Baromètre Google News France pour août 2007

Le dernier classement Google news report pour le mois de d’août 2007 . Mon outil de mesure préféré est enfin réparé apres une série de pannes qui ont compromis le classement cet été. J’en profite pour publier le classement d’août, le dernier en date avant la décision de Google News de publier les dépêches d’agences et de filtrer les duplications.  Dans un mois nous ferons le point sur les changements les plus visibles sur le classement. Pour le moment ce n’est pas probant sauf pour l’AFP qui se glisse dans le classement de tête.

Le bilan d’août fait apparaître peu de modifications à deux exceptions notables: l’arrivée de Challenges.fr qui désormais publie ses articles sous son propre domaine et non plus sous le domaine du Nouvelobs.com. Résultat: le Nouvelobs.com perd quelques places, se voyant amputé de son trafic au profit du nouveau domaine. Enfin signalons une belle remontée de LaTribune.fr de la 33eme à la 14eme position. Le JDD qui était apparu en cours d’année confirme sa bonne porosité au moteurs de recherche en se hissant à la 7eme place.

A noter aussi l’arrivée de Francebourse.com, d’apres ce que je vois un grand ami de l’AFP, qui pour la peine nous servira de thermomètre pour la grande claque de septembre (accrochez vous les gars!). 

Top 50 des sources Google News France
rank

01/08/07

01/05/07

1 Le Figaro Le Figaro
2 Le Monde nouvelobs.com
3 Libération L’Express
4 nouvelobs.com Libération
5 Challenges Le Monde
6 TF1 TF1
7 Le journal du dimanche en ligne Boursorama
8 L’Express Romandie.com
9 Romandie.com Le Point
10 RTL Info.be Boursier.com
11 AgoraVox France 2
12 20minutes.fr Le journal du dimanche en ligne
13 Cyberpresse Cyberpresse
14 La Tribune.fr 20minutes.fr
15 Radio-Canada Radio-Canada
16 PC Inpact 7sur7
17 France 2 PC Inpact
18 RTBF Clubic
19 Francebourse.com Le Revenu
20 RFI Canoë
21 XINHUA Radio Suisse Romande
22 Actualités News Environnement France 3
23 Europe 1 RTBF
24 Le Point Le Temps (Abonnement)
25 Canoë Les Échos
26 Clubic ZDNet
27 Boursier.com Francebourse.com
28 Les Échos Journal Chrétien
29 Vnunet.fr Europe 1
30 Edicom AgoraVox
31 Journal Chrétien RTL.fr
32 01net Sport365.fr
33 Radin Rue La Tribune.fr
34 L’Orient-Le Jour L’Orient-Le Jour
35 Rue89 Actualités News Environnement
36 RTL.fr RFI
37 Boursorama Radin Rue
38 Goal.com Sports.fr
39 Football.fr Eurosport – TF1
40 7sur7 XINHUA
41 Le Temps (Abonnement) Le Matin.ma
42 Tribune de Genève Tele News
43 Sport365.fr Tribune de Genève
44 Courrier International Football.fr
45 La Croix Le Soleil
46 Sports.fr Référencement Internet-Web
47 l’Humanité 01net
48 Liberté-Algérie Vnunet.fr
49 Le Matin.ma Aujourd’hui Le Maroc
50 ZDNet Sport.fr
Publicités

Mesure d’audience: Nielsen introduit la durée totale des visites

Alors que le débat sur les critères de mesure d’audience est loin de s’apaiser Nielsen crée l’événement en annoncant que la durée totale des visites devenait un des nouveaux critères principaux retenus pour la mesure d’audience (voir le communiqué de Nielsen//Netratings ici). Le problème est toujours le même: comment s’écarter du débat autour des mesures volumétriques comme les pages vues ou les visiteurs uniques, pour privilégier les critères qualitatifs, représentatifs de l’implication des utilisateurs (le « user engagement »). Pourquoi pas la durée des visites…

Contrairement à ce qu’on a pu dire ici ou il ne s’agit pas de remplacer la mesure des pages vues qui de toute façon n’a jamais été le point fort des mesures par panel mais simplement d’ajouter un indicateur. Il y a une certaine logique dans ce choix, la guerre entre les différents supports medias consiste au fond  à s’approprier l’attention des lecteurs et leur temps de loisir. La mesure du temps est donc le point de convergence de tous les medias: radios, télés, web, papier…

Evidemment tout ceci serait trop simple si la mesure de la durée des visites n’avait pas ses propres limites. Au premier regard le classement des medias s’en trouve bouleversé: Google abandonne quelques places et les réseaux sociaux ou les sites de videos gagnent du terrain. Problème c’est aussi la prime aux applications: les Yahoo, AOL et MSN se retrouvent dopés par l’usage des messengers, par définition souvent ouverts en permanence la journée. Résultat on peut passer d’une durée moyenne des visites de plusieurs heures à quelques dizaines de minutes selon que l’on prend en compte ou non les « applications » (une option activable de l’interface Nielsen). Vous comprenez pourquoi Google et Yahoo ont récemment entrepris d’intégrer les messengers aux pages web personnalisables…

Bref il faudra encore beaucoup de vigilance pour analyser les données issues de cette mesure et en particulier pour comprendre ce qui peut générer des écarts atypiques. Pas très différents des pages vues finalement. Exemple: les 56 pages vues par personne sur Myspace ne sont pas fruit du User Engagement mais d’un design volontairement conçu pour exagérer le volume de pages. Mais d’un autre côté c’est bien parce qu’il y a du « user engagement » que les utilisateurs acceptent de supporter ce cauchemar. Pas simple …

Baromètre Google News France pour mai 2007

Le dernier classement Google news report pour le mois de mai 2007 . Pas de mouvements très significatifs mis à part le JDD qui continue sa progression . En période d’élections les généralistes se taillent les meilleures parts du gâteau. Les référenceurs sont toujours là.

Top 50 des sources Google News France
rank 01/05/07 01/04/07
1 Le Figaro Le Figaro
2 nouvelobs.com L’Express
3 L’Express Le Monde
4 Libération nouvelobs.com
5 Le Monde Libération
6 TF1 TF1
7 Boursorama Boursier.com
8 Romandie.com Boursorama
9 Le Point Le Point
10 Boursier.com Romandie.com
11 France 2 France 2
12 Le journal du dimanche en ligne Cyberpresse
13 Cyberpresse PC Inpact
14 20minutes.fr Clubic
15 Radio-Canada Radio Suisse Romande
16 7sur7 20minutes.fr
17 PC Inpact Radio-Canada
18 Clubic Le journal du dimanche en ligne
19 Le Revenu Canoë
20 Canoë RTBF
21 Radio Suisse Romande l’Humanité
22 France 3 7sur7
23 RTBF XINHUA
24 Le Temps (Abonnement) France 3
25 Les Échos Le Vif/L’Express
26 ZDNet Journal Chrétien
27 Francebourse.com L’Orient-Le Jour
28 Journal Chrétien Le Revenu
29 Europe 1 ZDNet
30 AgoraVox Les Échos
31 RTL.fr Actualités News Environnement
32 Sport365.fr AgoraVox
33 La Tribune.fr Le Matin.ma
34 L’Orient-Le Jour Référencement Internet-Web
35 Actualités News Environnement Radin Rue
36 RFI Courrier International
37 Radin Rue Le Temps (Abonnement)
38 Sports.fr Football.fr
39 Eurosport – TF1 Sports.fr
40 XINHUA Francebourse.com
41 Le Matin.ma RFI
42 Tele News Aujourd’hui Le Maroc
43 Tribune de Genève Sport365.fr
44 Football.fr La Croix
45 Le Soleil Eurosport – TF1
46 Référencement Internet-Web La Tribune.fr
47 01net Europe 1
48 Vnunet.fr RTL.fr
49 Aujourd’hui Le Maroc 01net
50 Sport.fr Le Devoir (Abonnement)

USA: Nielsen Netratings et Comscore acceptent un audit de leurs méthodes de mesure

L’IAB US l’annonce dans un communiqué, la querelle sur la mesure d’audience qui l’opposait à Comscore et Nielsen Netratings a pris fin. Les parties ont accepté le principe d’un audit de leurs mesures par un cabinet indépendant. Les différences observées entre les données statistiques reccueillies auprès des deux concurrents ainsi que les méthodes de constitution des panels avaient provoqué une crise de confiance et quelques menaces hautes en couleurs.  

Conclusion provisoire mais logique, personne n’ayant vraiment intérêt à discréditer les principaux instruments de mesure d’audience. L’important étant d’arriver à un consensus des différents acteurs du marché sur un certain niveau de fiabilité des mesures et d’en accepter les limites.  De son côté l’IAB s’engage à clarifier les définition des principaux indicateurs (temps de session, pages vues, etc…).

Google Analytics passe à la V2

Ca ne passionne pas tout le monde mais il faut bien causer bricolage et outillage de temps en temps. En l’occurence ceux qui se préoccupent de mesure d’audience apprécieront de savoir que Google lance la deuxieme version de son outil de mesure Google Analytics. Avinash Kaushik, consultant et spécialiste américain du sujet, présente les premières captures d’écran de la bête et commente les nouvelles caractéristiques. google_analytics_v2_dashboard.jpg

 Miracle la nouvelle version semble plutôt ergonomique et accessible. Ce n’est pas un luxe quand on connait la complexité de ces outils. J’ai eu l’occasion d’en discuter il a près d’un an avec le patron d’Omniture qui édite un des outils de mesure les plus impressionnants du marché, SiteCatalyst. A mon avis le principal frein à l’implémentation de ces outils est désormais la difficulté d’exploiter les données. Ma politique personnelle consiste à ouvrir largement l’accès à ces outils dans l’entreprise mais la complexité devient parfois contre productive. Je pense aussi que la richesse des données est telle qu’elles en deviennent souvent inutiles car inxploitables sur le plan opérationnel. Dur pour un investissement de plusieurs dizaines de milliers d’euros.

Google Analytics est rappellons-le gratuit, Google misant sur l’incitation à investir dans l’achat de mots clés sponsorisés. Le suivi des performances de ces mots clés étant le point fort d’Analytics ainsi que sa faciliter d’implémentation. Rappellons toutefois que mesurer le trafic de son site avec un outil fourni par celui qui est désormais (avec en plus le rachat de Doubleclick) la principale régie publicitaire de la planète crée une situation plutôt malsaine dont on n’a pas fini de parler.

USA: l’IAB met Comscore et Nielsen Netratings sur le grill

Ceci explique peut être cela mais Randall Rothenberg le tout nouveau président de l’IAB USA (interactive Advertising Bureau) démarre son mandat en fanfare en demandant publiquement aux deux principaux services de mesure d’audience users centric (panel) Comscore et Nielsen Netratings de se soumettre à un audit technique. A cette heure les deux mesureurs n’ont pas encore répondu. Les relations entre l’IAB et les deux piliers de la mesure d’audience est assez fraîche comme je l’ai déjà signalé en septembre dernier. Pas toujours pour de bonnes raisons d’ailleurs mais surtout parce que les tensions du marché ne peuvent plus se satisfaire des différences de chiffres. Il s’agit donc de pouvoir juger en profondeur des méthodologies utilisées par les deux acteurs.

Je ne prendrai pas trop de risque en disant que la valorisation des acteurs du Web 2.0 s’effectuant sur le compte des visiteurs uniques (faute de chiffre d’affaires conséquent) la polémique dépasse la simple querelle entre experts. On comprend la nervosité du marché. Pour info je précise qu’en France si les tensions ont pu exister, Médiamétrie//Nielsen réunit régulièrement ses souscripteurs pour exposer sa méthodologie et recevoir les critiques (et on ne s’en prive pas). Depuis quelques mois la mise en place d’un comité d’autorégulation permet d’ailleurs d’y régler les litiges en famille. Visiblement les pratiques semblent différentes aux USA.

> Lire l’article de Mediapost sur le sujet
> Mes autres billets sur la mesure d’audience (un jour je ferai relier tout ça)

Cookies effacés: Comscore enfonce le clou

C’est ce qu’on appelle une étude sur mesure. Quelques mois après avoir souffert de sérieuses critiques (surtout révélatrices de l’incompréhension des acteurs du marché) sur le marché américain pour ses chiffres d’audience éloignés des mesures sites centrics, Comscore contre-attaque en publiant une étude sur le phénomène des cookies effacés. Cette fois il s’agit de comparer l’effacement des « first party cookies » et des « third party cookies » comprenez ceux générés par le site visité, donc en général plus facilement acceptés, et ceux générés par un service tiers, par exemple ceux des services de mesures sites centric (Xiti, Weborama, Omniture, Webtrends et compagnie…).

D’apres Comscore, l’étude basé sur l’analyse de 400 000 PC, montre que les First party cookies sont effacés presque aussi souvent que les cookies tiers soit par près d’un utilisateur sur trois. Résultat Comscore estime que les mesures site centrics, basées sur les cookies, peuvent être faussées jusqu’à 150% soit 2,5 fois au delà de la réalité. Impossible de ne pas rapprocher ces chiffres de celui des pages vues que Comscore admettait pouvoir surestimer de 300%  (lire la réponse du PDG qui m’a répondu sur ce point). Bref la réponse du berger à la bergère.
[MAJ 18/04/07 : pour être précis suite à une nouvelle réaction du PDG de Comscore, il affirme que mon interprétation est erronée, on ne peut donc pas dire que Comscore « admet ». Je maintiens toutefois mon analyse sur le fond. C’est compliqué mais je signale ce point de discussion].

Les chiffres de Comscore:

comScore Cookie Deletion Analysis – 1st Party Cookies* December 2006 Source: comScore, Inc.
Number of Cookie Deletions/Resets Percent of Computers Avg. No. of Cookies per Computer Percent of Cookies
Total Sample 100,00% 02/05/07 100,00%
1 or more 31,00% 04/07/07 58,00%
4 or more 7,00% 12/05/07 35,00%

Difficile de juger objectivement des résultats de cette étude. D’autres études ont minoré largement le phénomène des cookies effacés, jugé réel mais stable. D’un autre côté la dégradation de tous les ratios basés sur les cookies (visites par visiteurs, pages par visiteurs etc…) montre que quelque chose ne tourne pas rond, sans parler des sites dont la somme des visiteurs dépasse le nombre d’internautes…

Rappelons que pour cette raison l’OJD, qui certifie les chiffres de diffusion de la presse française a décidé depuis quelques mois de publier les données hebdomadaires de ses souscripteurs, pages vues comprises, afin de réduire l’impact de l’effacemetn des cookies. Voir par exemple les données OJD de mars 2007 (cliquez sur chaque site figurant dans le tableau puis sur le PV du mois). Côté Mediamétrie/Nielsen, le concurrent de Comscore, on mise sur le vieux rêve du rappochement des données sites centrics avec celles du panel ce qui permet essentiellement d’affiner les données volumétrique des données du panel pour les servir aux outils de media planning et aux annonceurs. Une projet mené actuellement et dont les premiers résultats sont en cours d’analyse.

Lira aussi l’article de Marketwatch sur la situation financière de Comscore et ses projets d’investissements.