USA: l’IAB met Comscore et Nielsen Netratings sur le grill

Ceci explique peut être cela mais Randall Rothenberg le tout nouveau président de l’IAB USA (interactive Advertising Bureau) démarre son mandat en fanfare en demandant publiquement aux deux principaux services de mesure d’audience users centric (panel) Comscore et Nielsen Netratings de se soumettre à un audit technique. A cette heure les deux mesureurs n’ont pas encore répondu. Les relations entre l’IAB et les deux piliers de la mesure d’audience est assez fraîche comme je l’ai déjà signalé en septembre dernier. Pas toujours pour de bonnes raisons d’ailleurs mais surtout parce que les tensions du marché ne peuvent plus se satisfaire des différences de chiffres. Il s’agit donc de pouvoir juger en profondeur des méthodologies utilisées par les deux acteurs.

Je ne prendrai pas trop de risque en disant que la valorisation des acteurs du Web 2.0 s’effectuant sur le compte des visiteurs uniques (faute de chiffre d’affaires conséquent) la polémique dépasse la simple querelle entre experts. On comprend la nervosité du marché. Pour info je précise qu’en France si les tensions ont pu exister, Médiamétrie//Nielsen réunit régulièrement ses souscripteurs pour exposer sa méthodologie et recevoir les critiques (et on ne s’en prive pas). Depuis quelques mois la mise en place d’un comité d’autorégulation permet d’ailleurs d’y régler les litiges en famille. Visiblement les pratiques semblent différentes aux USA.

> Lire l’article de Mediapost sur le sujet
> Mes autres billets sur la mesure d’audience (un jour je ferai relier tout ça)

Cookies effacés: Comscore enfonce le clou

C’est ce qu’on appelle une étude sur mesure. Quelques mois après avoir souffert de sérieuses critiques (surtout révélatrices de l’incompréhension des acteurs du marché) sur le marché américain pour ses chiffres d’audience éloignés des mesures sites centrics, Comscore contre-attaque en publiant une étude sur le phénomène des cookies effacés. Cette fois il s’agit de comparer l’effacement des « first party cookies » et des « third party cookies » comprenez ceux générés par le site visité, donc en général plus facilement acceptés, et ceux générés par un service tiers, par exemple ceux des services de mesures sites centric (Xiti, Weborama, Omniture, Webtrends et compagnie…).

D’apres Comscore, l’étude basé sur l’analyse de 400 000 PC, montre que les First party cookies sont effacés presque aussi souvent que les cookies tiers soit par près d’un utilisateur sur trois. Résultat Comscore estime que les mesures site centrics, basées sur les cookies, peuvent être faussées jusqu’à 150% soit 2,5 fois au delà de la réalité. Impossible de ne pas rapprocher ces chiffres de celui des pages vues que Comscore admettait pouvoir surestimer de 300%  (lire la réponse du PDG qui m’a répondu sur ce point). Bref la réponse du berger à la bergère.
[MAJ 18/04/07 : pour être précis suite à une nouvelle réaction du PDG de Comscore, il affirme que mon interprétation est erronée, on ne peut donc pas dire que Comscore « admet ». Je maintiens toutefois mon analyse sur le fond. C’est compliqué mais je signale ce point de discussion].

Les chiffres de Comscore:

comScore Cookie Deletion Analysis – 1st Party Cookies* December 2006 Source: comScore, Inc.
Number of Cookie Deletions/Resets Percent of Computers Avg. No. of Cookies per Computer Percent of Cookies
Total Sample 100,00% 02/05/07 100,00%
1 or more 31,00% 04/07/07 58,00%
4 or more 7,00% 12/05/07 35,00%

Difficile de juger objectivement des résultats de cette étude. D’autres études ont minoré largement le phénomène des cookies effacés, jugé réel mais stable. D’un autre côté la dégradation de tous les ratios basés sur les cookies (visites par visiteurs, pages par visiteurs etc…) montre que quelque chose ne tourne pas rond, sans parler des sites dont la somme des visiteurs dépasse le nombre d’internautes…

Rappelons que pour cette raison l’OJD, qui certifie les chiffres de diffusion de la presse française a décidé depuis quelques mois de publier les données hebdomadaires de ses souscripteurs, pages vues comprises, afin de réduire l’impact de l’effacemetn des cookies. Voir par exemple les données OJD de mars 2007 (cliquez sur chaque site figurant dans le tableau puis sur le PV du mois). Côté Mediamétrie/Nielsen, le concurrent de Comscore, on mise sur le vieux rêve du rappochement des données sites centrics avec celles du panel ce qui permet essentiellement d’affiner les données volumétrique des données du panel pour les servir aux outils de media planning et aux annonceurs. Une projet mené actuellement et dont les premiers résultats sont en cours d’analyse.

Lira aussi l’article de Marketwatch sur la situation financière de Comscore et ses projets d’investissements.

Clapier 1.0: la Craigslist et ses secrets

Est-ce bien une surprise? Pour moi oui. Le service de mesure d’audience Compete.com (qui se base sur un panel d’utilisateurs) a analysé la répartition du trafic sur les différentes zones du célèbre site de petites annonces Craigslist. Certains pouvaient penser que ce site devait son succès aux annonces immobilières ou aux voitures d’occasion. C’est raté, la très large majorité de l’audience vient y consulter les petites annonces de rencontres et les services érotiques. Dans des proportions qui ne laissent aucune place à l’ambiguité.

  sb-craigslist-uv-graph-1_2.gif

 Au fond tout ceci est très banal mais ça nous rappelle que les phénomènes d’audience de masse reposent très largement sur des recettes assez préhistoriques. Les secrets de certains sites très proprets se cachent souvent dans quelques forums coquins. Plus trivial j’ai eu l’occasion d’accéder aux statistiques de trafic de grands sites de partages de photos pour découvrir qu’ils doivent beaucoup (c’est un euphémisme) aux photos de plages, bikinis et autres toiles légères. Rien de bien méchant mais cela relativise terriblement les grandes envolées littéraires sur le social networking, la révolution  du contenu utilisateur ou Second Life.

 Lire aussi Scott Karp qui, du coup, ironise sur ce marché qui a – lui aussi- échappé à la presse en ligne…

Baromètre Google News France pour mars 2007

Suite du Google News Report France pour le mois de mars 2007 (le détail ici) qui classe les principales sources d’information selon leur positionnement, leur fréquence et durée d’apparition sur la Une de Google News. Le jeu de chaises musicales continue dans le top 20 et la bataille à celui qui recharge le plus vite son canon à dépêches Reuters/AP/AFP décide toujours des premières places. A noter le grignotage des sites de radios qui progessent lentement. Les sites bidons de référenceurs sont toujours là, visibles comme des cafards dans un lavabo. La routine…

 Je rappelle à nouveau que les mouvements dans le classement n’ont pas toujours un impact (ni la conséquence)  sur l’évolution de trafic en provenance de Google News. En pratique ce lien existe mais une large partie des contenus référencés ne remonte pas sur la page d’accueil par défaut de Google News et peut être vue autrement par les lecteurs.  C’est du vécu alors je le précise.

Top 50 des sources Google News France
rank Mars 2007 Février 2007
1 Le Figaro L’Express
2 L’Express Le Figaro
3 nouvelobs.com Libération
4 Le Monde nouvelobs.com
5 Libération Le Monde
6 TF1 TF1
7 Boursorama Boursorama
8 France 2 France 2
9 Boursier.com PC Inpact
10 PC Inpact Clubic
11 Clubic Canoë
12 RTBF 20minutes.fr
13 20minutes.fr Boursier.com
14 l’Humanité l’Humanité
15 Le Vif/L’Express RTBF
16 ZDNet Radio Suisse Romande
17 L’Orient-Le Jour AgoraVox
18 XINHUA 7sur7
19 Actualités News Environnement XINHUA
20 Canoë Radio-Canada
21 7sur7 L’Orient-Le Jour
22 Radin Rue ZDNet
23 Radio Suisse Romande Le Vif/L’Express
24 RTL.fr Radin Rue
25 La Tribune.fr Référencement Internet-Web
26 Sport365.fr 24 heures
27 AgoraVox Actualités News Environnement
28 Europe 1 Jeune Afrique
29 Sports.fr La Tribune.fr
30 01net Sport365.fr
31 Les Échos Europe 1
32 Radio-Canada Journal Chrétien
33 Cyberpresse Armées.com
34 Le Matin.ma 01net
35 Référencement Internet-Web Tribune de Genève
36 Journal Chrétien Football.fr
37 RFI RFI
38 Eurosport – TF1 M6.fr
39 Génération NT Francebourse.com
40 Aujourd’hui Le Maroc Cyberpresse
41 Football.fr Eurosport – TF1
42 Marianne2007.info RTL.fr
43 Walf Fadjri Les Échos
44 L’équipe.fr Portage emploi
45 24 heures Sports.fr
46 Jeune Afrique Aujourd’hui Le Maroc
47 A l’Actu Goal.com
48 Courrier International Sport 24
49 Francebourse.com L’équipe.fr
50 El Watan Le Devoir (Abonnement)

> source Private radio

Mesure d’audience portails vs medias: que cache la fréquence des visites ?

Comme l’a relevé Didier Durand, Comscore vient d’annoncer que la mesure des visites (les « sessions »), leur durée et leur fréquence seraient désormais les principaux indicateurs pris en compte avec les visiteurs uniques pour la mesure d’audience des sites web. Je ne reviens pas sur l’annonce elle-même, Didier détaille très bien l’enjeu qui consiste à mettre en avant la qualité de la relation avec les lecteurs et leur fidelisation. Rappelons tout de même que c’est aussi une manière discrète d’enterrer en douceur la mesure des pages vues totalement folkorique sur les outils basés sur des panels comme Comscore ou Nielsen Netratings comme je l’avais écrit ici (suscitant au passage une réponse en français du patron de Comscore).

Du coup le petit jeu consiste a redécouvrir les modifications du classement des sites en fonction de ces nouveaux critères, en particulier la fréquence des visites. Pour résumer disons que les portails du type yahoo/MSN en ressortent regaillardis. Du coup je me suis demandé ce que cela pouvait cacher sachant que les grands portails mélangent contenus, services, espaces communautaires soit un environnement beaucoup plus hétérogène que celui des sites medias. Un coup d’oeil sur Nielsen m’a vite confirmé que l’impact des messageries électroniques fausse largement les données et cache un match beaucoup plus serré qu’on ne l’imagine.

Sans révéler les données des uns et des autres j’ai effectué le calcul suivant: j’ai isolé deux groupes de sites, celui des portails et celui des medias comprenant un mélange de sites de news et de magazines. J’ai comparé la fréquence des visites moyennes de chaque groupe puis j’ai recommencé le calcul en supprimant du premier groupe la mesure de l’audience des messageries électroniques, des messengers et des moteurs de recherche en pondérant par rapport aux parts de marché de chaque zone du portail (vous n’avez rien compris c’est normal mais disons que ce n’est pas une moyenne toute bête). Voici ce que cela donne :

Données mensuelles (février 07)

Données completes Hors emails + messagerie + search
Sessions par visiteur Sessions par visiteur
Portails 12,34 5,7
Medias 4,38 4,38

Je ne rentre pas dans le détail du calcul, il mériterait plus de précision et une fourchette d’écart. Tout de même il faut préciser que le résultat légerement supérieur des portails vient de la surpondération des pages d’accueil. Pour le reste malgré la puissance d’attraction des messageries les portails ne parviennent pas à distancer les medias en matière de fidelisation sur les contenus et services.

Signalons une trés grosse surprise : les services communautaires types blogs, forums, pages persos n’influent pratiquement pas sur la fréquence des visites, en fait ils se consomment comme des pages de contenus (par contre ils génèrent de longues durées de session et des pages vues). Voilà qui va à l’encontre des idées reçues. En revanche les pages d’accueil personnalisées (incluses dans mon calcul) sont un facteur important d’accroissement de la fréquence des visites.

Note: le calcul est effectué sous ma seule responsabilité, il est probablement approximatif et très largement perfectible et n’engage pas l’instrument de mesure d’où j’ai puisé les chiffres. Ceci étant dit je suis assez confiant sur les grandes lignes de l’analyse.

Baromètre Google News France pour février 2007

Suite du Google News Report France pour le mois de février 2007 (le détail ici) qui classe les principales sources d’information selon leur positionnement, leur fréquence et durée d’apparition sur la Une de Google News. Après une interruption d’un mois en décembre le Google News Report est finalement réapparu en janvier (son auteur m’a avoué qu’il pensait que ça n’intéressait personne…).

Si l’on compare avec le dernier classement de novembre 2006  on note quelques changements notables. En particulier le grand gagnant est lexpress.fr qui a détroné son éternel rival Nouvelobs.com. Ce dernier paye probablement la refonte de son site et son changement de CMS  qui ont bouleversé l’organisation des contenus. La RTBF fait irruption dans le top 20 ainsi que 20minutes.fr, pour le reste les quotidiens et les sites des principales chaînes de TV trustent toujours les premières places. A noter la baisse du site lesechos.fr, lequel a été absent de l’index de Google News pendant une semaine en février pour des raisons techniques obscures qui m’ont donné quelques sueurs.   

Gros problème à mon avis, j’y reviendrai une prochaine fois mais l’analyse du top 100 des articles des principales sources d’actualité montre clairement qu’il s’agit essentiellement de dépêches d’agence de presse. Google News semble toujours sensible à la répétition des mêmes infos plus ou moins réécrites qu’il interprète à tort comme un critère d’importance à cause de la redondance. On dira ce qu’on voudra mais c’est la preuve que Google n’est pas si performant dans l’analyse des contenus et privilégie toujours la répétition et la fréquence de publication.

A suivre 

Top 50 des sources Google News France
rank Février 2007 Janvier 2007
1 L’Express L’Express
2 Le Figaro Le Figaro
3 Libération Libération
4 nouvelobs.com nouvelobs.com
5 Le Monde TF1
6 TF1 Le Monde
7 Boursorama Boursorama
8 France 2 Canoë
9 PC Inpact Boursier.com
10 Clubic France 2
11 Canoë Clubic
12 20minutes.fr PC Inpact
13 Boursier.com RTBF
14 l’Humanité 7sur7
15 RTBF XINHUA
16 Radio Suisse Romande Cyberpresse
17 AgoraVox 20minutes.fr
18 7sur7 l’Humanité
19 XINHUA Radio-Canada
20 Radio-Canada Radio Suisse Romande
21 L’Orient-Le Jour ZDNet
22 ZDNet Les Échos
23 Le Vif/L’Express L’Orient-Le Jour
24 Radin Rue Portage emploi
25 Référencement Internet-Web Référencement Internet-Web
26 24 heures Le Devoir (Abonnement)
27 Actualités News Environnement Sport365.fr
28 Jeune Afrique 01net
29 La Tribune.fr AgoraVox
30 Sport365.fr Football.fr
31 Europe 1 Actualités News Environnement
32 Journal Chrétien Europe 1
33 Armées.com 24 heures
34 01net Radin Rue
35 Tribune de Genève Armées.com
36 Football.fr La Tribune.fr
37 RFI Tribune de Genève
38 M6.fr Courrier International
39 Francebourse.com Jeune Afrique
40 Cyberpresse M6.fr
41 Eurosport – TF1 Le Vif/L’Express
42 RTL.fr Goal.com
43 Les Échos EuroNews
44 Portage emploi Eurosport – TF1
45 Sports.fr Marianne2007.info
46 Aujourd’hui Le Maroc Génération NT
47 Goal.com Le Temps (Abonnement)
48 Sport 24 Liberté-Algérie
49 L’équipe.fr RFI
50 Le Devoir (Abonnement) Aujourd’hui Le Maroc

 > source Private radio

USA: le New York Times révèle la fraude au site under

Les choses s’accélèrent sur le front de la mesure d’audience. Je parlais il a quelques jours de la chasse au « site under » (ou « pop under ») par Mediamétrie. C’est au tour des USA de se lancer dans le grand nettoyage. Selon cet article du New York Times plusieurs sites auraient été repérés comme abusant de cette pratique consistant à lancer automatiquement l’affichage de certaines de leurs pages à partir d’autres sites. Ce qui génère bien évidemment des pages vues mais aussi attribue des parts de marchés fictives sur Nielsen Netratings. Cette fois on donne des chiffres et ça fait très mal:

> Entrepreneur.com est passé ainsi de 7,6 M de visiteurs uniques à 2 M
> Forbes.com lui même a utilisé en 2005 les services d’un réseau de Adware, eXact Advertising (logiciel malicieux qui se niche sur le PC et lance des pages de pubs intempestives), pour son service ForbesAutos.com. Un service dont le trafic avait déjà attiré les soupçons de certains analystes.
> Le site d’hotellerie de luxe Concierge.com a également utilisé les services d’un Adware pour afficher ses pages, une pratique interdite car les Adware sont installés sans l’accord de l’utilisateur du PC
> Heavy.com, un concurrent de Youtube, aurait perdu 35% de trafic sous Nielsen Netratings dès l’abandon de ses pop ups

Evidemment pas besoin de rappeler que tout ceci ne peut se faire qu’avec la complicité de certains réseaux d’Adware ou de régies publicitaires peu scrupuleuses. Une réalité qui vaut aussi pour la France …

Au passage je me demande quand un média français s’interessera à cet aspect un peu nauséabond des pratiques d’une certaine industrie. Trop d’ondes négatives probablement, et des rédactions en chef incapables de juger de la pertinence de ces sujets…

Les visiteurs uniques, nouveau standard pour la certification de l’audience des sites anglais

Je sais ce titre est moche mais il faut bien se tenir au courant des évolutions de la petite cuisine de la mesure d’audience. Donc ABC Electronic, l’équivalent anglais de l’OJD français, est l’organisme chargé de certifier l’audience des sites web anglais. Jusqu’à présent en UK la certification de la mesure était centrée en priorité  sur les pages vues ou « impressions » désormais les visiteurs uniques seront le standard afin de pouvoir donner une indication de parts de marché et se comparer à la mesure traditionnelle de diffusion presse.

Certes la mesure de pages vues avait du plomb dans l’aile à force de d’abus du « refresh » des pages et des divers tripatouillages des uns et des autres (à ce propos les procès verbaux de l’OJD en France mentionnent depuis quelques mois la pratique du refresh sur le site audité). La certification par le visiteur unique n’est cependant acceptable que si elle s’accompagne de mesures de contrôle pour filtrer certains abus comme le « site under » (appel automatique d’une page web à partir d’un autre site).

Le « site under » fait d’ailleurs l’objet depuis quelques semaines en France d’une chasse impitoyable de la part de Médiamétrie qui a décidé via son comité d’autorégulation de se lancer dans la grande lessive. Le « site under » connaît en effet une grande popularité dans notre beau pays, certains petits malins s’étant aperçus qu’il permettait de s’approprier mécaniquement les visiteurs uniques du site support et de fausser les mesures du panel Nielsen Netratings (opéré par Mediamétrie). Certains réseaux de sites empilaient ainsi leurs sites pour s’octroyer des parts de marché fictives. Oui je sais c’est moche mais ça fait de beaux communiqués de presse …

Premiers touchés, un bon nombre de sites marchands qui affichent ainsi plusieurs millions de « clients » au compteur. Pour être honnête il faut préciser que beaucoup le faisaient aussi en parfaite méconnaissance de cause. Désormais même si la pratique n’a rien d’illégale, les sites sont invités à marquer leur page avec la mention « site under » afin de permettre aux instruments de mesure de les exclure des calculs. Il faut sur ce point saluer la démarche de transparence de Mediamétrie qui s’attache à fiabiliser les données du marché. En toute logique l’OJD devrait suivre dans les prochaines semaines afin que la pratique des « site under » ne fausse pas non plus la mesure des visites ou des visiteurs (disclaimer: je participe aux travaux de l’OJD et de Médiamétrie sur ces sujets).

Pour revenir au débat sur les visiteurs uniques, l’OJD va se démarquer de ses collègues anglais en proposant d’ici janvier une mesure hebdomadaire des visiteurs uniques afin de minimiser l’impact de l’effacement des cookies (sur un mois la proportion de cookies effacés augmente dangereusement et conduit à une surestimation des visiteurs uniques). Bon je sais tout ça est très compliqué mais ce que je retiens de tout ça c’est qu’il y a désormais un consensus chez les acteurs de l’industrie (agences, media planneurs, éditeurs, mesureurs, annonceurs) pour produire des données fiables et des instruments de mesure crédibles. Qu’on se le dise…

Voir aussi mes précédents billets:
>  La certification des mesures d’audience exigée par les annonceurs américains
> Spyware, cookies et mesure d’audience – Acte 1
> Comscore admet surestimer les pages vues jusqu’à 300%  (et la réponse du PDG)

Baromètre Google News France pour novembre 2006

Suite du Google News Report France pour le mois de novembre  (le détail ici) qui classe les principales sources d’information selon leur positionnement, leur fréquence et durée d’apparition sur la Une de google News. La liste du top 50 change peu mais chacun joue des chaises musicales. Cet outil est décidemment devenu indispensable pour controler les performances du positionnement au jour le jour sur Google News. Utile aussi pour suivre les nouvelles sources d’informations prises en compte dans l’index.
Voir le classement précédent ici

Top 50 des sources Google News France
Rang Octobre 2006 Novembre 2006
1 Nouvel Observateur Nouvel Observateur
2 Le Monde Le Monde
3 Le Figaro Le Figaro
4 Libération L’Express
5 Boursier.com TF1
6 L’Express Libération
7 TF1 Boursier.com
8 Cyberpresse Cyberpresse
9 La Tribune.fr La Tribune.fr
10 Boursorama Boursorama
11 France 2 France 2
12 PC Inpact Clubic
13 AgoraVox PC Inpact
14 Clubic Radio-Canada
15 Romandie.com Canoë
16 Sports.fr XINHUA
17 Actualités News Environnement Football.fr
18 EuroNews l’Humanité
19 Portage emploi Portage emploi
20 Radio-Canada Sport365.fr
21 Sport 24 20minutes.fr
22 l’Humanité Actualités News Environnement
23 Eurosport – TF1 EuroNews
24 Canoë Romandie.com
25 L’équipe.fr Eurosport – TF1
26 ZDNet Les Échos
27 20minutes.fr ZDNet
28 Challenges RTBF
29 Les Échos Culturefemme.com
30 France 3 Sports.fr
31 Matinternet 01net
32 01net AgoraVox
33 Football.fr 7sur7
34 XINHUA L’Orient-Le Jour
35 Silicon.fr RFI
36 RTL.fr Sport 24
37 Armées.com Référencement Internet-Web
38 RTBF Capital.fr
39 Génération NT Armées.com
40 Référencement Internet-Web L’équipe.fr
41 Sport365.fr Génération NT
42 Le Soleil Sport.fr
43 Vnunet.fr Silicon.fr
44 Radio Chine Internationale 24 heures
45 LExpansion.com Afrik.com
46 Voila.fr LExpansion.com
47 RFI Le Soleil
48 France Football RTL.fr
49 Capital.fr Goal.com
50 Infos-du-Net France Football

> source Private radio

Comscore et la mesure des pages vues, la réponse du PDG

La faute à la duplication de certains de mes billets entre ce blog et celui sur ZDNet.fr, je n’avais pas réalisé que le PDG de Comscore, Magid Abraham, m’avait personnellement répondu suite à mon billet consacré à sa lettre ouverte. Pour réparer cet oubli je reproduis ici sa réponse

Magid Abraham dit :
27 octobre 2006 à 17:39 m

Emmanuel:

Merci bien pour l’hommage que vous me faites ci-dessus. En tant que nouvel acteur sur le marché français, il est très important pour comScore de participer à un débat transparent dans lequel les point forts de chaque méthodologie soient balancés par leurs véritables limites.

Cela dit, je crois que la citation de ma ‘lettre ouverte’ a été mal interprétée. Le texte en anglais dit:

A Web log generated PV count likely falls somewhere between Web hits and real PVs, and will almost always be higher than real PVs. But, the magnitude of the difference can be astounding. For instance, comScore data shows 3 times more hits than PVs for Google. In fact, a difference of up to 300 percent – which on the surface appears extraordinary – may be perfectly legitimate because we are comparing the proverbial apples to oranges.

Ce que je voulais dire c’est que le compte des PV obtenu par les systèmes de mesure site centric (web logs) est toujours plus élevé que la réalité. L’exemple de Google que je fournis montre que la différence entre la réalité et les données des mesures site centric qui fournissent un nombre de ‘hits’ peut être énorme même s’ils essayent de filtrer les ‘background hits’ qui ne correspondent pas à une page véritablement vue par le visiteur. Il est vrai que ce filtrage par comScore peut être que partiel occasionnellement mais c’est rarement le cas. Cependant on trouve que c’est presque toujours le cas en ce qui concerne les mesures site centric. Je ne suis pas en mesure de commenter la méthodologie de Médiamétrie.

Magid Abraham
CEO, comScore

Ma réponse : Je comprends tout à fait les nuances que vous souhaitez apporter à mon interprétation, en particulier le fait que l’écart extrème que je mets en avant n’est qu’exceptionnel. Toutefois je n’y vois pas un démenti, vous reconnaissez que l’écart est constant.

Je retiens essentiellement que les outils de mesure user centrics ne sont pas adaptés à l’estimation des pages vues en particulier parce que le filtrage des logs n’y est pas optimal.

Je suis troublé par votre usage du terme “site centrics” qui dans votre réponse ne me semble pas désigner les outils commerciaux sites centric mais plutôt le processus d’analyse des logs utilisés par les mesures “user centric” (c’est compliqué!).

Maj 18/04/07: il apparaît (voir les commentaires) que Magid Abraham attribue bien le biais de l’analyse des logs aux outils sites centrics ce qui me surprend comme je le précise au dernier paragraphe de ce billet. Je maintiens toutefois mes propres analyses. Par principe je ne fais jamais totalement confiance aux outils de mesures mais le compte des pages vues s’est toujours révélé plus que suspect sur les outils user centrics (panel) qui rappellons-le, ne sont pas fait de toute façon pour produire une estimation des pages vues. 

Baromètre Google News France pour octobre 2006

Découvert grâce à la dernière lettre d’Abondance un service très discret mais redoutablement efficace, le Google News Report, destiné à analyser en quasi temps réel l’ensemble des articles et des sources d’information utilisés et affichés par Google News. Ceci pour une douzaine de langues et de versions de Google News. Un service indispensable et à bookmarquer absolument. Son auteur établit des classements de sources et une estimation du potentiel des articles selon leur durée d’affichage et leur emplacement sur la page d’accueil de Google News. Il ne s’agit donc pas d’une analyse de l’index mais des articles disposant d’une visibilité maximale.

Du coup on peut en déduire le classement des sources ayant une forte probabilité de recevoir le plus de trafic de google News. Bien vu ! Même si le calcul manque forcément de précision, l’évaluation de potentiel de chacun donne une bonne vision de ceux qui se goinfrent bénéficient le plus de l’impact du service. Attention ce classement n’a rien de qualitatif certains y figurent par leur capacité à publier des dépêches AFP en rafale, d’autres par leur talent à recopier, certains heureusement par leur production originale, d’autres enfin n’ont rien à y faire (il est temps de nettoyer cet index des sites non producteurs d’infos et autres référenceurs miteux…).

Pour Google News France j’ai extrait ce top 50 des principales sources d’information pour l’ensemble de l’année et les trois derniers mois:

Top 50 des sources Google News France (estimation de visibilité)
Rang Synthèse 2006 Août 2006 Septembre 2006 Octobre 2006
1 Nouvel Observateur Nouvel Observateur Nouvel Observateur Nouvel Observateur
2 Le Figaro Le Figaro Le Figaro Le Monde
3 L’Express Le Monde Le Monde Le Figaro
4 Libération Boursier.com Libération Libération
5 Boursier.com L’Express Boursier.com Boursier.com
6 Le Monde Libération L’Express L’Express
7 TF1 Cyberpresse Cyberpresse TF1
8 Reuters.fr Boursorama TF1 Cyberpresse
9 France 2 TF1 France 2 La Tribune.fr
10 La Tribune.fr France 2 La Tribune.fr Boursorama
11 Cyberpresse PC Inpact Boursorama France 2
12 XINHUA Clubic Romandie.com PC Inpact
13 Sports.fr XINHUA Sport 24 AgoraVox
14 Boursorama Sports.fr Portage emploi Clubic
15 Radio-Canada EuroNews EuroNews Romandie.com
16 Romandie.com Romandie.com PC Inpact Sports.fr
17 Canoë Eurosport – TF1 Sports.fr Actualités News Environnement
18 Les Échos Radio-Canada XINHUA EuroNews
19 Actualités News Environnement Actualités News Environnement Clubic Portage emploi
20 PC Inpact La Tribune.fr Radio-Canada Radio-Canada
21 ZDNet Canoë Actualités News Environnement Sport 24
22 EuroNews Portage emploi AgoraVox l’Humanité
23 l’Humanité ZDNet Eurosport – TF1 Eurosport – TF1
24 Libre Belgique Challenges l’Humanité Canoë
25 Clubic Libre Belgique Football.fr L’équipe.fr
26 SwissInfo Matinternet Canoë ZDNet
27 Sport 24 L’équipe.fr RTBF 20minutes.fr
28 France 3 l’Humanité L’équipe.fr Challenges
29 Portage emploi Football.fr RTL.fr Les Échos
30 L’équipe.fr Référencement Internet-Web Les Échos France 3
31 Edicom Les Échos ZDNet Matinternet
32 Eurosport – TF1 SwissInfo Matinternet 01net
33 Radio Chine Internationale Radio Chine Internationale Challenges Football.fr
34 01net Sport 24 Radio Chine Internationale XINHUA
35 TSR.ch Silicon.fr 01net Silicon.fr
36 AgoraVox RTBF Sport365.fr RTL.fr
37 Sport365.fr Génération NT France 3 Armées.com
38 DH Net Vnunet.fr Génération NT RTBF
39 Matinternet 01net Capital.fr Génération NT
40 RFI DH Net Silicon.fr Référencement Internet-Web
41 Challenges Armées.com Référencement Internet-Web Sport365.fr
42 Référencement Internet-Web RTL.be Le Soleil Le Soleil
43 RTL.fr France 3 Libre Belgique Vnunet.fr
44 Silicon.fr RFI Vnunet.fr Radio Chine Internationale
45 Cercle Finance 20 minutes RFI LExpansion.com
46 All Africa Capital.fr LExpansion.com Voila.fr
47 Football.fr Sport365.fr Armées.com RFI
48 AngolaPress Jeune Afrique RTL.be France Football
49 Culturefemme.com RTL.fr 20minutes.fr Capital.fr
50 Génération NT Voila.fr Afrik.com Infos-du-Net

> source Private radio

Mesure d’audience: Business Week a des doutes…

Un petit papier au ton incertain publié par Business Week montre qu’avec les sommes désormais en jeu autour du Web 2.0 les doutes peuvent peser plusieurs millions de dollars. Le marché ne peut plus se satisfaire d’instruments de mesure dont la fourchette d’imprécision frise les 300%. Un peu comme si le Journal de Mickey s’interrogeait sur la moralité des chats de Myspace. D’ailleurs l’article titille mollement le l’outil de mesure Alexa, le gadget préféré du club Mickey. Sur ce point lire les commentaires de l’article de Business Week assez cinglants mais documentés, qui expliquent entre autres astuces l’utilisation des « Alexa boosters« , petits logiciels utilisés pour biaiser les mesures d’Alexa. Tout ceci ne releverait bien sûr que de l’enfantillage si la valorisation des sites, les parts de marché et la séduction des annonceurs n’imposait d’utiliser ces instruments de mesure…

A titre d’illlustration voir les échanges suite à une « analyse » typiquement biaisée ici et  où on essaye de faire croire à l’impact des blogs sur fond de chiffres fantaisistes.