La crise favorise les solutions extrèmes, c’est compréhensible, mais on ne peut que s’étonner de la différence des niveaux de réflexion stratégique d’un pays à l’autre. Côté France je découvre avec stupéfaction (pour ne pas dire plus) l’existence d’un projet de taxation des FAI, soutenu par la direction de Liberation, pour financer la presse généraliste, grosso modo la licence globale appliquée à la presse.

Cela prête à sourire mais je crois volontiers que l’absense de perspectives puisse conduire à ce genre de réflexe désespéré, en particulier quand on a la charge de sauver des emplois. Je n’aime pas du tout en revanche que l’on brandisse l’argument de la démocratie en péril pour justifier des avantages économiques . Je soutiens une grande partie des mesures issues des Etats Généraux concernant les droits d’auteur des journalistes et le statut d’éditeur en ligne, je suis extrèmement réservé vis à vis des mesures destinées à créer un sous-statut pour la presse « d’information générale et politique « . En pratique elle vise à délimiter très arbitrairement le petit cercle de la presse « utile à la démocratie » qui se partagera les aides de l’Etat. La ficelle est grosse, faut-il pour autant y ajouter le produit d’une taxation des FAI. Le raisonnement me laisse pantois. Je passe sur la répartition calculée « sur la fréquentation et  la taille des rédactions ».  Quelle sorte d’aveuglement ou d’arrogance (ou de désespoir) peut soutenir un tel raisonnement ?

Côté US, le vent de résistance de la presse accouche d’un document probablement discutable mais à l’argumentation calculée. Issu d’une réflexion menée par les directions de plusieurs journaux américains ce document intitulé « Newspaper Economic Action Plan » résume les grandes lignes d’une stratégie consistant à généraliser la formule payante pour la presse d’information généraliste. A noter que ce livre blanc reprend les données des modèles économiques soumis par l’ami Jeff Mignon sur son blog  (voir ici directement les hypothèses de calcul). Je ne partage pas la volonté récurrente d’en découdre avec Google News mais il faut reconnaitre que le scénario est moins caricatural que l’approche binaire tout payant contre tout gratuit. En particulier il intègre l’usage des API, c’est à dire la necessité d’associer au payant une stratégie de distribution des contenus tenant compte des avancées technologiques des dernières années. En particulier une volonté de faire payer les usages plutot que les contenus (je reste farouchement hostile au paiement à l’acte article par article mais après tout chacun peut établir ses propres recettes).

Pour être complet voici une première critique de ce document sur le blog de Scott Rosenberg (co-fondateur de Salon.com). Ses arguments basés sur ses propres échecs me paraissent valables mais il me semble que si une grande majorité des journaux adoptent de concert une stratégie payante il peut se créer un écosystème plus favorable qu’au cours des dernières années (où envisager le payant semblait une erreur face à un marché publicitaire en croissance rapide). Tout cela bien sûr au prix d’une décroissance de l’audience des sites de news généralistes, c’est tout le point. Autrement dit renoncer aux revenus incrémentaux de la longue traîne pour privilégier une hausse du revenu par utilisateur et une audience qualifié.

L’approche des journaux US appliquée au raisonnement de Joffrin reviendrait non pas à taxer les FAI mais au contraire travailler avec eux c’est à dire les utiliser pour ce qu’ils sont: des canaux de distribution. Une piste: faire financer par Orange l’accés aux contenus payants du quotidien des abonnés Orange. Techniquement l’accès et l’authentification des abonnés peut s’effectuer en toute transparence via les API Orange Connect (injustement méconnues, semblable au dispositif Facebook Connect – voir le dispositif Orange Connect que nous avons installé sur CNETFrance.fr - cliquer sur « Identification » en haut à droite puis le logo Orange). Un accord de régie avec Orange peut permettre de compenser tout ou partie des coûts grâce au ciblage publicitaire spécifique de ces abonnés. La qualification des profils peut également générer de nouvelles sources de revenus, on me pardonnera de ne pas les détailler ici.

Avantage: c’est la valeur de l’abonnement ou de l’accès payant, contrôlé par l’éditeur, qui fixe le niveau de valorisation de l’opération et non les conditions volatiles du marché publicitaire sur des audiences non qualifiées. Certes  celà pose la question de l’indépendance vis à vis des opérateurs mais c’est une autre histoire. Un scénario négociable n’est-il pas préférable à des conditions commerciales imposées ou un impôt?

MAJ 04/06/09 via Eric Scherrer: la stratégie mixte du Wall Street Journal où Google News n’est pas bloqué mais est utilisé comme vecteur de recrutement.

Après plusieurs mois d’hibernation je me réveille dans la France d’après Hadopi. Pour être franc j’ai eu un peu de mal avec l’hystérie pro et anti Hadopi qui a littéralement laminé tout débat constructif  (je me reconnais un peu dans le constat désabusé de JM Planche par exemple). On en reparlera.

A l’occasion d’un contrôle de routine des stats Nielsen je découvre que l’audience du plus populaire service p2p en France est en net déclin depuis janvier 2009.  Du coup la question se pose: ne serait-ce pas un début d’effet Hadopi? Sur la courbe ci-dessous extraite des données de l’ancien panel de Nielsen, j’ai ajouté l’audience de PirateBay, beaucoup plus modeste et en hausse légère pour montrer que le report de trafic ne s’est pas fait de ce côté. Ceci malgré une notoriété dopée par la couverture médiatique de son procès.

La courbe montre qu’Emule a perdu près d’un million d’utilisateurs en quatre mois, de 5 millions à 4 millions de visiteurs uniques.  (Les données sont exprimées en visiteurs uniques)

Audience Nielsen 2009 de Emule et Pirate Bay en France

Audience Nielsen 2009 de Emule et Pirate Bay en France

(Emule est depuis longtemps dans le collimateur des FAI, certains filtrant les ports utilisés par ce logiciel pour communiquer mais ces filtrages existaient en 2008 rien ne prouve qu’ils soient à l’origine du déclin)

A l’occasion de la lecture sur Mediacafé d’un nième article sur le mal de la presse et tout le gnagnagna sur la qualité des contenus et la misère de la presse d’opinion je me suis fendu d’un long commentaire que je crois assez en décalage avec ce qui se dit habituellement pour juger qu’il a sa place ici.  Je me permets de le reproduire ci-dessous et de l’enrichir un peu , il tiendra aussi lieu de réponse tardive aux conclusions des Etats généraux .

***

Pour commencer, même si je partage avec d’autres une vision critique sur la qualité des contenus il me semble utile de relever les paradoxes suivants:

- Si c’était une crise du contenu pourquoi les mêmes journaux en ligne battent des records d’audience. Avec une grande part de l’audience sur des dépêches d’agence réécrites et parfaitement interchangeables d’un media à l’autre.

- Si c’est un problème de presse d’opinion comment expliquer que sur Internet c’est justement l’opinon et la subjectivité qui triomphent au travers des blogs (et que tout le monde acclame)

- Pourquoi toujours critiquer la stratégie internet des grands titres de presse alors qu’ils ont pour la plupart atteint des niveaux d’audience tout à fait respectables.

Mes conclusions:
Question contenu c’est moins une question de fond que de nouveaux usages et d’adaptation des contenus aux nouveaux modes de lecture.

La vraie question de fond: une lutte pour le pouvoir et la friction entre classes sociales. L’internet permet l’expression d’une communauté qui ne se sent pas représentée par ses élites, ses journaux. La fracture s’étend jusqu’au coeur des rédactions, elle cisaille les partis politiques etc…

Internet est l’instrument de la revanche des classes moyennes qui voient s’éloigner les perspectives de progression sociale. C’est le media des cols blancs qui se découvrent en voie de prolétarisation et vont s’allier très naturellement avec les professions intellectuelles de plus en plus marginalisées vis à vis du pouvoir économique.
Parmi elles, une grande partie des…journalistes.

Ce qui explique que la fracture passe au beau milieu des rédactions et que certains aient besoin de mettre en avant plus que de nécessaire la question d’un contenu devenu « illégitime » (je ne dis pas que cette critique est totalement infondée).

En vérité c’est une bataille pour la prise de pouvoir autour des fonctions d’intermédiation. Et comme toute lutte qui se veut révolutionnaire, ceux qui la mènent le font au nom du peuple et de la démocratie pour n’instaurer, au final, qu’un système équivalent mais rénové.

La presse traditionnelle menée par des générations ayant précédé l’âge du numérique s’accroche à l’ancien système de pouvoir politique et reçoit une juste rétribution de sa peine. Un salaire bien mérité rendu possible parce que la balance économique leur est encore favorable. Pas sa tendance…

Moralité : pour parvenir à accomplir a révolution numérique au sein de l’industrie de la presse il faut le faire avec l’appui de forces politiques représentatives des aspirations des classes moyennes (pour le moment aucun parti politique ne répond à ce cahier des charges) mais également construire de nouveaux circuits de financement dégagés des influences de l’Etat et de l’industrie traditionnelle.

On est encore loin du compte et le risque est grand de découvrir que de tout cela émergera un ordre économique qui renforcera en réalité la précarité de ses acteurs. En grande partie parce que les nouveaux circuits de financement servent directement les intérêts marchands et n’offrent à l’industrie de l’information que la perspective d’une économie de survie tout en encourageant un mode individualisé de production de l’information. Mode hautement précaire et soumis au risque juridique.

Au final on accouchera d’une industrie qui relèvera plus de la production agricole et dont la matière première servira essentiellement à nourrir le pouvoir des véritables nouveaux infomédiaires, l’industrie des telecoms, Google et tous les services relevant de la distribution des biens numériques. Pour le moment rien n’est encore irréversible.

Beaucoup citent Digg.com comme une des meilleures réussites du web dit 2.0 et je constate en discutant ça et là  que de nombreux commentateurs entretiennent l’illusion que Digg est une activité rentable. C’est faux. J’en suis le premier surpris. C’est ce que révèle BusinessWeek qui s’est plongé dans les comptes de la société. Digg.com accuse 4 M$ de pertes sur les trois premiers trimestres 2008 pour 6.4M$ de chiffre d’affaires. Un résultat en nette dégradation puisque le service accusait déjà 2,8M$ de pertes en 2007 (pour 4,8 M$ de CA).

A lire aussi un article intéressant de Techcrunch US qui anticipe en estimant les pertes totales de Digg pour 2008 à 5,3M$ pour 8,5 M$ de CA.

Lisez  très attentivement cet article d’Australian IT qui révèle un petit scandale sur certaines pratiques d’agences de pub en Australie.

En résumé: certaines agences ont compris comment exploiter le différentiel de CPM entre des sites éditoriaux à forte valeur ajoutée et des sites ou services à faibles CPM. Pour cela elles diffusent des campagnes sur les premiers, destinées à recueillir les données de navigation et de comportement des internautes. Ces informations sont stockées dans des cookies exploités par les adservers (les serveurs chargés de diffuser les campagnes publicitaires). Si l’internaute est identifié plus tard, par la présence sur son PC de ce cookie,  sur un site ou des réseaux à faibles CPM on lui sert alors une publicité ciblée et evidemment moins couteuse à diffuser que sur le premier site.

En clair on utilise les informations recueillies sur le site à forte valeur ajoutée pour qualifier l’audience sur un autre site à faible valeur ajoutée. C’est le but  du ciblage comportemental destiné clairement à valoriser les immenses inventaires des grands portails par exemple sur les pages des boites aux lettres électroniques. Sauf qu’ici on n’achète qu’un minimum d’espace sur le site de l’éditeur, voire même des espaces insignifiants, peu performants et à faible coût, le but n’étant pas en réalité de diffuser la campagne mais de générer un maximum de cookies qualifiés. Le gros de la campagne est dépensé ailleurs à moindre coûts mais en la justifiant par une audience qualifiée sur des sites!

Tout ceci à l’insu de l’éditeur du premier site et surtout à l’insu de l’utilisateur lui même. Pour faire court imaginez qu’un lecteur de LesEchos.fr se voit proposer de la publicité pour des services financiers quand il navigue sur un site de voyage. Pas scandaleux en soi, sauf que tout  le bénéfice de la stratégie consistant à proposer des contenus exigeants à une audience très ciblée est détourné à l’insu de l’éditeur pour enrichir un autre service. Autrement dit sur l’éditeur pèse l’ensemble des côuts permettant de qualifier une audience tandis que le bénéfice est collecté ailleurs. Les réseaux à faible CPM parasitent les sites à forts CPM… CQFD.

Ce que vient de rendre public cet article, et qu’on appelle le « retargeting » (reciblage) n’est ni plus ni moins qu’un vol. Au centre de la polémique: le rôle des ad-servers (les serveurs qui diffusent techniquement les campagnes) qui sont au coeur du système sur chaque page des éditeurs,  captent l’information et peuvent être manipulés en acceptant l’ajout de système de tracking de sociétés tierces.

Une question simple: qui contrôle les ad servers ?

La question compliquée: ce détournement de la valeur de l’audience est un vol car il s’effectue à l’insu des éditeurs et des utilisateurs. Mais comment le qualifier si on obtenait l’autorisation de l’une ou l’autre des parties?

Comment?

En rendant le processus cool
En rendant le processus utile

En le baptisant Open social ou Open Id, par exemple…

(Qu’on se rassure pour ça aussi il y a une réponse, une réponse négociée basée sur la reconnaissance du déséquilibre de l’échange de valeur. Encore faut-il la mesurer)

A lire sur ZDNet.fr (un des sites dont j’ai la charge) un entretien avec Olivier Abecassis DG de WAT, la plate-forme video de TF1. Il annonce un intéressant revirement de stratégie: désormais la priorité consiste à monétiser le contenu propriétaire de la chaîne ainsi que celui de ses partenaires. WAT continuera à héberger le contenu des utilisateurs (UGC) mais ne croit plus à la capacité de tirer des revenus suffisants de ces videos à la qualité aléatoire et controversée.

Une décision qu’on peut rapprocher de la stratégie autour de Hulu.com aux USA, soutenue en particulier par Fox (Murdoch) et qui consiste à privilégier exclusivement la monétisation des contenus des éditeurs. Le calcul est simple: mieux vaut moins d’audience mais une monétisation à l’unité accrue et exploiter ses fonds de catalogue. En face rappellons que Youtube ne monétise que moins de 5% de son stock de video.

La strategie des Youtube, Dailymotion et même Myspace consiste aussi à accroitre la part du contenu propriétaire par des accords avec des éditeurs mais également, ce qui est passé un peu plus inaperçu, à recycler le contenu « piraté ». Comment? Grâce aux différents système d’identification des videos qui permettent de réattribuer la paternité de ces contenus aux éditeurs d’origine et de leur proposer un partage des revenus sur leur exploitation. Une stratégie ingénieuse qui transforme le piratage en système de distribution. Malin. Très malin même si, en pratique, l’identification des videos est loin d’être un processus fiable et repose sur la capacité de référencer au préalable les oeuvres originales afin de comparer les signatures numériques.

Bref deux modèles et deux choix stratégiques s’opposent sur le marché de la video. Une course contre la montre.

Apres son premier reportage sur la bulle internet la chaîne 13eme rue diffuse sa dernière production cette fois sur le phénomène du buzz sur Internet. Au delà de l’aspect anecdotique l’intérêt de ce documentaire repose sur la démonstration de l’intérêt économique qui nourrit impitoyablement la diffusion du buzz, par exemple dans le cas de Laure Manaudou (déjà abordé ici). On y retrouvera aussi le thème de la manipulation, de la fin du « OFF » et de l’exposition incontrôlée des personnalités politiques.

Bref toute une époque. Je regrette toutefois qu’on mette sur le même plan les buzz crapoteux et le hors antenne qui a valeur d’information (sur ces questions Arret sur images fait un bien meilleur boulot). A signaler quelques passages ironiques sur les bloggeurs qui « aiment passer à la télé ». Sur le fond impossible de ne pas rappeler aux bloggeurs, grands ou petit, que tout relève de l’acte publication, avec les conséquences juridiques associées.

La phrase qui résume tout: « avec Internet le hors antenne a trouvé son media »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.