Yahoo capsule témoin: c’est beau comme du Web 2.0

Un lecteur de ce blog (Clodimedius) me demande mon avis sur le projet de capsule témoin de Yahoo! Pour ceux qui ne connaissent pas encore ce projet il s’agit d’une sorte de « happening » artistique numérique consistant à reccueillir des centaines de milliers de contributions d’internautes sous forme d’images, de texte, de video, chacune représentant un aspect de nos vies en 2006. Le tout est représenté sous la forme d’une animation interactive assez impressionnante. Le projet donnera lieu à un petit délire sciento-raëlien consistant à projeter les meilleurs clichés sur la pyramide du soleil de Teotihuacan puis vers le trou du cul de la galaxie via un faisceau lumineux. Le tout sera encapsulé et scellé pour être réouvert en 2020 pour la fête des 25 ans de Yahoo, date à laquelle on pourra probablement se rappeller de Yahoo grâce au cache de Google.
 Voilà …

Il faut admettre qu’on a rarement l’occasion de découvrir de tels projets melant le grandiose, l’artistique et le désinteressement sur le web. Jerry Yang explique « « Nous sommes fiers de documenter ce moment de l’histoire afin de souligner la puissance de la communauté en ligne mondiale, et de dresser un portrait de ce que nous sommes en 2006 pour le partager avec les générations à venir ». 

C’est encore son concepteur Jonathan Harris qui en parle le mieux et qualifie le projet de méta-objet numérique: « La capsule témoin est déjà présente dans un document considéré comme la première œuvre littéraire de tous les temps : L’épopée de Gilgamesh, qui décrit entre autres la recherche d’un manuscrit dissimulé dans les murailles de la citadelle d’Uruk. Les pyramides d’Égypte et d’Amérique Centrale sont également des capsules témoins à leur manière puisqu’elles contiennent des reliques et des objets datant de plusieurs milliers d’années. Les ruines de Pompéi, ensevelies sous la cendre pendant plus de 1600 ans, constituent une capsule témoin aussi intacte que dramatique « . Rien que ça.

Le résultat est, je dois dire, magnifique. Mais j’ai un gros défaut, je lis la notice et là ca rigole moins:

« Yahoo! se réserve le droit et a le droit de vendre, de céder sous licence et/ou de publier les droits de publicité, de promotion et de distribution associés à Votre Contenu et Yahoo! a le droit de conserver l’intégralité des revenus générés par la vente ou la concession sous licence desdits droits de publicité, de promotion et de distribution »

et…

Vous conservez la propriété du Contenu que Vous soumettez pour inclusion dans Yahoo! Capsule témoin. Toutefois, en soumettant Votre Contenu à Yahoo!, Vous déclarez accorder à Yahoo! et à ses affiliés les droits et licences énumérés ci-dessous (pour le monde entier, sans limite de temps, sans versement de droits d’auteur, non exclusifs, entièrement concédables et transférables à une tierce partie)

Heureusement que personne ne peut revendiquer de droits sur l’épopée de Gilgamesh, pas vrai? Le Web 2.0 c’est le pied !

Belgique: la SAJ s’exprime sur le procès contre Google

Merci à Shoob de signaler une excellente série de podcasts par le Podcafé qui a invité les représentants de la SAJ (société de droit d’auteur des journalistes basée en Belgique) pour s’exprimer sur le procès Google. Face au président de la SAJ, Alain Guillaume, 4 blogueurs pour assurer la contradiction.
A écouter :
> L’intro
> Pourquoi avoir attaqué Google? Ne serait-on pas face à un combat d’arrière garde?
> Parlons argent, messieurs…
> Sur les nouveaux usages et le droit d’auteur des contributions.

J’ai écouté tranquillement l’intégralité du débat et je dois dire que je suis assez étonné de la bonne tenue d’un débat pourtant très passionnel, ceci malgré certains propos très virulents. Bravo messieurs. Je suis très sceptique sur l’action de le SAJ ou de Copiepresse mais je dois dire que les arguments exposés dans ces podcasts méritent d’être écoutés car ils sont le témoignage d’un certain point de vue sur l’industrie de la presse, celui des auteurs. Loin des questions de stratégie où de l’enthousiasme un peu naïf pro-Google.

On y rappelle la précarité des journalistes, pigistes ou non, l’histoire mouvementée de la numérisation de la presse belge, la difficulté pour ses sites d’émerger. D’un autre côté on rappelle que les sites de presse belge n’ont pas été affectés de façon notable par le déréférencement. J’ai signalé aussi ce mythe de l’audience massive apportée par Google News, il est vrai que beaucoup de blogueurs fantasment énormément là dessus. J’ai négocié pendant 6 ans tous les partenariats de ZDNet France avec les principaux grands portails et je n’arrive toujours pas à convaincre certains interlocuteurs qu’on est loin du gain massif d’audience (pour les sections news, je ne parle pas de l’index principal de Google). Une incompréhension légitime alors que pour beaucoup de blogs ou de sites web 2.0 optimisés pour Google il n’est pas rare de dépendre du moteur de recherche à hauteur de plus de 70% de l’audience.

Sur le fond on rappelle très justement que la nécessité d’obtenir l’accord des auteurs est une affaire de principe au delà des questions financières ou de la supposée « publicité » apportée à la presse. C’est d’ailleurs ce point qui fait actuellement l’unanimité en France en ce qui concerne l’attitude des éditeurs face à Google.