Design: et si le web se lisait comme un parchemin?

Intéressante initiative du site design 2.0 qui étale côte à côte les pages d’accueil de plusieurs sites medias internationaux. Moches ou brillants? L’auteur s’interroge mais c’est surtout l’occasion de découvrir les 3 ou 4 grandes tendances: le style classique des quotidiens à la NYTimes en lignes serrées et multicolonnage très travaillé (jusqu’à présent mon style préféré), le graphisme brillant et coloré à la Sports Illustrated , le style web 2.0 à la Digg/Google finalement très pauvre et le style … scandinave proche du tabloïd trash se déroulant de façon interminable.

J’avoue que cela fait longtemps que le doute me prend face au succès du style scandinave. Ma culture personnelle m’éloigne totalement de ces choix graphiques exubérants mais ce succès mérite qu’on si arrête. En voyant la capture ci-dessous de ce magazine suédois je me demande si cela ne correspond pas à un nouveau mode de lecture que l’on aurait sous-estimé.

 expressen_se.jpg

J’ai toujours pensé, chiffres à l’appui, que la nécessité de dérouler la page d’accueil d’un site provoquait une dégradation de la consultation, de l’ordre de 25% par « écran ». Phénomène que connaissent très bien les régies publicitaires qui voient s’effondrer les taux de clic à mesure qu’on descend dans la page. Dans le cas du magazine suédois je me demande si une telle profondeur, démesurée et interminable (je compte 18 « écrans »!) ne correspond pas finalement à une lecture verticale comparable à celle d’un parchemin qu’on déroule. Je veux dire qu’un certain lectorat préfère peut être parcourir les contenus d’un magazine de cette manière plutôt qu’en naviguant par rubrique ou en s’enfoncant dans le site. C’est une vraie question qui me perturbe d’autant que la particularité de ces sites est aussi qu’ils sont totalement dépourvus de gadgets web 2.0 tout en proposant un haut niveau d’interactivité.

Et si on faisait fausse route?