Journalisme collaboratif, incubation d’une nouvelle génération

Désolé pour l’absence de billets ces temps-ci, j’observe mais manque de temps pour synthétiser. Intéressant déjeuner ce midi avec Laurent Mauriac de Libération qui a décidé de quitter le quotidien, accompagné de Pierre Haski et Pascal Riché (oui c’est un scoop). Tous les trois se lancent dans l’aventure 100% internet avec un projet de site d’information à vocation collaborative. Ils rejoignent la nouvelle génération de sites communautaires qui ont beaucoup appris des lourdeurs de la presse traditionnelle et de la dispersion des sites 100% communautaires à la Agoravox. On en dira pas plus, le projet n’est encore qu’ébauché mais il est parfaitement dans la tendance du moment.

La nouvelle génération abandonne le mirage du « journalisme citoyen » pour assumer un journalisme participatif qui revendique l’encadrement éditorial et la participation. Avec celui du trio de Libération je compte au moins trois ou quatre projets de ce type en France: Youvox de Laurent Esposito et Christian Jegourel, Obiwi de Julien Jacob et Jean-Louis Amblard (pas encore ouvert mais une presentation ici) et Cafebabel avec entre autres Alexandre Heully. En gros les deux derniers se positionnent sur le créneau du magazine avec probablement une stratégie de niche thématique pour Obiwi, Youvox décline des thématiques verticales avec une stratégie d’agrégation de billets en provenance de blogs et le premier vise une couverture plus générique de l’information. Trop tôt pour juger mais à mon avis ils se distinguent déjà par des ambitions différentes en matière de production d’informations exclusives.

Animés par des professionnels de l’information la plupart ont compris qu’on ne peut plus baser un projet éditorial sur la seul contribution spontanée des lecteurs et sur l’agrégation de contenus tiers. A la manière du coréen Ohmynews tous misent sur un encadrement pro ou semi pro et une proportion calculée de production exclusive. Ils sifflent la fin de la récré en matière de « user generated content » pour imposer des critères de qualité.  Disons que d’après ce que je comprends après avoir discuté avec les uns et les autres, ils vont se distinguer chacun par une recette un peu différente par le poids des ingrédients suivants: contenus exclusifs, encadrement pro, agrégation de contenus tiers, blogs de lecteurs, gadgets web 2.0, positionnement sectoriel ou généraliste. Impossible d’en dire plus avant de voir le résultat, deux d’entre eux sont encore en gestation.

Je pense qu’il faudra suivre attentivement ces projets car à mon avis ils ne sont plus le fruit d’une expérimentation hasardeuse mais le produit d’individus qui ont observé le marché et ont tiré quelques leçons en matière de modèle économique, d’organisation de la production et de projet éditorial. Je ne crois pas que celà nous donnera des millionnaires mais plutôt des laboratoires des futurs sites de presse professionnels. Le point commun d’au moins trois de ces entrepreneurs: un certain pessismisme sur la capacité de réorganisation des médias traditionnels et une foi préservée dans l’avenir de l’industrie de la presse d’information. C’est clair non …? 

A lire aussi:
> un bon billet de Laurent Esposito sur le « co-generated media« 
> Benoït Raphaël sur le retour à l’équilibre de la presse
> une bonne synthèse de Jeff Mignon sur les tendances de la presse en ligne