Google Archives : vers la bibliotheque universelle

On l’attendait depuis des années, c’est fait. Google Archives ouvre ses portes et propose plus de 50 années d’archives de journaux. Impressionnant même si le nombre de sources semble encore limité, le New York Times se taillant la part du lion dans cette bibliotheque d’un nouveau genre (voir par exemple sur la requete « Nixon » les archives qui remontent jusqu’en 1950). En France c’est Le Monde et le Point qui semblent remonter le plus régulièrement: voir sur la requête « balladur« .

Toutefois il semble que l’ensemble du contenu ne soit pas issu de partenariats. Pas mal de sources semblent indexées à partir du référencement naturel des articles. Sur la requête « balladur » on peut trouver en bas de page un article de Liberation de 2007 mais contrairement au Monde il ne s’agit pas d’une page d’archive mais d’une page à imprimer dépourvue de publicité (voir ici). Dommage, aucun revenu à espérer. Même problème pour Les Echos ou je tombe sur des brêves en acces libre mais quand même monétisées par la publicité. Je retrouve avec plaisir les articles de ZDNet.fr de 2003 et comme je confirme n’avoir pas d’accord concernant ces archives j’en déduis que Google a pioché ça et là dans son index pour constituer ses archives. 

Principal avantage du système, et c’est une bonne nouvelle, Google préserve le modèle économique des éditeurs en pointant vers les pages d’archives payantes si nécessaire, vers la page en accès libre si disponible. D’où l’intérêt de rendre visible le chapô ou résumé de ses articles quand ils sont payants (ce que nous avions fait aux Echos mais Google ne semble pas l’avoir identifié). Selon Techcrunch Marissa Meyer annonce la mise à disposition d’archives numérisées par Google mais je n’ai pu trouver des exemples de ce type, la plupart des sources disposant de leurs propres archives. 

Au final Google Archives se comporte ni plus ni moins comme une extension de Google News à un détail près puisqu’il comporte aussi des liens vers Google Books comme on peut le voir sur cette requête (toujours »nixon », troisième et cinquième paragraphe). 

Le résultat est, je dois dire, impressionnant, et pourrait donner un peu d’oxygène au marché des archives payantes auparavant chasse gardée de quelques prestataires privés. Ici les éditeurs restent maître de la commercialisation de leurs archives donc de leur politique de prix, Google se rémunère comme d’habitude sur la recherche. Bien vu, l’initiative ne devrait moins se prêter à la polémique que Google News à ses débuts.

Publicités