Leçon inaugurale du CFJ: « Je me sens rabaissé par l’idée de devenir mediateur de conversation »

Cet après midi se tenait la leçon inaugurale du CFJ, l’école de journalisme de la rue du Louvre, un exercice rituel mené cette année par Francis Pisani. Je ne commenterai pas l’excellent discours du journaliste, auteur du blog Transnets, toujours empreint de prudence et de modestie (MAJ 19/10/07: voir des extraits en video ici). C’est devenu son style, celui du voyageur curieux, toujours reconnaissable. L’exercice était complexe. Comment transmettre à la nouvelle génération d’étudiants journalistes cette idée simple et cruciale que leur métier ne s’exercerait jamais plus comme celui de leurs aînés. Une approche en douceur  pour une industrie menacée de ruine.

cfj-pisani-lecon-inaugurale-2007.jpg 

Dans la salle j’ai retrouvé quelques autres observateurs de l’industrie des medias, plusieurs exercant au CFJ, Philippe Couve, Joël Ronez, Luc Legay, Philippe Gammaire. Notre étonnement fut total face à quelques réactions de la cinquantaine d’étudiants. Francis Pisani s’est piqué d’un petit sondage à la volée:

« Qui utilise les flux RSS, Del-icio-us, Digg.com? »
Pour chacun de ces services pratiquement aucun doigt ne se lève! Derrière moi, une étudiante me demande de lui épeler D-I-G-G. Stupéfaction. A y réfléchir je ne suis pas du tout étonné du manque de notoriété d’un Del-icio-us, dont on oublie vite que l’interface ésotérique et la philosophie en ont fait depuis le début un instrument d’initié aux arcanes de la tagologie. Idem pour Digg.com pourtant plus accessible, mais qui reste aussi le joujou d’une communauté de geeks. Ne pas le connaître indique pourtant une sévère méconnaissance du débat sur les nouveaux medias et ses services emblématiques. La méconnaissance du RSS, en revanche, m’inquiète tout autant qu’elle me confirme la faible pénétration de son usage. Elle m’inquiète car elle est la clé permettant de comprendre le fonctionnement du nouvel ecosystème de l’édition en ligne.

« Qui utilise Skype, Facebook, Myspace? »
Quelques doigts se lèvent, on respire. Quelques doigts seulement sur cinquante. Les étudiants étrangers en particuliers utilisent Skype. Connaissent-ils sans les utiliser ou ne les connaissent-il pas? On ne le saura pas. La nuance laisse pourtant s’ouvrir un abîme au sein d’une génération. La crise de la presse est aussi une crise des usages. Comment envisager de reconstruire notre industrie si les nouveaux usages restent inconnus? Frisson.

Viennent enfin les questions de la salle qui donnent le ton. Point positif on aborde franchement les points qui fâchent. Choc frontal:

« La presse écrite (papier) va-t-elle disparaître? »
Francis botte en touche, refusant prudemment de croire à la substitution des médias les uns aux autres. Certes…  Je n’ai pas la bonhomie d’un Pisani mais je ne crois pas qu’il soit judicieux de laisser planer l’indécision face à ceux qui rejoindront peut être nos rédactions. Il y a urgence. Francis donne tout de même la bonne piste: la presse écrite ne doit plus s’identifier au papier ou a un quelconque support, notre métier c’est l’information.

« Je me sens rabaissé par l’idée [de devenir] un médiateur de conversation. Ne sacrifie-t-on pas le regard extérieur au profit de l’intelligence collective? »
Francis avait en effet avancé l’idée d’un nouveau rôle pour le journaliste celui de « médiateur de conversation ». Pour les habitués des débats sur les blogs et du Web 2.0, l’idée n’est pas nouvelle. Ici on touche le nerf. Le nerf, c’est une certaine idée du journaliste dont le pouvoir, car c’est bien de cela dont il est question (ne tournons pas autour du pot), vient de la légitimité de son statut d’intermédiaire privilégié. Le fantôme de Bourdieu plane un moment…

« Rabaissé »! Le mot est violent mais tout est dit. Je rends hommage à la franchise de cet étudiant qui dit en un mot ce que murmure toute une profession effarée devant les saltimbanques du web 2.0. La vérité c’est qu’on paye deux ans de malentendus autour du discours sur les medias participatifs et du citoyen journaliste. Deux ans pendant lesquelles beaucoup d’élucubrations ont masqué l’essentiel du message du Web 2.0. La nécessité de concevoir aussi, et non exclusivement, l’information comme un flux de discussions, d’oser apprendre de ses lecteurs, de les associer à la construction du media sans forcément céder sa plume, en la cédant parfois. Dur, dur, d’exposer les mille et une nuances et l’absence d’une recette unique qui s’appliquerait à chaque media.

« Rabaissé »! Cher étudiant, comment te dire, comment t’expliquer, avec ceux qui ont oeuvré,  depuis dix ans, à la mise en pratique de l’interactivité sur les sites médias. Patiemment, prudemment, pour ne pas heurter le mépris ouvertement affiché par l’élite de notre profession pour l’idée même d’écouter ses lecteurs. Sa terreur animale d’imaginer la critique de la plèbe s’exposer à la vue de tous, de ses pairs. Comment t’expliquer qu’il n’a jamais été question de rabaisser, ni d’oublier l’ambition humaniste de notre profession. Comment t’expliquer qu’il n’a jamais été question, dans ce combat,  de vérité mais de classe sociale, de superstition, d’hypocrisie, bref, de pouvoir.

Comment te dire que nous avons vu ce qui a tué notre presse…

> Lire aussi ce matin dans Les Echos:
La presse toujours en quête d’un nouveau modèle pour le futur
> Sur Samsa News
Le journaliste multimédia est-il condamné à avoir le cul collé sur sa chaise?

> Un étudiant commente aussi sur son blog: