Accord entre Wikio et les éditeurs de presse en ligne français

A signaler en toute discretion un accord entre Wikio et le GESTE . Accord de principe après quelques rencontres ayant permis de comprendre le modèle des uns et des autres ainsi que leur complémentarité. Une façon aussi de dépassionner le débat entre éditeurs et agrégateurs, mal engagé avec le conflit entre Google News et les éditeurs belges. L’annonce, très sobre, se lit sur Wikio.fr. Ayant participé aux discussions je ne développerai pas mais je salue la distance parcourue en quelques années sur le sujet sensible de l’agrégation des news.

Je les ai toujours considéré comme nos nouveaux distributeurs même s’il ne faut pas nier qu’ils construisent leur activité sur l’exploitation de nos contenus sans toujours se soucier des implications légales. Comme dans Astérix tout s’arrange autour d’une bonne table. La question est moins de remettre en cause cette opportunité que d’en calculer l’impact positif pour les éditeurs. Question d’équilibre entre la valeur de se qu’on cède et celle que l’on reçoit, au final. Reste une inconnue sensible pour moi, l’agrégateur aura un rôle positif s’il fait la démonstration qu’il répond à un besoin réel des internautes et s’il crée une nouvelle audience en révélant les nouveaux usages. En revanche s’il doit son seul succès à sa position entre le site de l’éditeur et les moteurs de recherche, Google en tête, il ne fait que parasiter un ecosystème. Parmi les discussions que j’ai eu avec Laurent Binard (patron de Wikio) figure en bonne place la question du référencement des articles de presse.

La perspective de voir un article mieux positionné sur Google via l’agrégateur que via son site d’origine est un problème car l’agrégateur tient son propre référencement de sa capacité à regrouper l’ensemble des flux des uns et des autres et de l’addition des fréquences de publication. Une situation dangereuse qu’il faut contrôler techniquement. Heureusement Google News se refuse à indexer les autres agrégateurs (on imagine sinon le tourbillon infernal…), d’ailleurs la tendance du moment est de privilégier les producteurs de contenus originaux, professionnels ou non, c’est une bonne chose. 

Pas de lien direct avec la signature de cet accord, quoique, mais j’en profite pour signaler l’expérimentation initiée entre lesechos.fr et Wikio.fr à l’occasion du lancement demain du site compagnon www.auditdelafrance.fr. Ce site reprend l’intégralité du supplément des Echos du 13 mars consacré au bilan économique de la France (voir la video de présentation). Wikio.fr y joue un rôle en fournissant un module destiné à afficher les articles de la blogosphère qui réagissent et commentent ces articles, à la manière de Technorati. Une interaction qu’on espère enrichissante en plein débat électoral. A vos plumes (le site sera ouvert en fin de journée demain)…

Second Life, le retour du Deuxieme Monde

Fred Cavazza a craqué devant Second Life, malgré beaucoup de bonne volonté, il explique pourquoi c’est du flan… Ce garçon est décidemment trop honnête pour bosser dans la pub. Jusqu’à présent je me suis abstenu de parler du phénomène Second Life exactement pour les raisons qu’il expose. J’ajouterai simplement que techniquement Second Life est une machine à lag pratiquement inutilisable et que sur le fond cela s’apparente au décor d’une boîte de pub construite au dessus d’une maison de passe. Passons, les commentateurs ont jusqu’à présent été assez discrets sur certains aspects malsains de ses bas fonds.

Bien sûr comme tous les univers virtuels le caractère addictif joue à plein. Reste que les chiffres témoignent d’un succès en réalité tout à fait relatif (entre 20 et 30 000 utilisateurs simultanés, quelques centaines de milliers de visiteurs irréguliers par mois ceci pour le monde entier). Certains s’étonnent à juste titre de la couverture médiatique, toutes les télés et les radios sont tombées dans le panneau des chiffres, les « 2 millions d’utilisateurs ». Normal il faut bien justifier le sujet auprès de son redac chef, mais surtout parce qu’enfin Second Life offre des images. Depuis des années le gros problème des télés c’est qu’Internet passe mal à l’écran. Les univers virtuels offrent les images qui manquaient et sur lesquelles on peut broder à loisir et recycler fantasmes et poncifs. Bref un bon client.  

Petit cadeau pour les lecteurs du blog j’ai retrouvé un de mes papiers de 1997 (co-signé avec Pierre France maintenant journaliste aux Dernières Nouvelles d’Alsace – salut Pierre!), publié dans le magazine Planete Internet , à propos de l’ancêtre de Second Life: le Deuxième Monde, lancé par Cryo et Canal+. Son producteur: Alain Le Diberder qui lançait aux journalistes « Oui je sais, c’est mercantile et on n’y comprend rien » (on savait rigoler à l’époque). « Qui sait on y trouvera peut être un jour les partis politiques traditionnels » ironisait-il!  J’imagine sa tête aujourd’hui en voyant l’île Sarkozy…

J’ai scanné les deux pages ci-dessous, désolé il y a peu d’illustrations. Pour faire court je dirais que le Deuxième Monde véhiculait une utopie de démocratie virtuelle tandis que Second Life, plus décomplexé, se concentre sur la planche à billets.

Deuxieme Monde canalplus cryo Cliquez sur l’image pour élargir …

Digg : 1$ par vote, c’est cher payé

Ca prête à sourire mais au fond c’est assez pathétique. Le magazine Wired vient de mettre de l’animation dans le débat web 2.0 en jouant un petit jeu pervers: en achetant les votes de Digg via le service User/Submitter (dont on admirera au passage la superbe sobriété). Le principe: la journaliste de Wired Annalee Newitz a conçu un blog de photos au contenu volontairement inepte et a acheté les votes de nombreux utilisateurs de Digg pour promouvoir un article. L’objectif: tester le service et sa porosité au spam et au click bidon. Le résultat dépasse toutes les espérances comme on peut le lire ici.

L’article sans intérêt fait la Une de Digg déclanchant une belle polémique comme le remarque Pierre Chappaz et le raconte Margaret Kane sur News.com. Tout cela n’est pas bien dramatique et illustre les limites de Digg sans pour autant le remettre en cause. Reste qu’on peut s’interroger sur les conséquences à long terme sur la crédibilité du service qui n’a jamais vraiment convaincu hors du périmètre très caricatural de l’actu high-tech. Ce qui me paraît intéressant c’est qu’on touche la limite de l’exercice communautaire, après avoir découvert qu’il repose sur un petit pourcent d’utilisateurs réellement actifs, lesquels s’approprient souvent jalousement le media au point d’exclure  les nouveaux entrants.

Un constat qui conforte l’idée dune troisième voie, refusant le mythe d’un site autogéré. Recemment j’en discutais avec Emmanuel Davidenkoff, ex de Libé (décidemment!) et rédacteur en chef adjoint du magazine Phosphore, qui vient de lancer un site « participatif » sur les élections, pour les 15-25 ans. Son choix, très motivé, consiste à imposer la modération a priori des commentaires et des contributions au nom de la cohérence éditoriale et de la qualité. Du coup on perd sans doute en spontanéité et on doit aussi supporter le coût de l’opération. Pourquoi ne pas faire le pari de laisser ses contributeurs s’autogérer? Parce que, selon lui, derrière la communauté se crée un noyau dur qui tend à développer sa propre culture, ses codes,  s’approprie l’espace au point d’exclure rapidement les nouveaux arrivants. Bref en apparence le site gagne son pari en fidelisant un noyau dur mais passe à côté de sa mission fédératrice. C’est un peu l’histoire de Digg.

YouTube : 15M$ de CA en 2006?

C’est l’estimation de l’analyste Robert Peck (Bear Stearns) à partir de la déclaration de revenus de Google. C’est à dire 100 fois au dessous de son prix d’acquisition en novembre dernier. C’est ce qu’on appelle un sacré potentiel de croissance …  

Maintenant on relit tranquillement les déclarations de Calacanis qui évaluait le CA de YouTube à 20M$ en septembre dernier quand d’autres l’estimaient à 150 M$…

Tic tac

Baromètre Google News France pour février 2007

Suite du Google News Report France pour le mois de février 2007 (le détail ici) qui classe les principales sources d’information selon leur positionnement, leur fréquence et durée d’apparition sur la Une de Google News. Après une interruption d’un mois en décembre le Google News Report est finalement réapparu en janvier (son auteur m’a avoué qu’il pensait que ça n’intéressait personne…).

Si l’on compare avec le dernier classement de novembre 2006  on note quelques changements notables. En particulier le grand gagnant est lexpress.fr qui a détroné son éternel rival Nouvelobs.com. Ce dernier paye probablement la refonte de son site et son changement de CMS  qui ont bouleversé l’organisation des contenus. La RTBF fait irruption dans le top 20 ainsi que 20minutes.fr, pour le reste les quotidiens et les sites des principales chaînes de TV trustent toujours les premières places. A noter la baisse du site lesechos.fr, lequel a été absent de l’index de Google News pendant une semaine en février pour des raisons techniques obscures qui m’ont donné quelques sueurs.   

Gros problème à mon avis, j’y reviendrai une prochaine fois mais l’analyse du top 100 des articles des principales sources d’actualité montre clairement qu’il s’agit essentiellement de dépêches d’agence de presse. Google News semble toujours sensible à la répétition des mêmes infos plus ou moins réécrites qu’il interprète à tort comme un critère d’importance à cause de la redondance. On dira ce qu’on voudra mais c’est la preuve que Google n’est pas si performant dans l’analyse des contenus et privilégie toujours la répétition et la fréquence de publication.

A suivre 

Top 50 des sources Google News France
rank Février 2007 Janvier 2007
1 L’Express L’Express
2 Le Figaro Le Figaro
3 Libération Libération
4 nouvelobs.com nouvelobs.com
5 Le Monde TF1
6 TF1 Le Monde
7 Boursorama Boursorama
8 France 2 Canoë
9 PC Inpact Boursier.com
10 Clubic France 2
11 Canoë Clubic
12 20minutes.fr PC Inpact
13 Boursier.com RTBF
14 l’Humanité 7sur7
15 RTBF XINHUA
16 Radio Suisse Romande Cyberpresse
17 AgoraVox 20minutes.fr
18 7sur7 l’Humanité
19 XINHUA Radio-Canada
20 Radio-Canada Radio Suisse Romande
21 L’Orient-Le Jour ZDNet
22 ZDNet Les Échos
23 Le Vif/L’Express L’Orient-Le Jour
24 Radin Rue Portage emploi
25 Référencement Internet-Web Référencement Internet-Web
26 24 heures Le Devoir (Abonnement)
27 Actualités News Environnement Sport365.fr
28 Jeune Afrique 01net
29 La Tribune.fr AgoraVox
30 Sport365.fr Football.fr
31 Europe 1 Actualités News Environnement
32 Journal Chrétien Europe 1
33 Armées.com 24 heures
34 01net Radin Rue
35 Tribune de Genève Armées.com
36 Football.fr La Tribune.fr
37 RFI Tribune de Genève
38 M6.fr Courrier International
39 Francebourse.com Jeune Afrique
40 Cyberpresse M6.fr
41 Eurosport – TF1 Le Vif/L’Express
42 RTL.fr Goal.com
43 Les Échos EuroNews
44 Portage emploi Eurosport – TF1
45 Sports.fr Marianne2007.info
46 Aujourd’hui Le Maroc Génération NT
47 Goal.com Le Temps (Abonnement)
48 Sport 24 Liberté-Algérie
49 L’équipe.fr RFI
50 Le Devoir (Abonnement) Aujourd’hui Le Maroc

 > source Private radio