Etats généraux de la presse: et la pub?

D’un côté on rassure les troupes avec l’incontournable « l’information-n’est-pas-une-marchandise » (« comme les autres » est-il précisé, signe d’un début de clairvoyance), de l’autre on aborde les points chatouilleux. Merci aux étudiants de Sciences Po pour quelques videos prises à l’occasion des rencontres du Pôle 3 consacré à Internet. Si vous avez du temps à perdre vous pouvez lire le récit d’un pitoyable incident de séance qui me deçoit comme abonné de Mediapart (ce qui ne les empêche pas d’être pertinent sur la critique de l’organisation de l’événement mais je crois qu’ils se trompent de combat, passons).

Les choses sérieuses commencent avec le rapport McKinsey (voir l’explication d’Eric Scherer de l’AFP) qui décrit l’essentiel de la chienlit ambiante côté économie de la presse. Si vous lisez ce blog vous en connaissez déjà les grandes lignes en particulier pourquoi la pub fuit la presse. Je retiens la video de Frederic Filloux (20Minutes – groupe Schibsted) un des rares à s’exprimer sur le terrain du modèle économique.

Je relève la remarque particulière sur le prix de la pub en ligne en France et de la chaîne « alimentaire » qui ponctionne les revenus publicitaire en amont des éditeurs. Remarque qui peut sembler anodine à qui ne sait pas que le prix moyen de la publicité en France est 3 à 4 fois inférieur à celui de la Grande-Bretagne ou des USA. Une particularité déjà relevée ici et qui conduit à compromettre le modèle économique de la presse en ligne française. Un raisonnement que j’ai eu l’occasion d’expliquer aux étudiants de plusieurs écoles de journalisme et que Frederic Filloux a popularisé très brutalement sur son blog, calcul à l’appui (traduction chez Benoit). Hypothèse sous entendue par Filloux: quelle responsabilité des agences de pub et des acheteurs d’espace dans cette particularité française?

A lire aussi le résumé de la séance par Eric Scherer sur Mediachroniques

(A noter aussi un tres bon papier de Filloux sur les errances de la diffusion gratuite des quotidiens, l’autre facette des petits secrets de la diffusion. Sur ce point je suis prêt à penser qu’une partie de la baisse actuelle de diffusion des journaux peut s’expliquer aussi par la réduction de cette diffusion « grise » afin de restreindre les coût de fabrication et de distribution, ce qui grossit artificiellement les statistiques décrivant cette baisse de diffusion)

Etats généraux de la presse: ça cause

Quelques articles à lire pour ceux qui suivent le débat sur la presse:

– Un premier compte rendu de Benôit Raphaël sur l’atelier contenu de la presse écrite (option piano et solfège). Interessant pour prendre la température du secteur mais pas grand chose à attendre de cette commission à mon avis. Au risque de choquer elle me semble à la fois fondamentale et à la fois hors sujet dans une rencontre qui doit traiter de problèmes industriels. Surtout il est assez impensable de la tenir dans un ministère (pour voir, imaginez une assemblée de chefs de cuisine venant causer tambouille et recettes dans une cave du ministère du tourisme).
En même temps c’est une réflexion indispensable qui aurait du être le préalable à l’organisation des Etats généraux. Faire le point sur les contenus et les nouveaux besoins, définir les nouvelles méthodes de travail, lister les points où l’action de l’Etat peut être nécessaire. Seul ce dernier point devant faire l’objet des Etats généraux.

– La contribution de Benoît à cette première rencontre. « Choisir entre news et paper, un jour faudra bien choisir son camp ». Quelques notions d’information distribuée ou produite en réseau. Rien à ajouter. Seul gros défaut, le modèle auquel pense Benoît ne nécessite aucune aide de l’Etat ce qui constitue une faute de goût majeure.

– Dans le Monde la tribune de Bertrand Pecquerie, « Attention au baiser qui tue« . J’ai souvent cité Bertrand sur Ecosphere pour son « Editors weblog« . Excellente tribune qui peste contre la soumission de l’industrie face à l’Etat. Je suis un peu moins convaincu sur sa vision de l’offre mais je souscris quelques uns de ses traits:

« cela ne changera rien tant que détenir un média signifiera chez nous gagner en influence et non gagner de l’argent »

et sa conclusion

« Mais prenons garde à ce que cette mise en scène ne s’apparente au baiser qui tue. Sous couvert de renforcer le pluralisme, il est aussi malheureusement possible de renforcer ceux qui l’étouffent. »

– Un début de discussion sur le probleme de la distribution chez Alain Giraudo et Rue89. Concernant le problème de la distribution je constate d’ailleurs que c’est un problème largement sous estimé concernant Internet où tout le monde s’en remet à Google, notre Etat tout puissant à nous.
Giraudo se demande aussi s’il ne vaut pas mieux un concours que des Etats Généraux. En effet il y a mieux, il suffit de regarder le programme du « New business models for News Summit » organisé à New York où tout le monde planche sur le nouveau modèle des news sans s’embarrasser du papier.

– Une synthèse de Narvic sur l’avenir de la presse

MAJ 24/10/08 Je suis passé à côté du blog des étudiants en journalisme de Sciences Po qui ont suivi les travaux du pôle 3 (internet/Patino) qui me concerne tout particulièrement et dont j’ai reçu de bons echos. retrouvez leur videos, interviews et leur couverture des débats ici:
http://sciencespole3.wordpress.com/

Etats généraux de la presse écrite: composition des groupes

Ils vont causer de notre avenir, répartis dans 4 pôles:
– « Metiers du journalisme » (NDLR: commission downsizing)
– « Processus industriel de la presse écrite » (NDLR: commission déforestation)
– « Internet et les nouveaux modèles » (NDLR: commission pousse-toi-que-je-m’y-mette)
– « Presse et société » (NDLR: commission piano et solfège comme on dit à Sciences Po).

POLE 1 : METIERS DU JOURNALISME
Président : Bruno Frappat

Pierre-Christophe BAGUET Député des Hauts-de-Seine, UMP
Francis BALLE Professeur à l’Université Panthéon-Assas, directeur de l’IREC (Institut de recherches et d’études sur la communication)
Nathalie BARRET Responsable de projet, Observatoire des métiers de la presse
François BOURBOULON Rédacteur en chef, Paris Match online
Hubert COUDURIER Directeur de l’information, Le Télégramme
Charles-Henry DUBAIL Fondateur et gérant, Victoires Editions SARL
Marc FEUILLEE Président du directoire, groupe Express-Roularta
Michel FRANçAIX Député de l’Oise, PS
Alain GIRARD Journaliste, Ouest-France, premier secrétaire général du SNJ
Erik IZRAELEWICZ Directeur de la rédaction, La Tribune
Ivan LEVAÏ Chroniqueur, France Inter
Gérard LIGNAC Président, groupe EBRA
Elisabeth MARSHALL Rédactrice en chef, La Vie
Gérard PERRIER Directeur de l’organisation et de la fabrication, groupe Le Parisien
Alain PLOMBAT Président du directoire, Journaux du Midi
Philippe POUZERATTE Directeur des ressources humaines, Prisma Presse
Claude SALES Ancien PDG de Télérama, ancien rédacteur en chef au Monde, au Point, à France Soir
Nicolas THIERY Journaliste, AFP (CFDT)
Valérie TORANIAN Directrice de la rédaction, Elle
Un membre de la Société des rédacteurs du Monde

POLE 2 : PROCESSUS INDUSTRIEL DE LA PRESSE ECRITE
Président : Arnaud de Puyfontaine

Marie-Odile AMAURY Président-directeur général, Editions Philippe Amaury
Frédéric AURAND Président du directoire, groupe Hersant-Media
Vincent BEAUFILS Directeur de la rédaction, Challenges
Nicolas BEYTOUT Président-directeur général, DI Group
Olivier BONSART Directeur délégué, groupe Sipa Ouest-France
Hubert CHICOU Directeur général délégué, groupe Bayard Presse
Gérald de ROQUEMAUREL Associé gérant, HR Banque
Xavier DORDOR Directeur général, APPM et Audipresse
David GUIRAUD Vice-Président du directoire et directeur général, Le Monde
Bruno KEMOUN Co-Président, KR Media
Patrick LE HYARIC Directeur, L’Humanité
Frédéric LEFEBVRE Député des Hauts-de-Seine, UMP
Bruno LESOUEF Directeur général de la presse magazine France, Lagardère Active
Bernard MAFFRE Vice-Président-directeur général, La Dépêche du Midi
André MAILLET Directeur technique, La Nouvelle République du Centre-Ouest
Michel MARINI Maison de la presse, Haute-Savoie
Patrice MARTIN-LALANDE Député du Loir-et-Cher, UMP
Jean-Paul MAURY Président-directeur général, groupe MAURY
Francis MOREL Directeur général, Le Figaro
Michel MULLER Secrétaire général, FILPAC-CGT
Jean-Louis NACHURY Président-directeur général, HDS Distribution
Jean-Paul PEIGNIER Adjoint au sous-directeur de l’édition, de la production et de l’information, chargé de la production, Direction des Journaux officiels
Hubert PROTON Directeur, Le Berry républicain Directeur industriel, groupe Centre France La Montagne
Eryck REBBOUH Co-Président, KR Media
Jean-Louis REDON Directeur général délégué, UFC-Que choisir
Michel SASPORTES Managing partner, OC&C Jean-Clément
TEXIER Président, Compagnie financière de Communication
Jean-Christophe THIERY Directeur général, BolloréMedia
Jean-Pierre VERDOLIVO Directeur général, La Liberté de l’Est
Bernard VILLENEUVE Dirigeant de presse, Gérant de messagerie,Président de coopérative
Alain WEILL Président-directeur général, groupe NextRadioTV
Jean-Pierre NIOCHAU Directeur du dépôt, Niochau Maréchal

POLE 3 : INTERNET ET LES NOUVEAUX MODELES
Président : Bruno Patino

Marc TESSIER Directeur général du pôle services médias,Netgem, Vice-président du pôle
Maxime BAFFERT Groupe Publicis
Laurent BERARD-QUELIN Directeur général délégué, Société générale de presse
Julien BILLOT Directeur numérique et new business, Lagadère Active
François BONNET Directeur éditorial, Médiapart
Yann CHAPELLON Président du bureau Internet, OJD
Bruno CHETAILLE Président-directeur général, Médiamétrie
Pierre CONTE Président Publiprint, Figaro
Mathieu COSSON Directeur général délégué, DI Group
Edouard COUDURIER Président-directeur général, Le Télégramme de Brest et de l’Ouest
Arnaud de SAINT SIMON Président du directoire, groupe Psychologies
Michel DELBERGHE Le Monde, élu CFDT
Hervé DIGNE Président, Postmedia Finance
Antoine DUARTE Président-directeur général, Reed Business Information
Aurélie FILIPPETTI Députée de Moselle, PS
Frédéric FILLOUX Editeur auprès du groupe Schibsted, éditeur Monday Note
Jean-François FOGEL Consultant et auteur
Pierre HASKI Président du directoire, Rue 89
Eric HAZAN Senior Partner, McKinsey
Olivier JACOBS Directeur du développement, Prisma Presse
Philippe JANNET Président-directeur général, Le Monde Interactif
Pierre JEANTET Président du directoire, groupe Sud-Ouest
Laurent JOFFRIN Président du directoire et directeur de la rédaction, Libération
François MARIET Professeur à l’université Paris-Dauphine,Président du conseil scientifique de l’IREP,Directeur associé, Start Up Avenue
Eric MARQUIS Vice-président de la commission de la carte d’identité des journalistes professionnels, membre du bureau du SNJ, L’Express
Franck RIESTER Député de Seine-et-Marne, UMP
Raoul ROVERATO Directeur exécutif en charge des nouvelles activités de croissance, Orange
Marie-Laure SAUTY de CHALON CEO, Aegis Media Europe du sud
Eric SCHERER Directeur de l’analyse stratégique et des partenariats, AFP
Jean-Noël TRONC Président-directeur général, Canal + Overseas
Un représentant du SNJ-CGT>

POLE 4 : PRESSE ET SOCIETE
Président : François Dufour

Concentration
Patrick EVENO Historien, maître de conférences à Paris I, Vice
Président du groupe « concentration »
Timothy BALDING Directeur général, Association mondiale des journaux
Michel BALLUTEAU Inspecteur général de l’administration des affaires culturelles, rapporteur général de la Commission Lancelot
Constance BENQUE Présidente, Lagardère Publicité
Alexandre BUISINE Délégué régional SNJ, Lyon
Emmanuel COMBE Membre du Conseil de la concurrence
François d’ORCIVAL Président du comité éditorial, Valeurs Actuelles, Président Association Presse et Pluralisme
Bertrand EVENO Président de BPE Conseil, président de l’Ecole nationale supérieure de la photographie, ancien président de l’AFP
Jacques HARDOIN Directeur général, La Voix du Nord
Frédéric JENNY Conseiller à la Cour de Cassation en service extraordinaire, ancien Vice-Président du Conseil de la concurrence
Monique MAJEROWICZ Directrice déléguée et éditrice, Marie-Claire
Catherine MORIN DESAILLY Sénatrice de la Seine-Maritime, Nouveau Centre
Robert SANDMANN Président, Axel Springer France
Rémy SAUTTER Président du conseil de surveillance de la SA Ediradio-RTL
Jean-Pierre VITTU de KERRAOUL
Président-directeur général, Sogemedia, PHR
Pascal WILHELM Avocat
Confiance
Pascal GUENEE Directeur général, Institut pratique de journalisme,
Vice-Président du groupe « confiance »
Yves AGNES Ancien rédacteur en chef du Monde, Président de l’association de préfiguration d’un conseil de presse
Max ARMANET Directeur du développement, Libération
Fabrice BOE Président-directeur général, Prisma presse
Jérôme BOUVIER Président Journalisme et citoyenneté, organisateur des Assises du journalisme
Jean-Pierre CHAPELLE Rédacteur en chef adjoint, Ouest-France
Emmanuel DERIEUX Professeur à l’Université Panthéon-Assas (Paris II), spécialiste du droit de la presse
Béatrice GARRETTE Directrice générale, agence SIPA
Serge GUERIN Sociologue, professeur de marketing et communication à l’ESG-Paris
Michèle LERIDON Directrice de la rédaction, AFP
Pauline LEROY Rédactrice en chef adjointe, Le Petit Quotidien
Véronique MAURUS Médiatrice, Le Monde
Philippe ROBINET Oh Editions
Hugh SCHOFIELD Service Anglais, AFP
Christian MARTIN Président, Société des lecteurs du Monde
Un représentant du SNJ-CGT
Contenu
Jean-Marie CHARON Sociologue, spécialiste des médias, Vice-Président du groupe « contenu »
Christophe BARBIER Directeur de la rédaction, L’Express
Jean-FrançoisBARBIER BOUVET Ancien directeur des études et du développement du groupe des P.V.C
Laurent BECCARIA Directeur, Edition les Arènes, Magazine « 21 »
Pierre-Jean BOZO Président, 20 minutes France
Odile CONSEIL Rédactrice en chef, Courrier International
Christian de VILLENEUVE Directeur de la rédaction, Journal du Dimanche
Yvonne DIRAISON Mondadori
Eric FOTTORINO Président du directoire et directeur de la publication, Le Monde
Alix IMBERT Directrice générale, Auxipress
Francis LAMBERT Consultant médias
Hervé LOUBOUTIN Directeur, Le Nouvel Ouest
Valérie MIGATA Directrice, Marquemedia
Jeff MIGNON Consultant médias, 5W
Guillemette PAYEN Editrice, Madame Figaro
Marcel QUIVIGER Rédacteur en chef, Le Télégramme
Benoît RAPHAEL Lepost.fr
Vincent REGNIER Directeur de la rédaction, Le Parisien-Aujourd’hui en France
Agnès ROCHEFORT TURQUIN
Directrice de la recherche, Bayard
Thomas ZLOWODZKI Association pour la qualité de l’information
Jeunesse
Jeanne-Emmanuelle HUTIN Editorialiste, Ouest-France. Vice-Président du groupe « jeunesse »
Jean-Michel ARNAUD Président, Métro France
Bérangère ARNOLD Responsable Read n’go, Orange
Christian BRUNEAU Président-directeur général, groupe L’Hôtellerie
Jérôme BUREAU Directeur de l’information, M6
Matthieu GUEVEL Institut Quali Quanti
Hanane KADDOUR Bondy Blog
Benoît MENU Coordinateur général, CLEMI
Elisabeth ROMAN Rédactrice en chef, Sciences et Vie Découverte
Pascal RUFFENACH Directeur du département Enfance-Jeunesse-Famille, Bayard
Corinne SORIN Directrice de la rédaction, 20 minute

Buzz et internet: le docu de 13eme rue

Apres son premier reportage sur la bulle internet la chaîne 13eme rue diffuse sa dernière production cette fois sur le phénomène du buzz sur Internet. Au delà de l’aspect anecdotique l’intérêt de ce documentaire repose sur la démonstration de l’intérêt économique qui nourrit impitoyablement la diffusion du buzz, par exemple dans le cas de Laure Manaudou (déjà abordé ici). On y retrouvera aussi le thème de la manipulation, de la fin du « OFF » et de l’exposition incontrôlée des personnalités politiques.

Bref toute une époque. Je regrette toutefois qu’on mette sur le même plan les buzz crapoteux et le hors antenne qui a valeur d’information (sur ces questions Arret sur images fait un bien meilleur boulot). A signaler quelques passages ironiques sur les bloggeurs qui « aiment passer à la télé ». Sur le fond impossible de ne pas rappeler aux bloggeurs, grands ou petit, que tout relève de l’acte publication, avec les conséquences juridiques associées.

La phrase qui résume tout: « avec Internet le hors antenne a trouvé son media »

Des Etats généraux de la presse pour qui?

L’avantage d’organiser les Etats généraux de la presse au milieu d’une crise financière mondiale c’est que les esprits devraient naturellement se montrer favorables à éviter toute demi-mesure. Le moment est propice à réfléchir à la refonte des bases de toute une industrie. Mon petit doigt me dit pourtant que nous nous dirigeons vers un malentendu de taille. La lecture d’un article du Monde, pourtant anodin, m’a fait bondir tant il confirme mes inquiétudes. L’article intitulé « Des Etats généraux à la rescousse de la presse« , signé Pascale Santi, a le grand mérite de poser en une phrase l’ambiguité des attentes de certains acteurs:


« L’objectif est de trouver des solutions aux difficultés de la presse écrite face à Internet et aux journaux gratuits. »

Est-il possible que certains, sans rire, puisse imaginer que c’est de cela dont il est question. Il semble que oui. La presse, donc, est la presse écrite, laquelle n’a rien de commun avec la presse en ligne, Internet et les journaux « gratuits ». Je veux croire encore que la phrase relève du lapsus, je ne suis pas dupe au point de ne pas savoir qu’il est éminemment révélateur d’un certain état d’esprit. Un état d’esprit qui va se répandre en glose sophistiquée sur la démocratie, le pluralisme, l’opinion publique pour aboutir immanquablement à la distribution très très ciblée des aides de l’Etat. Voir la toute dernière proposition de Christine Albanel lors d’un entretien avec Le Figaro: « Pendant ces Etats généraux, je compte proposer aux éditeurs un abonnement gratuit à un quotidien pour les 800 000 jeunes qui font leur journée d’appel à la défense. » Bigre!

Un petit rappel s’impose donc…

La crise de la presse va bien au delà des questions, certes nécessaires, de portage, de relooking et autres visuels. C’est déjà trop tard. La crise touche certes à la distribution et à la qualité de l’offre mais de façon plus profonde aux usages. L’arrivée de l’internet a bouleversé les USAGES. Quand la crise boursière se déploie heure par heure, qui peut prétendre que le support papier est adapté au suivi de l’actualité chaude avec 48h de retard. On s’informe au travail sur Internet, en direct, comme en radio. On prend le temps de lire l’analyse distanciée le lendemain sur papier (en faisant semblant de ne pas savoir qu’elle a en réalité été rédigée à chaud la veille ou le matin, passons…).

La crise de la presse c’est enfin le transfert du marché publicitaire et des petites annonces sur Internet. Phénomène irréversible mais destiné à se stabiliser. Du côté du web, la réalité c’est aussi, rappelons-le, un revenu publicitaire par usager bien en deçà des autres supports. Le transfert des revenus sur le web s’effectue donc avec une déperdition qui rend illusoire toute idée d’envisager de maintenir la capacité de production éditoriale en l’état. Que ce soit sur le papier ou sur le web. L’avenir ne peut donc pas s’envisager autrement que sur un modèle au minimum
mixte web-papier. Voir sur ce point l’excellente tentative de calcul de
Frederic Filloux
(ex patron de 20minutes, analyse synthetisée en français par Benoit Raphael).

– L’avenir de la presse ne peut donc s’envisager économiquement face à Internet mais avec Internet.
– L’avenir de la presse papier ne peut s’envisager en amont du web mais en aval. L’actu chaude doit être sur le web d’abord.
– Conséquence: la presse quotidienne papier sera un dérivé de la presse en ligne. C’est une perte de temps, d’argent et d’énergie de vouloir préserver la situation inverse.

Soyons honnêtes et abordons franchement la question de la presse d’information en ligne. Rafraichissons aussi l’esprit des partisans du 100% web. Pour la presse quotidienne le niveau actuel de rémunération par la publicité ne permet pas d’envisager un transfert total des rédactions sur le web (hors le secteur de la presse spécialisée où je travaille, justement). Je l’ai déjà écrit, la presse d’information quotidienne en ligne ne parvient au mieux qu’à générer 10% des revenus de son activité papier laquelle supporte encore pour longtemps l’essentiel des coûts de production. L’avenir ne peut donc pas s’envisager autrement que sur un modèle au minimum mixte web-papier.

Rapporté sur un plan industriel tous ces éléments signifient que pour maintenir les moyens d’une ambition éditoriale de qualité la production d’information doit s’envisager d’emblée comme multimedia. Non par passion de la video, des podcasts ou de l’obsession communautaire mais simplement parce que le niveau de rémunération de l’information est désormais atomisé sur différents supports. Publier la même information sous des formes et sur des supports différents est donc une condition nécessaire pour prétendre à un équilibre économique de l’activité journalistique.

La question de la renégociation des droits d’auteur est donc un des points cruciaux pour la survie de l’industrie. Ceci pour la raison simple et brutale que la republication n’est déjà plus un moyen d’accroître les revenus de la presse mais, hélas, de maintenir ses revenus, ses marges, sa capacité d’investissement pour envisager une stratégie multi-support incontournable.

Pour la même raison la nécessité de faire appel au « contenu des utilisateurs » n’est pas le produit de la seule créativité des marketeurs mais tout simplement l’aboutissement logique et quasi darwinien de l’adaptation de la presse aux nouvelles contraintes économiques, la baisse incrémentale de la monétisation de l’information, tous supports confondus. Hors de ce scénario, c’est le tout payant, c’est à dire le transfert total ou au moins partiel du coût de production au lecteur.

En conséquence, ce que l’on attend des Etats généraux et de l’Etat en particulier ce n’est pas de soupoudrer des aides financières ni de décider quel groupe devra remporter la palme de la puissance pour représenter la France au prochain concours de l’Eurovision. Au contraire il s’agit de légiférer de façon durable et visionnaire et de créer un écosystème favorable au développement d’une presse diversifiée, multi-supports, qui trouvera seule la capacité d’explorer de nouveaux territoires et de nouvelles façons d’exercer son métier.

Une législation qui ne devra pas favoriser un support par rapport à un autre mais faciliter les conditions de production et de distribution sur les différents supports. Dans le cadre d’un plan général les mesures ponctuelles d’aide (formation, distribution, TVA) prendront alors un sens différent au lieu de ne viser qu’à gagner du temps ou d’orienter de façon partiale, donc suspecte, la concentration industrielle.

Ce billet est aussi publié sur Mediachroniques où vous pouvez lire d’autres avis sur le sujet:
– La presse d’information traverse une crise profonde et fondamentale de valeur (Jeff Mignon qui fait le point sur la question fondamentale de la valeur relative de l’information, pour mieux comprendre le pourquoi de la « démonétisation » que je décris plus haut).
– Valeur de l’information : la réponse de Narvic (la suite du débat complexe sur la valeur)
– Etats Généraux de la presse: et si on laissait tomber le papier? (Article de mon camarade B. Raphaël auquel je ne souscris sur le fond pas pour les raisons évoquées plus haut mais qu’il faut bien envisager dans l’hypothèse d’une impasse économique qui laisserait la place à une presse en ligne atomisée mais seule héritière)

Voir aussi la synthèse d’Alain Giraudo, ex-patron du Monde Interactif.

Colbert nous voilà : le rapport « médias et numérique » respecte la tradition

Certains medias ont toujours beaucoup de mal à mettre un lien vers les sources sur Internet. Donc pour ceux qui veulent lire le rapport les médias et le numérique remis à Sarkozy par Danièle Giazzi, secrétaire générale de l’UMP, cliquez ici (Voir aussi l’entretien avec Danièle Giazzi sur 20Minutes.fr).

Comme prévu le rapport vise à détricoter les dernières barrières limitant la concentration dans l’industrie des medias. L’argument, logique, de la nécessité de de bâtir des groupes multimedia l’emporte sur la question de légiférer sur le seul écosystème de l’internet. Pas le temps de commenter plus avant ce matin  mais je note qu’on tente de renouer sans surprise avec la bonne vieille recette colbertiste qui favorise la constitution de pôles industriels puissants dont on favorisera la position dominante et qui deviendront l’interlocuteur naturel de l’Etat. Reflexe naturel bien français, parfois efficace, toujours spectaculaire, et qui permet de s’économiser une vraie réflexion sur le développement des initiatives individuelles et d’un ecosystème favorable au développement d’un tissu industriel. D’ailleurs je ne vois pas grand monde représentant les medias internet dans la liste des personnes consultées. Mais les principaux consommateurs d’aides de l’Etat y sont bien représentés.

Je constate qu’il y a des petits gestes pour tout le monde et que l’essentiel vise à préserver les intérêts des différents acteurs de la profession. Il faut faire le tri entre les cadeaux, les gestes symboliques et les prises de risques. Je note en vrac pour commenter plus tard, :

– Il faut sortir de la beatitude numérique »

– Sauvegarde des medias traditionnels. La plupart de ces recommandations appellent aujourd’hui des décisions urgentes. Elles touchent en effet :
soit

  • à la sauvegarde des médias traditionnels dont certains sont aujourd’hui menacés dans leur pérennité même, et d’autres dans leur qualité ;
  • soit à l’aide au développement vers le numérique de ces médias, qui risquent sans cela de se replier sur des marchés en régression ;
  • soit au nouveau monde des médias sur le web, à travers des régulations, des instruments de qualité professionnelle ou des cadres juridiques (droit d’auteur) ou éthiques.

– Il n’y aura pas d’indépendance ni de qualité sans rentabilité

Il y a donc urgence à faire sauter les verrous qui empêchent de grands groupes de médias français à devenir de grands groupes plurimédia mondiaux, entraînant avec eux tout le secteur des industries culturelles.

– Stimuler la compétitivité globale de l’écosystème notamment en favorisant l’émergence de champions internationaux.

Les recos  :

– Recommandation n°1 : Constitutionnaliser la défense du pluralisme et de l’indépendance de la presse
– Recommandation n°2 : Améliorer le financement de la presse en développant le mécénat
– Recommandation n°3 : Créer auprès du Premier ministre un observatoire du pluralisme dans la presse
– Recommandation n°4 : Étendre les compétences du CSA et le charger du respect du pluralisme
– Recommandation n°5 : Élargir les aides de la commission paritaire aux nouveaux supports d’information

[Les journaux gratuits et journaux intenret]  doivent pouvoir bénéficier des dispositifs d’aides existant (aides à la fabrication, aides à la modernisation,…) et, pour les supports pur web d’une TVA à taux réduit que nous recommandons également d’appliquer, comme nous le verrons plus bas, aux supports numériques destitres de presse.

– Recommandation n°6 : Inscrire les chartes de déontologie des journalistes dans leur Convention collective
– Recommandation n°7 : Professionnaliser les sites d’information en favorisant le recrutement de journalistes
– Recommandation n°8 : Recentrer les aides à la presse sur la presse d’information générale et politique
– Recommandation n°9 : Doter l’Agence France Presse d’un statut et d’une direction pérennes
– Recommandation n°10 : Recentrer la Loi Bichet sur sa vocation d’origine

Pour cela, nous recommandons de revenir à l’esprit d’origine de la loi Bichet en limitant son domaine d’application à la seule presse d’information générale et politique (PIGP).
– Recommandation n°11 : Appuyer le plan des NMPP, favoriser l’ouverture de nouveaux points de presse
– Recommandation n°12 : Libéraliser la réglementation des points de vente
– Recommandation n°13 : Développer la pratique du portage à domicile

– Recommandation n°14 : Soutenir une réforme drastique des imprimeries
– Recommandation n°15 : Stimuler la recherche et l’innovation sur la diffusion numérique
– Recommandation n°16 : Soutenir une recherche et une formation ambitieuses sur les stratégies numériques
– Recommandation n°17 : Susciter des formations marketing dans les écoles de journalisme et de communication
– Recommandation n°18 : Inciter les groupes de presse à former leurs journalistes aux technologies numériques
– Recommandation n°19 : Mettre en place des mesures d’incitation à l’investissement numérique

– Recommandation n°20 : Élargir le périmètre des aides à la numérisation
– Recommandation n°21 : Soutenir financièrement la double diffusion analogique et numérique de l’audiovisuel
– Recommandation n°22 : Élargir le périmètre d’intervention de la Caisse des Dépôts à l’investissement dans les groupes de médias
– Recommandation n°23 : Autoriser un groupe de médias à posséder une chaîne de télévision, une radio et un quotidien de dimension nationale
– Recommandation n°24 : Relever le seuil d’audience maximale pour un média radio
– Recommandation n°25 : Asseoir les limites à la concentration de la télévision sur une audience réelle à défi nir plutôt que sur le nombre de chaînes
– Recommandation n°26 : Supprimer les seuils de détention capitalistique (49 %, 15 %, 5 %)
– Recommandation n°27 : Résoudre la question des droits d’auteur des journalistes de la presse écrite
Selon nous, une adaptation du régime actuel des droits d’auteurs s’impose. Elle devrait intégrer trois principes fondamentaux :

  • la neutralité du support (papier vs numérique) ;
  • la sécurité juridique de l’éditeur ;
  • la garantie de droits attachés aux journalistes et
    à leur statut.

    Pour notre part, nous privilégions une approche
    par cercles concentriques ;

  • en contrepartie du paiement d’un salaire, le journaliste
    céderait son contenu à l’ensemble des
    supports d’un même titre ou marque (Ex : pour
    le support papier, le support internet, le support
    mobile…)
  • Ensuite, et dans le cadre d’une négociation
    collective et en contrepartie d’une rémunération
    supplémentaire, la possibilité d’exploiter
    le contenu sur d’autres titres ou marques du
    groupe auquel appartient le journaliste peut être
    accordée ;
  • Enfin, le journaliste, en l’absence d’accord explicite,
    dispose du droit de refuser la cession du
    contenu à l’extérieur du groupe si le support ou
    le groupe acquéreur ne lui convient pas.

– Recommandation n°28 : Adapter le cahier des charges des chaînes de télévision aux contraintes de la nouvelle donne numérique
– Recommandation n°29 : Repenser les obligations de coproduction et les droits patrimoniaux des chaînes de télévision
Augmenter de 15 à 34 % le seuil qui fait considérer les sociétés de production « dépendantes » des chaînes de télévision.

– Recommandation n°30 : Préserver les équilibres économiques face aux évolutions des marchés de la publicité
– Recommandation n°31 : Aménager les règles de la publicité à la télévision
– Recommandation n°32 : Optimiser et garantir les règles de mesure d’audience des contenus
– Recommandation n°33 : Permettre à la radio de relever le défi numérique dans de bonnes conditions
– Recommandation n°34 : Appliquer un régime de TVA unique pour les médias, quel que soit leur support de diffusion

A suivre

Google Archives : vers la bibliotheque universelle

On l’attendait depuis des années, c’est fait. Google Archives ouvre ses portes et propose plus de 50 années d’archives de journaux. Impressionnant même si le nombre de sources semble encore limité, le New York Times se taillant la part du lion dans cette bibliotheque d’un nouveau genre (voir par exemple sur la requete « Nixon » les archives qui remontent jusqu’en 1950). En France c’est Le Monde et le Point qui semblent remonter le plus régulièrement: voir sur la requête « balladur« .

Toutefois il semble que l’ensemble du contenu ne soit pas issu de partenariats. Pas mal de sources semblent indexées à partir du référencement naturel des articles. Sur la requête « balladur » on peut trouver en bas de page un article de Liberation de 2007 mais contrairement au Monde il ne s’agit pas d’une page d’archive mais d’une page à imprimer dépourvue de publicité (voir ici). Dommage, aucun revenu à espérer. Même problème pour Les Echos ou je tombe sur des brêves en acces libre mais quand même monétisées par la publicité. Je retrouve avec plaisir les articles de ZDNet.fr de 2003 et comme je confirme n’avoir pas d’accord concernant ces archives j’en déduis que Google a pioché ça et là dans son index pour constituer ses archives. 

Principal avantage du système, et c’est une bonne nouvelle, Google préserve le modèle économique des éditeurs en pointant vers les pages d’archives payantes si nécessaire, vers la page en accès libre si disponible. D’où l’intérêt de rendre visible le chapô ou résumé de ses articles quand ils sont payants (ce que nous avions fait aux Echos mais Google ne semble pas l’avoir identifié). Selon Techcrunch Marissa Meyer annonce la mise à disposition d’archives numérisées par Google mais je n’ai pu trouver des exemples de ce type, la plupart des sources disposant de leurs propres archives. 

Au final Google Archives se comporte ni plus ni moins comme une extension de Google News à un détail près puisqu’il comporte aussi des liens vers Google Books comme on peut le voir sur cette requête (toujours »nixon », troisième et cinquième paragraphe). 

Le résultat est, je dois dire, impressionnant, et pourrait donner un peu d’oxygène au marché des archives payantes auparavant chasse gardée de quelques prestataires privés. Ici les éditeurs restent maître de la commercialisation de leurs archives donc de leur politique de prix, Google se rémunère comme d’habitude sur la recherche. Bien vu, l’initiative ne devrait moins se prêter à la polémique que Google News à ses débuts.

USA: baisse des investissements publicitaires début 2008

On le sentait venir, c’est désormais confirmé par l’IAB USA: les revenus publicitaires du premier trimestre 2008 sont en baisse par rapport au dernier trimestre 2007. Un décrochage très bien commenté par Didier Durand dont je partage l’analyse centrée sur la récession américaine et l’élasticité du marché publicitaire. On attendait cette confirmation dans les résultats du premier trimestre de Google mais ceux-ci, comme l’avaient noté quelques analystes, étaient brouillés par la croissance des revenus hors USA.

Ajoutons au décor le taux de change dollars/euros qui pénalise les investissements des entreprises américaines et on peut supposer que l’impact ne se limitera pas à la zone US. J’ai par ailleurs constaté, malgré le démenti (faussé à mon sens) des résultats de Google une large baisse des revenus aux clics sur le réseau Adsense, ce que me confirme plusieurs blogueurs indépendants dont les revenus proviennent exclusivement de ces publicité à la performance. Mes observations portent toutefois sur plusieurs pays aussi ai-je de bonnes raisons de penser qu’on assiste à une baisse de la pression publicitaire sur ce réseau, peut-être pas dans tous les secteurs. N’hésitez pas à me contredire ou confirmer cette impression…

Les conséquences n’ont même pas à être imaginées puisqu’on les observe depuis quelques mois: le web 2.0 est en vente car bon nombre d’investisseurs anticipent une à deux années de vaches maigres et la concentration s’accélère. Pour faire court la bulle qui n’existe pas a éclaté sans bruit. Sans bruit puisque cette fois, les répercutions n’affectent pas massivement la bourse. Personne n’a toutefois noté que quelques grosses acquisitions des derniers 12 mois ont dégringolé dans des proportions inquiétantes. Enfin pourquoi est-ce que je mentionne le Web 2.0? Parce que les valeurs des sociétés emblématiques de ce secteur reposaient sur une surestimation du visiteur unique, lui même survalorisé par une anticipation exagérée de la croissance du marché de la publicité (du point de vue de l’acheteur potentiel).

Bref 2008 est bien partie pour être l’année de la correction.

Un audit accuse BBC.co.uk de mauvaise gestion

Controverse saignante autour du site BBC.co.uk rapportée par Paidcontent.co.uk. Un rapport d’audit (consultable ici) conclut à un dépassement de budget record de 36 M£, soit 45 M d’euros sur un total de 140 M d’euros. La direction ne dément pas le dérapage financier mais conteste les chiffres. En attendant les investissements se retrouves gelés dans l’attente d’une restructuration.

Le rapport est particulièrement sévère, accusant la direction d’avoir perdu le contrôle de son activité, rien que celà. De toute évidence l’activité online de la BBC a bénéficié d’une année faste côté budget. Le rapport, que j’ai parcouru, rend aussi hommage au succès d’audience du site et son incontestable créativité tout en pointant certaines carences en matière de visibilité de ses contenus. Visiblement un certain nombre de contenus se retrouvent dilués dans la profusion de services (ce qui me paraît plutot une promesse de croissance).