Le blog d’un lauréat du prix Pulitzer suspendu pour falsification d’identité

Ca ne rigole pas au Los Angeles Times qui vient de suspendre provisoirement le blog de Michael Hiltzik un de ses journalistes, lauréat du prix Pulitzer. Le vilain est accusé d'avoir posté des commentaires sur différents blogs en utilisant de fausses identités ce qui va à l'encontre de l'éthique du quotidien. C'est un autre blogueur, par ailleurs procureur du comté de Los Angeles, qui a révélé et prouvé le "délit" sur son propre blog Patterico Pontifications.

Vu sur Online Journalisme Review qui avait justement publié récemment un entretien avec Michael Hiltzik.

Quand My Space.com cherche encore le pétrole

Vu chez Freddy, qui en profite pour servir une analyse éclair des problèmes de monétisation du Web 2.0, cet indispensable article du New York Times consacré à MYSpace.com et intitulé “For MySpace, Making Friends Was Easy. Big Profit Is Tougher“. On y découvre les limites des promesses d’AdSense et la difficulté de commercialiser par la pub un environnement communautaire et des contenus particulièrement hétérogènes. Une leçon déjà apprise avec Multimania il y a quelques années mais qu’il est bon de retrouver exposée (lire aussi un bon résumé du problème par mon camarade Joël). Je retiens en particulier que toute l’attention des gestionnaires de MySpace.com est concentrée sur les questions de profiling des utilisateurs. C’est cette forme de datamining qui est probablement la vraie mine d’or des sites communautaire et je suis persuadé que son aboutissement logique est dans le marketing direct ou la capacité de d’adresser très spécifiquement les besoins et les centres d’intérêt des internautes. C’est aussi une des solutions pour sortir du piège d’un CPM bradé.

Freddy Mini explique d’ailleurs sur ce point que le CPM moyen sur MYSpace.com est de 0,1 $ soit 20 fois inférieur à celui des grands portails! Ajoutons qu’il est aussi 100 à 300 fois inférieur à celui des sites médias pour ceux qui penseraient que le match se joue dans les mêmes catégories. Conséquence évidente: il faut toujours plus de pages vues pour maintenir le niveau de revenus, une spirale infernale dont on commence à comprendre les limites. Les annonceurs en particuliers, et les agences de pub, commencent logiquement à exiger de la cohérence et de la qualité. Le buzz et l’innovation en matière de communauté ne suffisent plus.

Au passage j’en profite pour regretter de ne jamais trouver ce type d’article très détaillé et critique dans la presse française qu’elle soit généraliste ou spécialisée. Chez nous il faut se contenter des entretiens complaisants façon people des entrepreneurs du Web preuve que la leçon de la Netéconomie de 2001 n’a pas été retenue. J’enrageais en particulier la semaine dernière en lisant sur certaines pages Médias que la baisse de l’audience de certaines radios s’expliquait en partie par les podcasts… La bétise crasse et l’absolue méconnaissance des données de l’économie numérique de nos journalistes est décidemment un problème grave qui leur fait gober toutes les énormités et empêche les professionnels du secteur de disposer d’analyses et de données fiables. Je ferme la parenthèse, provisoirement…

MISE A JOUR : lire un billet très intéressant sur MYSpace.com suite à l’article du NYTimes. Intitullé « What If Media 2.0 Is Less Profitable Than Media 1.0 ?  » et publié sur l’excellent et très critique Publishing 2.0.  

Voir aussi l’interview de Rupert Murdoch
L’accord de Google avec Fox Interactive (dont MySpace.com)
Les résultats financiers de News Corp