Les medias de 2028

février 20, 2008

Peu de temps pour bloguer en ce moment mais pour respecter la règle du Web 2.0 qui veut que les usagers s’autodistribuent me voici en vidéo. Je suis interrogé par des étudiants de l’ESCP-EAP dans le cadre d’une excellente série d’entretiens de professionnels de la profession qui tentent de se projeter dans l’industrie des medias des vingt prochaines années.

Pour tout dire je suis très agréablement surpris par la qualité de ces entretiens menés avec une grande sobriété de style, où chacun prend le temps d’expliquer simplement et tranquillement sa vision ou ses doutes. Surpris aussi de voir à quel point les idées des uns et des autres concordent.

A voir aussi (cliquez sur les images):

> Christophe Agnus du groupe Mondadori (amusant on dit la même chose avec des mots différents)

agnus-medias-2028.jpg

> Eric Mettout, L’Express.fr (excellent, beau parcours radio, BD, presse – Si, si Eric il y a des « pure players » qui fonctionnent…)

mettout-medias-2028.jpg

> Benoït Raphael, LePost.fr (qui nous refait le coup du paysan des montagnes mais sans accent – coucou Benoît…)

raphael-medias-2028.jpg

> Frederic Schlesinger, France Inter

schlesingerl-medias-2028.jpg

> Gerard Louvin, Louvin Productions (toujours plein de projets)

louvin-medias-2028.jpg

About these ads

14 Responses to “Les medias de 2028”

  1. joel ronez Says:

    ah… ça fera plaisir à mes étudiants :)

  2. Stephane Says:

    « Surpris aussi de voir à quel point les idées des uns et des autres concordent. »

    Quand on tient des propos d’un tel conformisme, pas étonnant qu’on s’accorde. Les propos que vous tenez sont les mêmes que ceux que Morandini a tenu à propos des journalistes amateurs sur le web, à savoir Morandini et sa clique sont les seuls à faire du journalisme, et le reste c’est pour épater la gallerie.

    Dans votre entretien, vous dites que ce qui existe aujourd’hui n’existait pas il y a dix ans. C’est faux. Le meilleur exemple est DoubleClick. L’étendu de son réseau publicitaire a permis d’exploiter le ciblage via les cookies. D’ailleurs, DoubleClick a poursuit le raisonnement jusqu’au bout enfinissant par racheter la consobase Abacus, et cela a été dénoncé. Mais sur le principe, ce que l’on voit aujourd’hui n’est qu’un dérivé (dans le meilleur des cas) des cookies utilisés à travers les sites pour faire du ciblage. Et donc, pour revenir à vos propos, cela existait il y a dix ans. A votre avis, pourquoi Google veut acheter DoubleClick?

  3. Stephane Says:

    Je me permets par ailleurs de vous passer cet excellent article d’Eric Klinenberg, « Les bénéficiaires inattendus du miracle Internet. »

    http://www.monde-diplomatique.fr/2007/01/KLINENBERG/14333

    qui en dit long sur la caractère pseudo-novateur des nouveaux médias.

  4. Louis Says:

    Truismes, lieux communs, idées reçues, La Palice… Heureusement que ce ne sont pas ces gens là qui précisément « décident » de l’avenir des médias !

  5. Emmanuel Says:

    @Louis : pouvez-vous expliquer ce qui vous choque dans les propos? Truismes peut-être mais justement je trouve qu’on assiste à des témoignages plutôt prudents et réalistes à défaut d’être trés originaux, on n’est pas dans l’ambiance Neteconomie 1.0.

  6. Emmanuel Says:

    @Stephane: ah non vous n’allez pas me comparer à Morandini ! Quand je dis que ce dont on parle n’existait pas il y a dix ans je parle de la façon de concevoir des sites medias, ce qui est mon métier. C’est un peu caricatural mais c’est surtout pour dire que la réflexion sur le sujet a terriblement évolué et qu’il est difficile de se projeter dans l’avenir (ce que dit autrement Agnus d’ailleurs, qui lui aussi était justement dejà là il y a dix ans).

    Maintenant tout n’a pas été inventé depuis moins de dix ans je vous l’accorde volontiers.
    Quant à Doubleclick je ne vois pas trop en quoi c’est contradictoire avec mes propos. D’ailleurs en matière de ciblage je ne pense pas qu’on parle non plus de la même chose, le ciblage comportemental n’a rien à voir avec ce qu’on pratiquait il y a dix ans (mais on en parlait c’est sûr).
    En entre ce qu’on disait il y a dix ans et ce qu’on faisait réellement à cette époque il y a aussi une bonne marge ;-)

    Pour l’anecdote le premier patron de Doubleclick France était l’ex directeur commercial de ZDNet.fr.

  7. Emmanuel Says:

    @Stephane bis: concernant l’article du Monde Diplo, sachez (et je l’ai écrit) que je partage entièrement l’idée que derrière l’enthousiasme général devant les technologies ce cache une fracture numérique aux conséquences incalculables. Car cette fois ce n’est pas seulement l’éducation qui est en question mais les moyens d’accéder au savoir qui tendent à devenir inaccessibles.
    Bref ne croyez surtout pas que ces préoccupations soient absentes de notre réflexion et pour connaitre assez bien certains des intervenants cités dans mon billet je sais qu’ils partagent aussi ces interrogations.

  8. Eric Says:

    @ Emmanuel, mea culpa: je parlais évidemment des pure players d’info-géné, qui sont ma partie. On sait depuis Wired, et ça ne date pas d’hier, qu’en matière de culture numérique, en revanche, Internet a déjà tué le papier.


  9. Aucun soucis Eric. Je taquine, le point c’est qu’il n’y a pas le même problème ou la même solution applicable pour l’ensemble des medias. La question d’ailleurs est la meme pour le débat gratuit/payant, le montage a coupé une bonne partie de ce que je disais à savoir que la question critique se posait pour les medias d’infos généralistes mais que le gratuit fonctionnait pour l’info spécialisée.


  10. [...] en leur posant la question des médias dans 20 ans. Retrouvez ci-dessous le point de vue d’Emmanuel Parodi du groupe CNET. Il aborde notamment la question des usages. Un média ne s’impose que [...]


  11. [...] effet, un éditeur ne peut pas accepter que son article indéxé sur Wikio soit mieux référencé sur Google que [...]


  12. Emmanuel,

    Merci pour ce post.

    Je viens d’écouter quelques unes des interviews. C’est vrai qu’il y a ue certaine prudence et un principe de réalité.

    Il y en a une qui me semble très pertinente, c’est celle de de la Villardière qui parle de marques qui deviennent média.
    A écouter en suivant l’url de l’école qui t’a interviewé.
    Best


  13. [...] y a quelques mois, un (désormais ex) collègue de travail faisait la remarque via son blog qu’il était de tradition, dans le web 2.0, de “s’auto-distribuer” [...]


  14. [...] en leur posant la question des médias dans 20 ans. Retrouvez ci-dessous le point de vue d’Emmanuel Parodi du groupe CNET. Il aborde notamment la question des usages. Un média ne s’impose que [...]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :