrir le pouvoir des véritables nouveaux infomédiaires, l’industrie des telecoms, Google et tous les services relevant de la distribution des biens numériques. Pour le moment rien n’est encore irréversible.

Lisez  très attentivement cet article d’Australian IT qui révèle un petit scandale sur certaines pratiques d’agences de pub en Australie.

En résumé: certaines agences ont compris comment exploiter le différentiel de CPM entre des sites éditoriaux à forte valeur ajoutée et des sites ou services à faibles CPM. Pour cela elles diffusent des campagnes sur les premiers, destinées à recueillir les données de navigation et de comportement des internautes. Ces informations sont stockées dans des cookies exploités par les adservers (les serveurs chargés de diffuser les campagnes publicitaires). Si l’internaute est identifié plus tard, par la présence sur son PC de ce cookie,  sur un site ou des réseaux à faibles CPM on lui sert alors une publicité ciblée et evidemment moins couteuse à diffuser que sur le premier site.

En clair on utilise les informations recueillies sur le site à forte valeur ajoutée pour qualifier l’audience sur un autre site à faible valeur ajoutée. C’est le but  du ciblage comportemental destiné clairement à valoriser les immenses inventaires des grands portails par exemple sur les pages des boites aux lettres électroniques. Sauf qu’ici on n’achète qu’un minimum d’espace sur le site de l’éditeur, voire même des espaces insignifiants, peu performants et à faible coût, le but n’étant pas en réalité de diffuser la campagne mais de générer un maximum de cookies qualifiés. Le gros de la campagne est dépensé ailleurs à moindre coûts mais en la justifiant par une audience qualifiée sur des sites!

Tout ceci à l’insu de l’éditeur du premier site et surtout à l’insu de l’utilisateur lui même. Pour faire court imaginez qu’un lecteur de LesEchos.fr se voit proposer de la publicité pour des services financiers quand il navigue sur un site de voyage. Pas scandaleux en soi, sauf que tout  le bénéfice de la stratégie consistant à proposer des contenus exigeants à une audience très ciblée est détourné à l’insu de l’éditeur pour enrichir un autre service. Autrement dit sur l’éditeur pèse l’ensemble des côuts permettant de qualifier une audience tandis que le bénéfice est collecté ailleurs. Les réseaux à faible CPM parasitent les sites à forts CPM… CQFD.

Ce que vient de rendre public cet article, et qu’on appelle le "retargeting" (reciblage) n’est ni plus ni moins qu’un vol. Au centre de la polémique: le rôle des ad-servers (les serveurs qui diffusent techniquement les campagnes) qui sont au coeur du système sur chaque page des éditeurs,  captent l’information et peuvent être manipulés en acceptant l’ajout de système de tracking de sociétés tierces.

Une question simple: qui contrôle les ad servers ?

La question compliquée: ce détournement de la valeur de l’audience est un vol car il s’effectue à l’insu des éditeurs et des utilisateurs. Mais comment le qualifier si on obtenait l’autorisation de l’une ou l’autre des parties?

Comment?

En rendant le processus cool
En rendant le processus utile

En le baptisant Open social ou Open Id, par exemple…

(Qu’on se rassure pour ça aussi il y a une réponse, une réponse négociée basée sur la reconnaissance du déséquilibre de l’échange de valeur. Encore faut-il la mesurer)

Cette fois il semble que les passions se lâchent: « Il y a encore six mois nous pensions y arriver, mais aujourd’hui, avec la crise actuelle, nous vous considérons comme notre pire ennemi », Pierre Conte, patron de Publiprint (Figaro). Selon la retranscription des échanges de la dernière session du pôle 3 des Etats Généraux il est clair que Google est désormais dans la ligne de mire des éditeurs français. Les propos sont violents et adressés à Josh Cohen en charge de Google News qui était l’invité du jour. J’assisterai demain matin à la prochaine rencontre entre Google et les éditeurs, cette fois dans le cadre du Geste, j’espère que le sang froid sera au rendez-vous.

Cette fois il ne s’agit plus de reprocher à Google la reprise des contenus sur Google news (assumée par tout le monde ou presque depuis le dernier étripage en 2003 que j’ai raconté ici) mais son rôle dans l’effondrement des tarifs publicitaires. Un débat complexe mais qui prouve que tout le monde a désormais bien identifié la nature du problème qui mine la presse en ligne: l’impossibilité de monétiser correctement l’information. Je ne suis pas sûr que Google soit le seul responsable sur un marché français où les CPM sont depuis longtemps très inférieurs aux voisins (lire aussi ici). Mais avec un cpm largement  inférieur à 10 euros sur Youtube et et un Google qui se met à proposer de la publicité vendue à la performance (cpc) dans les formats de type carré ou bannière (le display qui assure l’essentiel des revenus des medias) force est de constater qu’il participe activement à vider la baignoire.

Je verrai demain comment s’orientent les débats et la réponse de Google mais je doute que Josh Cohen soit le meilleur interlocuteur pour discuter de ces questions. A mon sens la question du démantèlement de Google se posera nécessairement tôt ou tard non pour remettre en cause le coeur de son activité mais parce que sa position dominante à la fois dans la distribution (search) et comme régie publicitaire constitue désormais une aberration économique qu’on n’aurait toléré d’aucun acteur économique dans une économie traditionnelle.

J’apprécie comme beaucoup la puissance du moteur de recherche et sa contribution à l’ouverture de l’économie des savoirs mais je pense que son modèle économique, du fait de sa position outrageusement dominante, relève désormais plus de la taxation des échanges économiques plus que des mécanismes du commerce. Google ponctionne la valeur ajoutée du commerce en ligne plus qu’il ne le facilite. Je l’écrivais en 2005 en comparant cette domination à celle des banquiers Lombards au Moyen-Age:  "l’enjeu c’est le pouvoir, celui qui contrôle les routes du commerce, filtre les échanges, les ponctionne, fixe les règles". En clair parce que Google contrôle les routes du commerce il est en situation de contrôler les mécanismes de fixation des prix. C’est la question.

MAJ 15/12/08
Quelques nouvelles  réactions des témoins à lire absolument:

Google en panne d’algorithme politique par Frederic Filloux sur E24.fr

"Google Chahuté" par Sophie Gohier, éditrice de L’Express.fr

Mediawatch avec (encore) Eric Scherer en version anglaise mais qui enrichit son compte rendu de la session qui s’est déroulé avec le GESTE le lendemain.

(Note: j’ai décidé de m’abstenir de faire le récit de la session du vendredi, nettement moins polémique de toute façon mais ayant un caractère privé. J’attends surtout pour commenter de savoir quel sera le texte final qui sera publié à l’issu des Etats Généraux).

On ose à peine y croire mais c’est authentique. Tentative dejà écartée une fois fin 2007, plusieurs amendements surprises au projet de Loi Audiovisuel relancent l’idée de taxer les revenus publicitaires des services en ligne. L’amendement 844 de Frederic Lefebvre vise directement les plateformes d’hébergement de videos afin de contribuer au financement désespéré du marigot télévisuel.

Réactions imméditates:

- De l’ASIC : "Alors que le plan Numérique 2012 présenté il y a à peine quelques semaines vise à faire de la France un pays leader sur la scène de l’Internet mondiale, cet amendement constituerait un frein brutal au développement des acteurs de l’économie numérique française. "

- Du GESTE (dont je suis membre): "Le GESTE (Groupement des éditeurs de contenus et de services en ligne) dénonce le racket orchestré dans le projet de loi relatif à la communication audiovisuelle qui sacrifie les acteurs de l’économie numérique" (Téléchargez ici le communiqué du GESTE)

Petit passage ce matin au micro de France Culture avec mon collègue de l’AFP Eric Scherer sur le thème de la crise de la presse. Discussion bien sage qui a tourné en aimable pugilat (en partie aussi hors micro). Ecouter ici (ou dans les archives à partir de demain – émission du 6 novembre).

Après coup je pense que certains de mes propos peuvent être mal compris ou interprétés. En particulier quand je rétorque un peu trop vivement à Clémentine Autain que la question des Etats Généraux ne "concerne" pas les lecteurs (et j’imagine déjà les réactions horrifiées face à ma comparaison avec les boulangers). Evidemment les lecteurs sont au coeur des préoccupations simplement je pense que les Etats Généraux devraient se concentrer sur les aspects économiques et industriels, il n’est pas normal de venir dans un ministère discuter des contenus et de "quoi et comment écrire". Il y a d’autres lieux pour ça et en théorie chacun devrait aborder les Etats Généraux avec une vision claire de sa stratégie éditoriale.

Bref c’est une question qui se traite en amont, ailleurs, ou même en aval des Etats Généraux. Dire que les journalistes ne sont pas présents aux Etats généraux est faux, dire qu’il faut inviter les lecteurs relève de la démagogie facile (en particulier parce ce que se poserait aussi la question de leur représentativité). Qu’on se rassure, les lecteurs, on ne pensent qu’à eux mais il faut parfois assumer de se poser des questions industrielles et commerciales et laisser de côté la philosophie. En particulier en situation d’urgence, parce qu’on a pas voulu se poser ces questions il y a dix ans.

Très étonné d’entendre Alexandre Adler (que j’admire par ailleurs) souhaiter protéger le petit cocon des aides de l’Etat pour "préserver" L’Humanité, Le Figaro et d’autres journaux. Faut-il rappeler que certains journaux ne doivent leur survie sous perfusion que par la position stratégique qu’ils occupent dans la chaîne de distribution afin de préserver le marché français de l’arrivée de groupes de presse étrangers et concurrents. L’emploi attendra, ne touchons à rien. Faut-il rappeler que les aides de l’Etat ont permis aussi de financer indirectement tout une partie de la diffusion "grise" gratuite de certains journaux, lesquels tirent fierté d’un modèle payant qu’ils ont pourtant gangrené. Bref je maintiens que la question économique et industrielle prime sur la dissertation.

Hélas

Ils vont causer de notre avenir, répartis dans 4 pôles:
– "Metiers du journalisme" (NDLR: commission downsizing)
– "Processus industriel de la presse écrite" (NDLR: commission déforestation)
– "Internet et les nouveaux modèles" (NDLR: commission pousse-toi-que-je-m’y-mette)
– "Presse et société" (NDLR: commission piano et solfège comme on dit à Sciences Po).

POLE 1 : METIERS DU JOURNALISME
Président : Bruno Frappat

Pierre-Christophe BAGUET Député des Hauts-de-Seine, UMP
Francis BALLE Professeur à l’Université Panthéon-Assas, directeur de l’IREC (Institut de recherches et d’études sur la communication)
Nathalie BARRET Responsable de projet, Observatoire des métiers de la presse
François BOURBOULON Rédacteur en chef, Paris Match online
Hubert COUDURIER Directeur de l’information, Le Télégramme
Charles-Henry DUBAIL Fondateur et gérant, Victoires Editions SARL
Marc FEUILLEE Président du directoire, groupe Express-Roularta
Michel FRANçAIX Député de l’Oise, PS
Alain GIRARD Journaliste, Ouest-France, premier secrétaire général du SNJ
Erik IZRAELEWICZ Directeur de la rédaction, La Tribune
Ivan LEVAÏ Chroniqueur, France Inter
Gérard LIGNAC Président, groupe EBRA
Elisabeth MARSHALL Rédactrice en chef, La Vie
Gérard PERRIER Directeur de l’organisation et de la fabrication, groupe Le Parisien
Alain PLOMBAT Président du directoire, Journaux du Midi
Philippe POUZERATTE Directeur des ressources humaines, Prisma Presse
Claude SALES Ancien PDG de Télérama, ancien rédacteur en chef au Monde, au Point, à France Soir
Nicolas THIERY Journaliste, AFP (CFDT)
Valérie TORANIAN Directrice de la rédaction, Elle
Un membre de la Société des rédacteurs du Monde

POLE 2 : PROCESSUS INDUSTRIEL DE LA PRESSE ECRITE
Président : Arnaud de Puyfontaine

Marie-Odile AMAURY Président-directeur général, Editions Philippe Amaury
Frédéric AURAND Président du directoire, groupe Hersant-Media
Vincent BEAUFILS Directeur de la rédaction, Challenges
Nicolas BEYTOUT Président-directeur général, DI Group
Olivier BONSART Directeur délégué, groupe Sipa Ouest-France
Hubert CHICOU Directeur général délégué, groupe Bayard Presse
Gérald de ROQUEMAUREL Associé gérant, HR Banque
Xavier DORDOR Directeur général, APPM et Audipresse
David GUIRAUD Vice-Président du directoire et directeur général, Le Monde
Bruno KEMOUN Co-Président, KR Media
Patrick LE HYARIC Directeur, L’Humanité
Frédéric LEFEBVRE Député des Hauts-de-Seine, UMP
Bruno LESOUEF Directeur général de la presse magazine France, Lagardère Active
Bernard MAFFRE Vice-Président-directeur général, La Dépêche du Midi
André MAILLET Directeur technique, La Nouvelle République du Centre-Ouest
Michel MARINI Maison de la presse, Haute-Savoie
Patrice MARTIN-LALANDE Député du Loir-et-Cher, UMP
Jean-Paul MAURY Président-directeur général, groupe MAURY
Francis MOREL Directeur général, Le Figaro
Michel MULLER Secrétaire général, FILPAC-CGT
Jean-Louis NACHURY Président-directeur général, HDS Distribution
Jean-Paul PEIGNIER Adjoint au sous-directeur de l’édition, de la production et de l’information, chargé de la production, Direction des Journaux officiels
Hubert PROTON Directeur, Le Berry républicain Directeur industriel, groupe Centre France La Montagne
Eryck REBBOUH Co-Président, KR Media
Jean-Louis REDON Directeur général délégué, UFC-Que choisir
Michel SASPORTES Managing partner, OC&C Jean-Clément
TEXIER Président, Compagnie financière de Communication
Jean-Christophe THIERY Directeur général, BolloréMedia
Jean-Pierre VERDOLIVO Directeur général, La Liberté de l’Est
Bernard VILLENEUVE Dirigeant de presse, Gérant de messagerie,Président de coopérative
Alain WEILL Président-directeur général, groupe NextRadioTV
Jean-Pierre NIOCHAU Directeur du dépôt, Niochau Maréchal

POLE 3 : INTERNET ET LES NOUVEAUX MODELES
Président : Bruno Patino

Marc TESSIER Directeur général du pôle services médias,Netgem, Vice-président du pôle
Maxime BAFFERT Groupe Publicis
Laurent BERARD-QUELIN Directeur général délégué, Société générale de presse
Julien BILLOT Directeur numérique et new business, Lagadère Active
François BONNET Directeur éditorial, Médiapart
Yann CHAPELLON Président du bureau Internet, OJD
Bruno CHETAILLE Président-directeur général, Médiamétrie
Pierre CONTE Président Publiprint, Figaro
Mathieu COSSON Directeur général délégué, DI Group
Edouard COUDURIER Président-directeur général, Le Télégramme de Brest et de l’Ouest
Arnaud de SAINT SIMON Président du directoire, groupe Psychologies
Michel DELBERGHE Le Monde, élu CFDT
Hervé DIGNE Président, Postmedia Finance
Antoine DUARTE Président-directeur général, Reed Business Information
Aurélie FILIPPETTI Députée de Moselle, PS
Frédéric FILLOUX Editeur auprès du groupe Schibsted, éditeur Monday Note
Jean-François FOGEL Consultant et auteur
Pierre HASKI Président du directoire, Rue 89
Eric HAZAN Senior Partner, McKinsey
Olivier JACOBS Directeur du développement, Prisma Presse
Philippe JANNET Président-directeur général, Le Monde Interactif
Pierre JEANTET Président du directoire, groupe Sud-Ouest
Laurent JOFFRIN Président du directoire et directeur de la rédaction, Libération
François MARIET Professeur à l’université Paris-Dauphine,Président du conseil scientifique de l’IREP,Directeur associé, Start Up Avenue
Eric MARQUIS Vice-président de la commission de la carte d’identité des journalistes professionnels, membre du bureau du SNJ, L’Express
Franck RIESTER Député de Seine-et-Marne, UMP
Raoul ROVERATO Directeur exécutif en charge des nouvelles activités de croissance, Orange
Marie-Laure SAUTY de CHALON CEO, Aegis Media Europe du sud
Eric SCHERER Directeur de l’analyse stratégique et des partenariats, AFP
Jean-Noël TRONC Président-directeur général, Canal + Overseas
Un représentant du SNJ-CGT>

POLE 4 : PRESSE ET SOCIETE
Président : François Dufour

Concentration
Patrick EVENO Historien, maître de conférences à Paris I, Vice
Président du groupe « concentration »
Timothy BALDING Directeur général, Association mondiale des journaux
Michel BALLUTEAU Inspecteur général de l’administration des affaires culturelles, rapporteur général de la Commission Lancelot
Constance BENQUE Présidente, Lagardère Publicité
Alexandre BUISINE Délégué régional SNJ, Lyon
Emmanuel COMBE Membre du Conseil de la concurrence
François d’ORCIVAL Président du comité éditorial, Valeurs Actuelles, Président Association Presse et Pluralisme
Bertrand EVENO Président de BPE Conseil, président de l’Ecole nationale supérieure de la photographie, ancien président de l’AFP
Jacques HARDOIN Directeur général, La Voix du Nord
Frédéric JENNY Conseiller à la Cour de Cassation en service extraordinaire, ancien Vice-Président du Conseil de la concurrence
Monique MAJEROWICZ Directrice déléguée et éditrice, Marie-Claire
Catherine MORIN DESAILLY Sénatrice de la Seine-Maritime, Nouveau Centre
Robert SANDMANN Président, Axel Springer France
Rémy SAUTTER Président du conseil de surveillance de la SA Ediradio-RTL
Jean-Pierre VITTU de KERRAOUL
Président-directeur général, Sogemedia, PHR
Pascal WILHELM Avocat
Confiance
Pascal GUENEE Directeur général, Institut pratique de journalisme,
Vice-Président du groupe « confiance »
Yves AGNES Ancien rédacteur en chef du Monde, Président de l’association de préfiguration d’un conseil de presse
Max ARMANET Directeur du développement, Libération
Fabrice BOE Président-directeur général, Prisma presse
Jérôme BOUVIER Président Journalisme et citoyenneté, organisateur des Assises du journalisme
Jean-Pierre CHAPELLE Rédacteur en chef adjoint, Ouest-France
Emmanuel DERIEUX Professeur à l’Université Panthéon-Assas (Paris II), spécialiste du droit de la presse
Béatrice GARRETTE Directrice générale, agence SIPA
Serge GUERIN Sociologue, professeur de marketing et communication à l’ESG-Paris
Michèle LERIDON Directrice de la rédaction, AFP
Pauline LEROY Rédactrice en chef adjointe, Le Petit Quotidien
Véronique MAURUS Médiatrice, Le Monde
Philippe ROBINET Oh Editions
Hugh SCHOFIELD Service Anglais, AFP
Christian MARTIN Président, Société des lecteurs du Monde
Un représentant du SNJ-CGT
Contenu
Jean-Marie CHARON Sociologue, spécialiste des médias, Vice-Président du groupe « contenu »
Christophe BARBIER Directeur de la rédaction, L’Express
Jean-FrançoisBARBIER BOUVET Ancien directeur des études et du développement du groupe des P.V.C
Laurent BECCARIA Directeur, Edition les Arènes, Magazine « 21 »
Pierre-Jean BOZO Président, 20 minutes France
Odile CONSEIL Rédactrice en chef, Courrier International
Christian de VILLENEUVE Directeur de la rédaction, Journal du Dimanche
Yvonne DIRAISON Mondadori
Eric FOTTORINO Président du directoire et directeur de la publication, Le Monde
Alix IMBERT Directrice générale, Auxipress
Francis LAMBERT Consultant médias
Hervé LOUBOUTIN Directeur, Le Nouvel Ouest
Valérie MIGATA Directrice, Marquemedia
Jeff MIGNON Consultant médias, 5W
Guillemette PAYEN Editrice, Madame Figaro
Marcel QUIVIGER Rédacteur en chef, Le Télégramme
Benoît RAPHAEL Lepost.fr
Vincent REGNIER Directeur de la rédaction, Le Parisien-Aujourd’hui en France
Agnès ROCHEFORT TURQUIN
Directrice de la recherche, Bayard
Thomas ZLOWODZKI Association pour la qualité de l’information
Jeunesse
Jeanne-Emmanuelle HUTIN Editorialiste, Ouest-France. Vice-Président du groupe « jeunesse »
Jean-Michel ARNAUD Président, Métro France
Bérangère ARNOLD Responsable Read n’go, Orange
Christian BRUNEAU Président-directeur général, groupe L’Hôtellerie
Jérôme BUREAU Directeur de l’information, M6
Matthieu GUEVEL Institut Quali Quanti
Hanane KADDOUR Bondy Blog
Benoît MENU Coordinateur général, CLEMI
Elisabeth ROMAN Rédactrice en chef, Sciences et Vie Découverte
Pascal RUFFENACH Directeur du département Enfance-Jeunesse-Famille, Bayard
Corinne SORIN Directrice de la rédaction, 20 minute

Apres son premier reportage sur la bulle internet la chaîne 13eme rue diffuse sa dernière production cette fois sur le phénomène du buzz sur Internet. Au delà de l’aspect anecdotique l’intérêt de ce documentaire repose sur la démonstration de l’intérêt économique qui nourrit impitoyablement la diffusion du buzz, par exemple dans le cas de Laure Manaudou (déjà abordé ici). On y retrouvera aussi le thème de la manipulation, de la fin du "OFF" et de l’exposition incontrôlée des personnalités politiques.

Bref toute une époque. Je regrette toutefois qu’on mette sur le même plan les buzz crapoteux et le hors antenne qui a valeur d’information (sur ces questions Arret sur images fait un bien meilleur boulot). A signaler quelques passages ironiques sur les bloggeurs qui "aiment passer à la télé". Sur le fond impossible de ne pas rappeler aux bloggeurs, grands ou petit, que tout relève de l’acte publication, avec les conséquences juridiques associées.

La phrase qui résume tout: "avec Internet le hors antenne a trouvé son media"

Certains medias ont toujours beaucoup de mal à mettre un lien vers les sources sur Internet. Donc pour ceux qui veulent lire le rapport les médias et le numérique remis à Sarkozy par Danièle Giazzi, secrétaire générale de l’UMP, cliquez ici (Voir aussi l’entretien avec Danièle Giazzi sur 20Minutes.fr).

Comme prévu le rapport vise à détricoter les dernières barrières limitant la concentration dans l’industrie des medias. L’argument, logique, de la nécessité de de bâtir des groupes multimedia l’emporte sur la question de légiférer sur le seul écosystème de l’internet. Pas le temps de commenter plus avant ce matin  mais je note qu’on tente de renouer sans surprise avec la bonne vieille recette colbertiste qui favorise la constitution de pôles industriels puissants dont on favorisera la position dominante et qui deviendront l’interlocuteur naturel de l’Etat. Reflexe naturel bien français, parfois efficace, toujours spectaculaire, et qui permet de s’économiser une vraie réflexion sur le développement des initiatives individuelles et d’un ecosystème favorable au développement d’un tissu industriel. D’ailleurs je ne vois pas grand monde représentant les medias internet dans la liste des personnes consultées. Mais les principaux consommateurs d’aides de l’Etat y sont bien représentés.

Je constate qu’il y a des petits gestes pour tout le monde et que l’essentiel vise à préserver les intérêts des différents acteurs de la profession. Il faut faire le tri entre les cadeaux, les gestes symboliques et les prises de risques. Je note en vrac pour commenter plus tard, :

- Il faut sortir de la beatitude numérique"

- Sauvegarde des medias traditionnels. La plupart de ces recommandations appellent aujourd’hui des décisions urgentes. Elles touchent en effet :
soit

  • à la sauvegarde des médias traditionnels dont certains sont aujourd’hui menacés dans leur pérennité même, et d’autres dans leur qualité ;
  • soit à l’aide au développement vers le numérique de ces médias, qui risquent sans cela de se replier sur des marchés en régression ;
  • soit au nouveau monde des médias sur le web, à travers des régulations, des instruments de qualité professionnelle ou des cadres juridiques (droit d’auteur) ou éthiques.

- Il n’y aura pas d’indépendance ni de qualité sans rentabilité

- Il y a donc urgence à faire sauter les verrous qui empêchent de grands groupes de médias français à devenir de grands groupes plurimédia mondiaux, entraînant avec eux tout le secteur des industries culturelles.

- Stimuler la compétitivité globale de l’écosystème notamment en favorisant l’émergence de champions internationaux.

Les recos  :

- Recommandation n°1 : Constitutionnaliser la défense du pluralisme et de l’indépendance de la presse
– Recommandation n°2 : Améliorer le financement de la presse en développant le mécénat
– Recommandation n°3 : Créer auprès du Premier ministre un observatoire du pluralisme dans la presse
– Recommandation n°4 : Étendre les compétences du CSA et le charger du respect du pluralisme
– Recommandation n°5 : Élargir les aides de la commission paritaire aux nouveaux supports d’information

[Les journaux gratuits et journaux intenret]  doivent pouvoir bénéficier des dispositifs d’aides existant (aides à la fabrication, aides à la modernisation,…) et, pour les supports pur web d’une TVA à taux réduit que nous recommandons également d’appliquer, comme nous le verrons plus bas, aux supports numériques destitres de presse.

- Recommandation n°6 : Inscrire les chartes de déontologie des journalistes dans leur Convention collective
– Recommandation n°7 : Professionnaliser les sites d’information en favorisant le recrutement de journalistes
– Recommandation n°8 : Recentrer les aides à la presse sur la presse d’information générale et politique
– Recommandation n°9 : Doter l’Agence France Presse d’un statut et d’une direction pérennes
– Recommandation n°10 : Recentrer la Loi Bichet sur sa vocation d’origine

Pour cela, nous recommandons de revenir à l’esprit d’origine de la loi Bichet en limitant son domaine d’application à la seule presse d’information générale et politique (PIGP).
– Recommandation n°11 : Appuyer le plan des NMPP, favoriser l’ouverture de nouveaux points de presse
– Recommandation n°12 : Libéraliser la réglementation des points de vente
– Recommandation n°13 : Développer la pratique du portage à domicile

- Recommandation n°14 : Soutenir une réforme drastique des imprimeries
– Recommandation n°15 : Stimuler la recherche et l’innovation sur la diffusion numérique
– Recommandation n°16 : Soutenir une recherche et une formation ambitieuses sur les stratégies numériques
– Recommandation n°17 : Susciter des formations marketing dans les écoles de journalisme et de communication
– Recommandation n°18 : Inciter les groupes de presse à former leurs journalistes aux technologies numériques
– Recommandation n°19 : Mettre en place des mesures d’incitation à l’investissement numérique

- Recommandation n°20 : Élargir le périmètre des aides à la numérisation
– Recommandation n°21 : Soutenir financièrement la double diffusion analogique et numérique de l’audiovisuel
– Recommandation n°22 : Élargir le périmètre d’intervention de la Caisse des Dépôts à l’investissement dans les groupes de médias
– Recommandation n°23 : Autoriser un groupe de médias à posséder une chaîne de télévision, une radio et un quotidien de dimension nationale
– Recommandation n°24 : Relever le seuil d’audience maximale pour un média radio
– Recommandation n°25 : Asseoir les limites à la concentration de la télévision sur une audience réelle à défi nir plutôt que sur le nombre de chaînes
– Recommandation n°26 : Supprimer les seuils de détention capitalistique (49 %, 15 %, 5 %)
– Recommandation n°27 : Résoudre la question des droits d’auteur des journalistes de la presse écrite
Selon nous, une adaptation du régime actuel des droits d’auteurs s’impose. Elle devrait intégrer trois principes fondamentaux :

  • la neutralité du support (papier vs numérique) ;
  • la sécurité juridique de l’éditeur ;
  • la garantie de droits attachés aux journalistes et
    à leur statut.

    Pour notre part, nous privilégions une approche
    par cercles concentriques ;

  • en contrepartie du paiement d’un salaire, le journaliste
    céderait son contenu à l’ensemble des
    supports d’un même titre ou marque (Ex : pour
    le support papier, le support internet, le support
    mobile…)
  • Ensuite, et dans le cadre d’une négociation
    collective et en contrepartie d’une rémunération
    supplémentaire, la possibilité d’exploiter
    le contenu sur d’autres titres ou marques du
    groupe auquel appartient le journaliste peut être
    accordée ;
  • Enfin, le journaliste, en l’absence d’accord explicite,
    dispose du droit de refuser la cession du
    contenu à l’extérieur du groupe si le support ou
    le groupe acquéreur ne lui convient pas.

- Recommandation n°28 : Adapter le cahier des charges des chaînes de télévision aux contraintes de la nouvelle donne numérique
– Recommandation n°29 : Repenser les obligations de coproduction et les droits patrimoniaux des chaînes de télévision
Augmenter de 15 à 34 % le seuil qui fait considérer les sociétés de production « dépendantes » des chaînes de télévision.

- Recommandation n°30 : Préserver les équilibres économiques face aux évolutions des marchés de la publicité
– Recommandation n°31 : Aménager les règles de la publicité à la télévision
– Recommandation n°32 : Optimiser et garantir les règles de mesure d’audience des contenus
– Recommandation n°33 : Permettre à la radio de relever le défi numérique dans de bonnes conditions
– Recommandation n°34 : Appliquer un régime de TVA unique pour les médias, quel que soit leur support de diffusion

A suivre

J’ai laissé en plan l’affaire Fuzz il y a quelques semaines tout en promettant une suite, elle commence à prendre forme. Sans reprendre la polémique en détail disons qu’une malheureuse vague de jugements en référé ont conduit pas mal de monde à douter de la pertinence du statut d’hébergeur tel que décrit par la LCEN. Au minimum son efficacité à protéger un certain nombre de services en ligne ayant cru pouvoir limiter leur responsabilité en invoquant ce statut. Pour faire court il a suffi de démontrer que ces services "organisaient le contenu" pour contester le statut d’hébergeur et les faire basculer comme éditeurs avec un régime de responsabilité maximum, ce qui a ébranlé plus d’un modèle économique et suscité l’émoi.

Le GESTE qui regroupe une bonne part des principaux medias professionnels d’information en ligne a décidé dans la foulée de mobiliser ses juristes pour plancher sur la question. Objectif: préciser la responsabilité repective des services concernés au besoin en clarifiant la nature de leur activité et  retrouver les conditions favorable à leur développement économique. Je vais essayer de résumer ici le résultat de cette réflexion le plus simplement possible (je ne suis pas juriste mais le GESTE précisera dans les prochaines semaine le détail de cette argumentation).

Au départ, deux points majeurs à retenir:

- Sortir de la distinction binaire hebergeur vs editeur: c’est la leçon des derniers jugements, l’opposition brutale, sans nuance entre les deux statuts mène à l’impasse. Pour une raison simple: le statut d’hébergeur est attractif mais aussi très restrictif en particulier parce qu’il décrit essentiellement une activité de stockage (assertion la plupart du temps risible pour n’importe quel observateur, avis personnel). S’il apparaît d’une manière ou une autre que l’activité du service s’étend au delà du simple stockage c’est l’ensemble du statut qui est remis en question. Dans un système binaire cela signifie qu’on bascule ipso facto du côté du statut d’éditeur avec un régime de responsabilité accru. C’est exactement ce qui est arrivé avec Fuzz. Autrement dit, revendiquer  le statut d’hébergeur est un jeu à quitte ou double. On gagne ou on perd tout. Mais surtout on s’interdit de plaider sur toutes les nuances de l’activité, par exemple d’agrégateur, puisqu’elles vont toutes contredire l’activité d’hébergement (on organise les contenus, on indexe, on hiérarchise etc…). Du coup, dans un contexte hostile, on se retrouve suspecté de mauvaise foi. Bing!

- Préciser la définition de l’éditeur: c’est le grand paradoxe du débat, le concept qui semble le plus solide dans l’esprit de tous les acteurs est un mirage. Croyez-le ou non (voir les commentaires de mon billet et mon échange avec Lionel Thoumyre de Jurisnet.com) le statut d’éditeur n’existe pas. Pire, entre multimedia, audiovisuel, interactivité, il devient chaque jour plus complexe et fuyant. Au mieux on l’identifie aux medias traditionnels, à sa forme la plus palpable, l’édition papier. Il n’est plus opérant. Qualifier sans nuance la plupart des services interactifs d'"éditeurs" à défaut de pouvoir les définir comme hébergeur, revient donc à les expédier à l’autre extrémité du spectre des définitions possibles, dans le mur ou le néant.

La vérité est simple est cruelle. La plupart des services concernés par la polémique  ne sont pas des hébergeurs au sens strict du terme. C’est une évidence, du moins hors du champ juridique. Ils ne sont pas non plus des éditeurs au sens traditionnel. C’est aussi une évidence. La question n’est pas de savoir s’ils sont hébergeurs (qui peut croire sérieusement que Murdoch investirait pour vendre du gigaoctet), la question est de savoir s’ils peuvent le plaider. Nuance.

Paradoxe les éditeurs traditionnels s’éloignent aussi de la simple activité de production de contenus, ce que reconnaît la LCEN en leur reconnaissant une fraction du statut d’hébergeur, par exemple en ce qui concerne la gestion des commentaires (dans le cas d’une modération a posteriori la responsabilité est celle d’un hébergeur, pour faire court).

Constat important: la LCEN a introduit l’idée qu’au sein d’un même service ou media, la nature de la responsabilité pouvait être nuancée. Une façon polie de reconnaître la nature profondément ambivalente des medias en ligne. Rétrospectivement c’était une approche visionnaire, même si, au départ il ne s’agissait que de préserver des lieux de débat et la liberté d’expression. C’est ce point, je crois, qu’il faut préserver.

La proposition du GESTE: reconnaître la notion d’éditeur de services

Simple. Ne remettons pas en cause le statut d’hebergeur, il décrit une activité qui existe bel et bien. Opérons une distinction dans le statut d’éditeur. Le GESTE a déja produit une définition du statut d’éditeur qui reconnaît l’ambivalence entre la production de contenu et la production de services (à télécharger ici). Enfoncons le clou, reconnaissons la distinction entre éditeurs de contenus et éditeurs de services. L’éditeur de services organise des contenus, peut opérer des choix éditoriaux, indexer, ajouter des mots clés, hiérarchiser l’information avec ses utilisateurs (pensons à Digg.com). L’éditeur de service peut réaliser tout celà sans produire ni prendre connaissance des contenus un par un. L’éditeur de service a la responsabilité des choix éditoriaux qu’il opère en organisant même partiellement les contenus, il n’a pas la responsabilité des contenus eux-mêmes à la différence de l’éditeur de contenus. Bref il est reponsable de ce qu’il édite vraiment. Il peut ainsi réagir a posteriori à un contenu litigieux selon le même régime de responsabilité qui est reconnu à l’hébergeur… et à l’éditeur de contenus dans le cas des commentaires.

Appliqué à Fuzz c’est lui permettre de reconnaître pleinement l’ambition éditoriale de ce service tout en le déchargeant de la responsabilité de contenus produits par d’autres (à condition qu’il ne les produisent pas lui-même mais c’est une autre histoire). C’est aussi et surtout l’opportunité de pouvoir se défendre sans devoir se revendiquer d’une improbable activité de stockage.

Dans les prochaines semaines, peut être via un nouveau livre blanc, le GESTE devrait préciser cette approche dont le mérite est aussi de ne pas remettre en cause les acquis de la LCEN. Je précise au passage, que bien qu’ayant pris part au débat certains commentaires écrits ici relève de mon opinion personnelle et n’engage pas tous les membres du GESTE. 
Parce qu’il faut rendre à César son dû, je remercie Marine Pouyat, juriste du GESTE, et surtout Etienne Drouard avocat du cabinet Morgan Lewis qui ont orchestré ces travaux en un temps record (je ne désespère pas de leur faire ouvrir un jour un compte Facebook mais pour le moment on se passera de liens). J’espère n’avoir pas dénaturé leur raisonnement.

La discussion ne fait que commencer. J’inaugure le crash test en exposant ces idées dès demain aux ateliers de l’ADIJ dans le cadre d’un débat avec Lionel Thoumyre (Juriscom.net) qui est aussi l’avocat de Myspace.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.