Prévisions 2008: concentration, consolidation, destruction

C’est l’exercice des prévisions et il n’est pas simple. D’abord par ce qu’on se trompe souvent. J’ai vu en 2007 le retour du payant alors que ce fut la victoire de la gratuité, Google n’a pas subi la correction attendue. Je suis tenté de miser à nouveau tout ça pour 2008 mais ça manquerait d’originalité. D’un autre côté je ne vais pas vous dire que Twitter est la révolution attendue ou que Facebook est le tueur de Google, tout ceci n’a pas d’intérêt. Je garde en mémoire ce que furent AOL, Multimania, Yahoo, Geocities en leur temps et je me dis que décidemment on ne peut plus prévoir comme on mise sur des chevaux. Ce sont les fondamentaux qui dictent l’économie, et le verdict est plus mitigé qu’on ne veut bien le dire.

Les poulains du Web 2.0 ont montré la voie mais n’ont toujours pas convaincu les annonceurs. En clair ils vont influencer pour plusieurs années encore la manière de concevoir les sites medias. Pour la plupart ils aborderont leur deuxième année en mode start up ce qui signifie: rachat ou course à la rentabilité puisque la course vers la bourse ne semble plus une option.

Les CPM sont toujours trop faibles sur le marché français ce qui signifie que l’avenir passe par une phase d’acquisition et de concentration agressive, en particulier pour assurer l’avenir de la presse en ligne ce qui est probablement la meilleure porte de sortie pour les poulains cités plus haut. C’est la tendance depuis un an déja. Phénomène agravant: le ralentissement de la croissance des revenus publicitaires.

Video et mobile: non ce ne sera toujours pas l’année du miracle. On nous ressert le plat chaque année mais je crains qu’il ne faille attendre 2009. Comme pour le Web 2.0 il ne faut pas confondre succès d’usage et succès commercial. Pour la video la prédominance des sites de partage entretient une confusion majeure et ne facilite pas la tâche des annonceurs.

UGC et machins citoyens: là c’est plus clair, Rue89.com a agit comme une claque magistrale en démontrant la pertinence du modèle mixte, c’est à dire un media encadré par des professionnels avec du carburant contributif. Toutefois si le phénomène va aider à guider les futurs projets éditoriaux les contraintes de CPM conduiront inévitablement à participer à la concentration à venir. Probablement le meilleur scénario pour le renouvellement des pratiques journalistiques.

Presse papier: annus horribilis en perspective, je le crains. Baisse des revenus publicitaires non compensée par la hausse des revenus des activités internet, c’est désormais le scénario connu de tous, dans tous les pays. Repositionner le papier par rapport au web. Vite. Très vite. Constituer des groupes réellement multimédia: à suivre de près l’évolution du Groupe Le Figaro et Nextradio qui devront consolider leurs nombreuses acquisitions. Ecouter sur ce point Alain Weill interrogé sur l’excellent Atelier des Medias et qui affirme la presse écrite devient un média de luxe (amusant, je suis arrivé à la même conclusion il y a quelques mois mais je n’ai pas osé publier le billet qui argumentait sur la question).

Editeur ou hébergeur: un problème juridique désormais majeur. Le statut d’éditeur équivaut à une prise de risque maximum, tandis que le statut d’hébergeur revendiqué en particulier par les sites contributifs et les plates-formes d’hébergement video permet tranquillement de développer une stratégie media à l’abris (pour le moment) du coût financier et du risque juridique liés au droit de la presse (écouter Rodrigo Sepulveda de VpodTV sur la question, on ne peut pas être plus franc). Une distorsion économique devenu intolérable et qu’il faudra bien trancher. Prédiction: le statut d’hébergeur va souffrir au cours de l’année 2008.

Conservation des données personnelles: la bombe à retardement. Législation européenne oblige elle pourrait être portée à trois ans ou plus. Jusqu’à présent la menace ne semblait mobiliser que les FAI, en réalité c’est tout l’ecosystème Web 2.0, basé sur la collecte de ces données qui pourrait en subir les conséquences avec des coûts de stockages prohibitifs. La menace n’est pas étrangère à la création récente de l’Asic (le club web 2.0) qui organise les barricades. A suivre de très très près, la menace pourrait très vite siffler la fin de la récrée.

Widgets et réseaux sociaux: ce sera l’incontournable phénomène de 2008 ce qui ne doit pas faire oublier qu’on connait depuis longtemps les limites du modèle. Distribution hasardeuse pour les widgets, réseaux sociaux aux performances inégales (pour la pub). Le risque de disperser beaucoup d’énergie pour un résultat discutable. En tout cas il faudra s’y plonger, les réseaux sociaux, qu’on le veuille ou non pourront jouer le rôle de nouvelle place de marché.

Recession: le gros mot. Les USA se préparent à plonger, l’Europe ne sera pas touchée de suite mais personne ne peut vraiment prédire les conséquences sur le online qui restera dopé par une manne publicitaire toujours croissante mais qui pourrait dans le même temps devenir plus sélective.

Second Life: hahaha!
Je plaisante… Dans six mois relisez quand même ce qu’on a pu en dire, histoire d’en rire.

Sinon je réitère une partie des prévisions 2007 en particulier pour tout ce qui concerne l’identité numérique qui va devenir le centre des préoccupations en matière légale et commerciale et le ciblage comportemental dont on dressera le premier bilan sérieux.

Quelques bonnes lectures sur le sujet 2008:
> Emission n°10 de L’atelier des medias
> Quelques chiffres du marché synthétisés il y a un an par WebTrends

Voilà, pas de quoi faire son tiercé sereinement mais 2008 s’annonce sportif…

Merci de m’indiquer ci-dessous le meilleurs billets que vous avez pu repérer en matière de prévision 2008 (merci d’éviter le bullshit sur Twitter, kowoogoo.com et les listes de grille-pain web 2.0, ça me donne la migraine).

Publicité