Cette fois il semble que les passions se lâchent: « Il y a encore six mois nous pensions y arriver, mais aujourd’hui, avec la crise actuelle, nous vous considérons comme notre pire ennemi », Pierre Conte, patron de Publiprint (Figaro). Selon la retranscription des échanges de la dernière session du pôle 3 des Etats Généraux il est clair que Google est désormais dans la ligne de mire des éditeurs français. Les propos sont violents et adressés à Josh Cohen en charge de Google News qui était l’invité du jour. J’assisterai demain matin à la prochaine rencontre entre Google et les éditeurs, cette fois dans le cadre du Geste, j’espère que le sang froid sera au rendez-vous.

Cette fois il ne s’agit plus de reprocher à Google la reprise des contenus sur Google news (assumée par tout le monde ou presque depuis le dernier étripage en 2003 que j’ai raconté ici) mais son rôle dans l’effondrement des tarifs publicitaires. Un débat complexe mais qui prouve que tout le monde a désormais bien identifié la nature du problème qui mine la presse en ligne: l’impossibilité de monétiser correctement l’information. Je ne suis pas sûr que Google soit le seul responsable sur un marché français où les CPM sont depuis longtemps très inférieurs aux voisins (lire aussi ici). Mais avec un cpm largement  inférieur à 10 euros sur Youtube et et un Google qui se met à proposer de la publicité vendue à la performance (cpc) dans les formats de type carré ou bannière (le display qui assure l’essentiel des revenus des medias) force est de constater qu’il participe activement à vider la baignoire.

Je verrai demain comment s’orientent les débats et la réponse de Google mais je doute que Josh Cohen soit le meilleur interlocuteur pour discuter de ces questions. A mon sens la question du démantèlement de Google se posera nécessairement tôt ou tard non pour remettre en cause le coeur de son activité mais parce que sa position dominante à la fois dans la distribution (search) et comme régie publicitaire constitue désormais une aberration économique qu’on n’aurait toléré d’aucun acteur économique dans une économie traditionnelle.

J’apprécie comme beaucoup la puissance du moteur de recherche et sa contribution à l’ouverture de l’économie des savoirs mais je pense que son modèle économique, du fait de sa position outrageusement dominante, relève désormais plus de la taxation des échanges économiques plus que des mécanismes du commerce. Google ponctionne la valeur ajoutée du commerce en ligne plus qu’il ne le facilite. Je l’écrivais en 2005 en comparant cette domination à celle des banquiers Lombards au Moyen-Age:  « l’enjeu c’est le pouvoir, celui qui contrôle les routes du commerce, filtre les échanges, les ponctionne, fixe les règles ». En clair parce que Google contrôle les routes du commerce il est en situation de contrôler les mécanismes de fixation des prix. C’est la question.

MAJ 15/12/08
Quelques nouvelles  réactions des témoins à lire absolument:

Google en panne d’algorithme politique par Frederic Filloux sur E24.fr

« Google Chahuté » par Sophie Gohier, éditrice de L’Express.fr

Mediawatch avec (encore) Eric Scherer en version anglaise mais qui enrichit son compte rendu de la session qui s’est déroulé avec le GESTE le lendemain.

(Note: j’ai décidé de m’abstenir de faire le récit de la session du vendredi, nettement moins polémique de toute façon mais ayant un caractère privé. J’attends surtout pour commenter de savoir quel sera le texte final qui sera publié à l’issu des Etats Généraux).

On l’attendait depuis des années, c’est fait. Google Archives ouvre ses portes et propose plus de 50 années d’archives de journaux. Impressionnant même si le nombre de sources semble encore limité, le New York Times se taillant la part du lion dans cette bibliotheque d’un nouveau genre (voir par exemple sur la requete « Nixon » les archives qui remontent jusqu’en 1950). En France c’est Le Monde et le Point qui semblent remonter le plus régulièrement: voir sur la requête « balladur« .

Toutefois il semble que l’ensemble du contenu ne soit pas issu de partenariats. Pas mal de sources semblent indexées à partir du référencement naturel des articles. Sur la requête « balladur » on peut trouver en bas de page un article de Liberation de 2007 mais contrairement au Monde il ne s’agit pas d’une page d’archive mais d’une page à imprimer dépourvue de publicité (voir ici). Dommage, aucun revenu à espérer. Même problème pour Les Echos ou je tombe sur des brêves en acces libre mais quand même monétisées par la publicité. Je retrouve avec plaisir les articles de ZDNet.fr de 2003 et comme je confirme n’avoir pas d’accord concernant ces archives j’en déduis que Google a pioché ça et là dans son index pour constituer ses archives. 

Principal avantage du système, et c’est une bonne nouvelle, Google préserve le modèle économique des éditeurs en pointant vers les pages d’archives payantes si nécessaire, vers la page en accès libre si disponible. D’où l’intérêt de rendre visible le chapô ou résumé de ses articles quand ils sont payants (ce que nous avions fait aux Echos mais Google ne semble pas l’avoir identifié). Selon Techcrunch Marissa Meyer annonce la mise à disposition d’archives numérisées par Google mais je n’ai pu trouver des exemples de ce type, la plupart des sources disposant de leurs propres archives. 

Au final Google Archives se comporte ni plus ni moins comme une extension de Google News à un détail près puisqu’il comporte aussi des liens vers Google Books comme on peut le voir sur cette requête (toujours »nixon », troisième et cinquième paragraphe). 

Le résultat est, je dois dire, impressionnant, et pourrait donner un peu d’oxygène au marché des archives payantes auparavant chasse gardée de quelques prestataires privés. Ici les éditeurs restent maître de la commercialisation de leurs archives donc de leur politique de prix, Google se rémunère comme d’habitude sur la recherche. Bien vu, l’initiative ne devrait moins se prêter à la polémique que Google News à ses débuts.

Je ne vais pas m’amuser à disséquer Google Chrome, la moitié de la blogosphere s’en occupe ce soir et vous trouverez ça demain matin. Je note un truc amusant en activant le fameux onglet dit de « navigation privée » qui va faire couler beaucoup d’encre. A l’ouverture ce message qui montre qu’on doute de rien chez Google: 

Passer en navigation privée n’a aucun effet sur les autres utilisateurs, serveurs ou logiciels. Méfiez-vous :

  • des sites Web qui collectent ou partagent des informations vous concernant ;
  • des fournisseurs d’accès Internet ou des employeurs qui conservent une trace des pages que vous visitez ;
  • des programmes indésirables qui enregistrent vos frappes en échange d’émoticônes gratuites ;
  • des agents secrets ;
  • des personnes qui se tiennent derrière vous

Je suppose qu’ils parlent des données de navigation partagées avec Doubleclick. je suppose ensuite qu’ils savent que la Loi impose désormais aux fournisseurs d’accès et aux entreprises de conserver les données de navigation. Enfin je pense qu’il veulent nous dire qu’il faut se méfier des distributeurs de spywares qu’on trouve via les liens Adwords. Du coup je me retourne pour regarder le portrait de Sergey Brin que j’ai punaisé derrière moi et je me dis qu’il est gonflé le gars !   ;-)

(Beau boulot quand même sur ce navigateur mais pas plus rapide que Firefox d’apres mes tests mais argh! mais où sont les flux RSS??!!)

La rentrée s’annonce chaude. Google devrait lancer aujourd’hui son navigateur maison, Google Chrome. On peut dire que c’est un des buzz les plus spectaculaires du moment, Google ayant choisi de diffuser l’annonce auprès d’un public restreint, sous la forme d’une bande dessinée (Voir sur le site Blogoscoped.com qui reproduit les 38 pages de cette BD d’un nouveau genre). En quelques heures l’annonce fait le tour du web. Impressionnant.

J’ai parcouru ces pages et au delà de la simple annonce d’un nouveau navigateur ma première réaction à chaud est simple. Le message tient dans la première page: un constat limpide, le navigateur web n’est plus un navigateur c’est avant tout la nouvelle interface pour utiliser des applications web. Le navigateur est le nouveau bureau au sein de votre PC. L’annonce d’une multitude de nouveautés ergonomiques (certaines inspirée du navigateur Opera, comme quoi on n’invente rien…) ne pèse pas lourd face à la démonstration de fond. Sur de nombreuses pages la BD de Google explique comment Google Chrome est avant tout conçu pour optimiser les fonctions multitâches, la mémoire de votre PC, la sécurité etc…

Je laisse aux nombreux commentateurs le soin de disséquer dans les prochains jours les fonctionnalités de la bête. Pour moi le message est clair, Google Chrome est l’offensive attendue pour détroner Microsoft du PC. Non pour bousculer Explorer mais l’ensemble de l’écosystème qui vise à contrôler la chaîne de distribution des services sur votre PC. Comprenez du système d’exploitation au web (dont Google régule déjà l’économie) en passant par les outils de bureautique. La chaîne nourricière de Microsoft depuis sa fondation.

Un exemple simple: si chaque onglet (« tab ») peut fonctionner en toute indépendance et se séparer du corps du navigateur et si dans chaque onglet nous ouvrons une application, alors nous avons reproduit via le navigateur l’exact fonctionnement d’une suite d’applications. Reste à sécuriser l’utilisation de l’ensemble et en particulier des données introduites par l’utilisateur (image, chiffres, textes) et il ne reste plus grand chose qui nous sépare de la suite de logiciels. C’est exactement ce que démontre la présentation de Google Chrome. Saut ultime. Plus besoin de PC complexe, place au terminal connecté au web. Le PC low cost (j’ai mon asus eee pc 900 ouf merci).

Bref on ne va pas s’ennuyer dans les prochains mois

MAJ 02/09/08 : télécharger Google Chrome sur ZDNet.fr

Stay tuned…

Google est notre ami. Il se balade chez nous, dans toutes les pièces. Il ne touche à rien mais regarde un peu partout.  Parfois, parce que c’est notre ami, on lui prête un caleçon et des chaussettes. Pas de gêne entre nous, après tout il nous apporte chaque jour des cookies. Seulement ce matin le potos s’est fait la malle avec tous nos caleçons. Le voilà qui se balade sur la place du village et commence à exposer nos sous-vêtements devant l’épicerie.

En quelques jours Google vient de prendre deux initiatives qui déshabillent littéralement l’ensemble des acteurs du Web. Avec la nouvelle option « websites » de Google Trends il propose une estimation précise du trafic d’un site (il faut s’enregistrer pour faire apparaitre les données volumétriques). Avec Ad Planner il fournit aux annonceurs des informations sur l’audience du site,  volume et données socio-démographiques. Données exportables dans les outils de media planning. Des données accessibles gratuitement aux annonceurs. Une mise à mort programmée des Comscore, Nielsen.

Comment Google peut-il réaliser ça?

Simple, quand vous indexez la quasi totalité du web, que vous monopolisez 90% des requêtes d’utilisateurs, que vous mesurez directement les flux de trafic de certains sites (via Google Analytics), que vous représentez 40 à 70% de l’apport de trafic moyen d’un site et que vos cookies conservent les habitudes de consommation des utilisateurs il ne reste plus grand chose à savoir sur vous. Votre nom? Ouvrez-donc un compte Gmail…

Pourquoi gratuit?

C’est une question qui peut paraître incongrue alors que plus personne de s’étonne de la légereté avec laquelle le Web 2.0 traite la question de la monétisation. Pourquoi fournir ces données gratuitement? Parce que Google peut se le permettre? Non. Enfin plus exactement oui il peut se le permettre, mais non je ne pense pas que ce soit la raison fondamentale. On sous estime, je pense, le caractère profondément idéologique de la démarche de Google, depuis les premiers jours de sa fondation. On peut brocader le « Do no evil » mais même Eric Schmidt confesse qu’il ne s’agit pas d’une lubie d’étudiant. L’assertion fondamentale « Google veut aider les gens à trouver ce qu’ils cherchent » (lire l’histoire de Google) contient bien plus de significations qu’il n’y paraît.

Google veut rendre l’information accessible à tous non comme une gigantesque entreprise de distribution mais en anihilant ses coûts. La valeur marchande de l’information tend vers zéro non parce qu’elle prolifère mais parce qu’un moteur de recherche omniscient supprime les barrière d’accès et le facteur de rareté. La gratuité absolue des outils de recherche est le facteur indispensable pour conduire à la gratuité de l’information. C’est une stratégie destructrice pour ceux qui vivent de l’information, elle est voulue, calculée, tout au moins assumée.

Pourquoi?

Des souvenirs d’étudiants en économie me hantent chaque jour un peu plus à mesure que j’observe le développement de l’internet. En particulier les souvenirs, terriblement ennuyeux, des multiples exercices de modélisation mathématique des théories néolibérales. Je constate chaque jour un peu plus combien internet incarne les fantasmes des théoriciens de l’économie. Gloser sur la main invisible d’Adam Smith n’est pas nouveau, mais construire le modèle absolu du marché avec une fluidité parfaite du mécanisme de l’offre et la demande  n’est pas une chose banale.

Rien n’est encore parfait ni absolu dans l’ecosystème numérique mais une barrière fondamentale est en train de tomber, et je pense c’est le sens de la démarche de Google. Un des prérequis fondamentaux de l’économie néolibérale consiste à permettre aux acteurs de l’économie d’accéder aux informations du marché dans des conditions de transparences absolues. La fixation du juste prix en découle. Nul n’osait en rêver, il s’agissait avant tout d’une construction mathématique. Avec une conséquence politique notable: on accordait à l’Etat la mission de faciliter l’accès à l’information, ce qu’il s’est de tout temps empressé de faire de façon très partielle puisque du contrôle de l’information naît le pouvoir…

Le problème?

Il est devant nous, il est titanesque. Personne n’aurait osé imaginer que l’accès à l’information et sa fluidité reposerait un jour entre les mains … d’une entreprise privée. En d’autres termes Google est en train de mettre en place les fondamentaux d’une économie néolibérale en détruisant barrières traditionnelles de l’industrie et des Etats. Séduisant? Certainement.

Certainement Si on passe que Google est lui même un acteur économique et non un acteur politique. Si on passe sur le fait que les revenus de Google proviennent désormais moins de la vente de service que de la ponction financière des échanges économiques qu’il induit lui-même, ni plus ni moins qu’un baron du Moyen Age au croisement d’une route commerciale. Une taxe. Un impôt.

Lors du rachat de Google Analytics puis de Doubleclick certaines voix se sont élevées pour critiquer la position dominante d’un acteur qui contrôle désormais la distribution, l’accès à l’information, la mesure d’audience, la régie publicitaire pour son seul profit. De quoi s’agit-il? De l’ensemble des mécanismes de marché régulant la fixation des prix. Paradoxe effrayant, Google, ce monstre issu du fantasme d’une économie néo-libérale épurée, contrôle les prix parce qu’il contrôle désormais les voies commerciales et l’accès à l’information.

Les autorités de régulation n’y ont vu que du feu, faut-il s’en étonner?

En général si une entreprise investit près de deux milliards de dollars pour un jouet, elle s’intéresse assez rapidement à la meilleurs manière de le rentabiliser. On peut supposer qu’elle consacre un peu de temps et ses meilleurs experts au problème. En général aussi les règles du commerce font qu’il n’est pas envisageable de vendre à perte un service pour acquérir des parts de marché sous peine de se voir accuser de concurrence déloyale. Encore faut-il qu’il y ait une concurrence…

Pour Google il semble que certaines règles ne s’appliquent pas. Ca ressemble presque à une blague « cool » comme la neteconomie en a le secret. Dans un entretien filmé organisé par le New Yorker Eric Schmidt, Pdg de Google, explique tranquillement que « lors d’une réunion en janvier » il a annoncé à ses cadres qu’il serait peut être bon de s’intéresser à la monétisation de Youtube. Et même d’envisager de le rendre rentable fin 2008. Pour ça il a un plan, même « s’il n’aime pas les objectifs de court terme » comme le relève Newsfactor.

Alors que tout le monde spécule depuis deux ans sur les revenus de Youtube, l’annonce confirme d’abord que Youtube ne l’est pas, rentable. Ensuite que l’acquisition  relevait bien de la prise de position dominante plus que d’un calcul économique. Reste à savoir si les propos d’Eric Schmidt relève de la posture « cool » face à l’agressivité de Wall Street, d’une manière de signifier que Google dispose de relais de croissance, ou de la simple légereté. Que penser du départ, il y a quelques semaines, de Shashi Seth, précisément responsable de la monétisation de Youtube?

Et si Google ne parvenait tout simplement pas à monétiser Youtube? Du bluff?

> Lire aussi sur ZDNet

Pas si simple, Ballmer semble beaucoup plus prudent que la plupart des analystes: » la valorisation de Facebook doit encore être déterminée » a-t-il expliqué à Reuters. On compare souvent l’accord à celui de Google avec Myspace mais il ressemble plus à celui de Google avec AOL, ce dernier ayant été occulté par le premier. A l’époque, en 2005, on en avait déduit une valorisation d’AOL à 20 milliards de dollars. Qu’en reste-t-il? L’action de Time Warner était à 18$, elle est désormais légèrement inférieure. Pas d’effet majeur, deux ans plus tard. On ne connait pas non plus les détails de l’accord avec Facebook. Un accord habilement commenté par Didier Durand (sauf qu’à mon avis la commission de Google est plus près de 10% que de 20%) qui montre, comme pour AOL, qu’il s’agit plus de s’assurer une part de marché.

Maj 14/11/07:  bien vu Techsoapbox, la valorisation de 15 milliards est un fantasme. L’investissement intègre une participation et un accord commercial plus ce qu’on ne sait pas… Bref Scénario semblable à l’accord avec AOL comme je le pressentais. Maintenant il va falloir vivre avec des centaines d’articloes de presse et de conférenciers qui débuterons par « Facebook, recemment valorisé 15 milliards de dollars… »

Voir aussi l’analyse de Freddy.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.